Les forêts du Nord Est américain menacées par un coléoptère asiatique

, Partager

Le coléoptère longicorne d’origine asiatique, Anoplophora Glabripennis, est un insecte se nourrissant de toute espèce de bois sain (bouleau, peuplier, saule, érable, orme…). Celui-ci passe la majeure partie de sa vie adulte à creuser des galeries nourricières au sein même des troncs, entrainant une dégradation de l’arbre et de l’écosystème environnant. Sa présence a été relevée l’été dernier à Worcester (en Nouvelle Angleterre), ville située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Boston. Les autorités fédérales, craignant une invasion du coléoptère sur l’ensemble des espaces forestiers de la côte est, ont ordonné l’abattement de tout arbre assailli. Aucun moyen d’éradication n’étant jusqu’à ce jour connu, le seul moyen de lutter contre cet insecte est de brûler l’ensemble des arbres attaqués. Depuis cet été, 161 km2 de surfaces infestées ont été recensés et 1800 arbres ont été marqués pour abattement.

Le longicorne asiatique a été aperçu pour la première fois dans la ville de New York en 1996, alors que son arrivée sur le sol américain daterait des années 80. Selon les chercheurs, celui-ci aurait voyagé dans le bois des palettes utilisées pour le transport naval entre la Chine et les Etats-Unis. Il semblerait en effet que les larves de cet insecte puissent survivre dans le bois même après abattement de l’arbre. Aucun prédateur naturel ne semble exister, et l’insecte ne peut être éradiqué au moyen d’insecticide, celui-ci passant la majeure partie de sa vie à l’intérieur des arbres.

Cet épisode de prolifération du longicorne asiatique est le quatrième de l’histoire américaine. Les autorités fédérales, conscientes de la menace que présente une extension de l’infestation, ont déboursé 10 millions de dollars l’été dernier afin d’enrayer sa prolifération. Depuis 1996, 268 millions de dollars auront été dépensés pour lutter contre cette peste.

L’ insecte représente une réelle menace en termes de répercussions économiques comme en matière d’équilibre écologique des forêts des états de l’est . En effet, la Nouvelle Angleterre est une région responsable de plus de la moitié de la production américaine de sirop d’érable. Par ailleurs, si le coléoptère venait à envahir l’état du Maine, cette invasion pourrait avoir des répercussions non négligeables sur l’industrie du bois, celle-ci participant à l’économie de l’état à hauteur de 6.5 milliards de dollars.

Actuellement, la majeure partie des recherches concernant la mise au point de moyens de contrôle de cet insecte a lieu en Chine. Deux axes de recherches sont cependant menés depuis les Etats Unis par le Northeastern Center for Forest Health Research de l’Office des Forêts de l’USDA. Le premier axe consisterait à trouver des agents de contrôle biologique (type fungus). Ces travaux sont réalisés en partenariat avec les chercheurs chinois. Le second serait de restreindre l’extension du phénomène en remplaçant les arbres abattus par de nouvelles espèces jugées moins vulnérables aux attaques du longicorne. Cette substitution aura cependant une répercussion sur l’équilibre de l’écosystème en terme de diversité écologique.

Source :

Authorities Hope Beetle Invasion Can Be Ground to a Halt. - 05/11/2008 - http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/11/04/AR2008110403574.html?referrer=emailarticle

Pour en savoir plus, contacts :

Asian Longhorned Beetle (Anoplophora glabripennis) : http://www.columbia.edu/itc/cerc/danoff-burg/invasion_bio/inv_spp_summ/Anoplophora%20glabripennis.html
Code brève
ADIT : 56659

Rédacteur :

Agathe Dumas, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….