Les aides institutionnelles : un outil stratégique pour attirer les étudiants

, Partager

Une étude portant sur les aides et escomptes institutionnels offerts aux étudiants, publiée par le "College Board", propose des éléments de réponses sur les 4 thèmes suivants : définition et évolution du "taux d’escomptes" dans les établissements supérieurs publics, comparaison des pratiques dans les établissements privés et publics, proportion des aides discernées en fonction d’autres critères que financiers suivant le secteur, et enfin, les tendances du taux d’escomptes suivant la taille des établissements publics et l’origine géographique des étudiants.
Cette étude insiste sur le fait que l’on s’imagine trop souvent que seules les universités privées proposent des tarifs différenciés (faisant payer inégalement les étudiants pour un même enseignement). Si les universités publiques sont connues pour demander des frais de scolarité plus importants aux étudiants non-résidents de leur état, elles sont assez opaques quant aux détails des aides et escomptes offerts individuellement à leurs étudiants. Pourtant, les bourses versées par ces établissements ne cessent d’augmenter : en 2003-2004, 28% des étudiants à temps plein undergraduate (l’équivalent d’une licence) en percevaient, contre 16% en 1992-93.
Les aides institutionnelles peuvent être attribuées suivant deux grandes approches. Cela peut être fondé sur des critères financiers ; elles soutiennent alors les étudiants les plus nécessiteux. Ou bien elles sont attribuées en fonction du mérite (comme les capacités sportives ou plus largement l’apport que l’étudiant représentera pour l’université). Bons nombres de rapports mettent en avant un changement d’état d’esprit quant à la répartition de ces aides : si jusqu’ici les établissements publics se souciaient d’offrir un appui aux étudiants issus de milieux modestes, de plus en plus, les aides attribuées en fonction d’autres critères sont stratégiquement utilisées pour attirer certains types d’étudiants, et ainsi changer le profil de la population de l’établissement, améliorer son image académique, ou encore augmenter ses revenus nets.
On s’approche alors des pratiques des établissements privés, lesquels parmi les moins onéreux offrent des montants disproportionnés d’aides aux étudiants appartenant aux tranches de revenus moyens ou supérieurs.
Si la proportion des aides institutionnelles distribuées en fonction des besoins financiers a augmenté ces 5 dernières années (dans les universités publiques en 4 ans, elle est passée de 35,9% en 2000-01 à 40,2% en 2004-05), notons que dans les établissements coûteux, publics comme privés, les étudiants aisés deviennent de plus en plus facilement éligibles à ce type de bourses, dans lesquelles la composante "mérite" devient très importante.

Source :

http://www.collegeboard.com/prod_downloads/press/tuition-discounting.pdf

Rédacteur :

Marie Parsy : universites.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….