Les chiffres 2004 de la R&D dans les institutions universitaires américaines

, Partager

La NSF a publié les chiffres 2004 des dépenses de R&D dans les institutions universitaires américaines. Ce volumineux document (455 pages + 424 pages de tables en annexe) donne la ventilation des dépenses par discipline, type de recherche (appliquée et fondamentale), par source de financement, la répartition géographique des dépenses, le classement des institutions en matière de dépense etc. L’ensemble total des dépenses de R&D dans les universités aura été en 2004 de 42,945 milliards de dollars (les dépenses fédérales de R&D s’élevant à 93,384 milliards, chiffre à distinguer du budget de la même année, puisqu’il s’agit des dépenses constatées au niveau des opérateurs de recherche).
Par source de financement, le gouvernement fédéral reste de loin la première source de financement (il compte pour 63,8% du financement de la R&D des universités et cet apport représente 28% des dépenses fédérales de R&D), suite à une forte croissance de son investissement au cours des 20 dernières années. Les fonds institutionnels (fondations, etc.) représentent 18,1%, les financements locaux (états, collectivités locales) 6,6% de même que les sources diverses, enfin l’industrie compte pour 4,9% (continuant à baisser en pourcentage, son apport variant peu tandis que celui du gouvernement fédéral croît) :


La part de la recherche amont continue de croître dans cet ensemble, parallèlement à l’accent croissant mis par le gouvernement fédéral sur cette composante. Elle représente maintenant 75,2% des dépenses de R&D dans les universités (et 79% de la part financée par le gouvernement fédéral) :


Par discipline identifiée, les sciences de la vie écrasent les autres domaines, avec 59,7% des dépenses de R&D. Elles sont suivies par les sciences physiques (8,3%), les sciences environnementales avec 5,5%, les sciences sociales avec 3,9%, l’informatique (3,3%), l’ingénierie électrique (3,3%), les autres disciplines étant à 2% (ingénierie mécanique) ou moins.
Par état, la Californie vient en tête avec 5,7 milliards, suivie de l’état de New York (3,7 milliards), du Texas (2,9 milliards), du Maryland (2,3 milliards), de la Pennsylvanie (2,2 milliards) et du Massachusetts (2 milliards).
Les dix plus grandes institutions universitaires (en distinguant les campus, par exemple au sein de University of California) en matière de dépenses de R&D sont, si l’on raisonne par campus individualisé, d’abord Johns Hopkins (1,4 milliards de dépenses), ce qui est cohérent avec le poids des sciences de la vie, puis UCLA (772 millions) puis UC SF (728 millions), puis l’université de Washington (713 millions) et UC SD (709 millions), Stanford (671 millions). Penn State (600 millions), U.Penn (597 millions), Cornell (576 millions) et le MIT (544 millions) suivent. Berkeley, Duke et l’université du Minnesota suivent immédiatement après.

Nota Bene : les chiffres concernés sont le résultat d’enquête auprès des réalisateurs de la recherche et diffèrent donc des chiffres budgétaires du gouvernement fédéral

Source :


- Academic R&D Expenditures : Fiscal Year 2004 - NSF 06-323 | August 2006
http://www.nsf.gov/statistics/nsf06323/
- Science and Engineering Indicators, chapitre 4 Research and Development
http://www.nsf.gov/statistics/seind06/pdf_v2.htm#c4

Rédacteur :

Jean-Philippe Lagrange, attache-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….