Les introductions boursières américaines dans le secteur de la santé : bilan du succès 2014

, Partager

L’argent coule à flots vers l’industrie de la santé, qui a levé en 2014 des sommes record lors de l’introduction en bourse de sociétés innovantes : 83 introductions ont orienté 8,3 milliards de dollars vers l’industrie. Boston est la première destination (19 IPOs) ; l’aire thérapeutique privilégiée : le traitement du cancer. Les bons fondamentaux du secteur de la santé sont la cause première des performances financières du secteur.

L’année 2014 amène un nouveau record historique en termes d’entrées en bourse (Initial Public Offering, IPO) aux Etats-Unis dans le domaine de la santé, avec 83 IPOs et 8,3 milliards de dollars de capital levés. Ce cru 2014 dépasse même les chiffres exceptionnels de 2013 qui avait vu 54 IPOs et 8,4 milliards de dollars levés. Notons toutefois que sur ces 8.4 milliards, 4.76 milliards correspondaient aux IPOs géantes de Zoetis, anciennement filiale animale de Pfizer ; d’Envision Healthcare Holdings et de Quintiles Transnational holdings, deux sociétés de services de santé. En 2014, quelques introductions en bourse de sociétés matures et bien établies se dégagent également du lot, tel l’IPO de la société IMS (1,3 milliards de dollars) ou encore celle de Catalent qui dégage 0.87 milliards de dollars. Mais le nombre d’introduction de jeunes entreprises portées par leurs technologies reste inégalé.

Ces records annuels sont particulièrement évidents dans le secteur des biotechnologies, où les sommes moyennes levées chaque année par société sont relativement comparables (Voir histogramme de la Figure 1).


Activité des Introductions boursières en biotech aux Etats-Unis par année
Crédits : MS&T


Biotechnologies et services de santé se partagent la part du lion

Nous distinguons ici les sociétés de biotechnologie qui développent des produits pharmaceutiques, des sociétés de service à l’industrie de la santé, des dispositifs médicaux et finalement des sociétés de diagnostic. Les sociétés de biotechnologies constituent la part la plus importante des 83 entrées en bourse du domaine de la santé avec 53 IPOs et 3,87 milliards de dollars de capital levés. L’industrie des services de santé a pour sa part levé 3.6 milliards de dollars, avec 15 IPOs et des valeurs moyennes importantes par société. Les 9 IPOs de sociétés fabriquant des dispositifs médicaux (précisons que dans cet article les dispositifs médicaux sont séparés du diagnostic médical) ont, quant à elles, permis de lever 638,5 millions de dollars. Si ces chiffres sont meilleurs que les années précédentes ils sont toutefois faibles au regard de l’importance du secteur et sont caractéristiques d’une industrie très concentrée : la croissance d’une société performante de l’industrie du "medtech" sera souvent financée par les "grands" du domaine, qui acquièrent les sociétés en croissance. (Les chiffres 2013 sont révélateurs : d’après EvaluatePharma [1], 20 acquisitions ont été réalisées pour une valeur d’un peu moins de 20 milliards de dollars à comparer aux 5 IPOs qui ont permis de levé 258,1 millions de dollars cette même année. Cette tendance se poursuit en 2014, où la première moitié de cette année record a observé des acquisitions d’une valeur totale de plus de 70 milliards de dollars dans le secteur, en particulier grâce à l’acquisition de Covidien par Medtronic pour 42.9 milliards [2]). Enfin, les 6 IPOs dans le diagnostic médical avec près de 200 millions de dollars de capital levés complètent ce panorama 2014.


Somme totale des capitaux levés par introduction en bourse en 2014 de sociétés de santé aux Etats-Unis par secteur (en millions de dollars)
Crédits : MS&T


L’oncologie et les immuno-thérapies gardent la faveur des marchés financiers publics

Dans le monde de la biotechnologie, l’oncologie et les immunothérapies constituent le secteur le plus important : 14 sociétés sont entrées en bourse et ont levé 1,1 milliards de dollars. Juno Therapeutics est la société qui a levé le plus de capital dans ce domaine avec 264 millions de dollars. Les maladies cardiovasculaires représentent une deuxième aire thérapeutique importante avec 6 IPOs et 476 millions de dollars réunis ; suivent ensuite les maladies inflammatoires et les traitements contre la douleur avec 5 IPOs et 282 millions de dollars levés. Enfin les maladies rares et les troubles du système nerveux central voient 4 entrées en bourse chacune avec respectivement 382,2 et 215,8 millions de dollars. Il est intéressant de constater que 5 sociétés de biotechnologies construisent des plateformes thérapeutiques permettant de développer des thérapies dans plusieurs aires thérapeutiques. Leur potentiel leur ont permis de lever 337 millions de dollars.

Boston, San Francisco et San Diego toujours en tête de la dynamique des introductions boursières

En termes de géographies, nous retrouvons les mêmes tendances que les années précédentes dans l’industrie de la santé comprenant les biotechnologies, les services, le diagnostic médical et les dispositifs médicaux. La région de Boston est en tête du nombre d’entrées en bourse avec 19 IPOs et 1,43 milliard de dollars, avec une répartition géographique très concentrée sur les villes de Boston et Cambridge. Suivent la baie de San Francisco avec 17 IPOs et la région de San Diego/Los Angeles avec 7 entrées boursières. Ces régions lèvent respectivement 1,59 et 0,77 milliards de dollars. Par rapport à 2013, San Francisco et sa région réalisent une performance notable, puisque la région recueille 12 IPOs supplémentaires et double largement le capital levé par rapport à 2013. Ces tendances restent les mêmes quand nous considérons uniquement le secteur des biotechnologies.

Les états de Pennsylvanie, New York, New Jersey, Connecticut, sièges traditionnels de l’industrie pharmaceutique, sont toujours actifs et recueillent respectivement 4, 3, 5 et 4 IPOs sur l’ensemble du secteur de la santé. L’axe ainsi formé de 16 IPOs a levé 2,87 milliards de dollars dont l’extrême majorité dans les services de santé (2,34 milliards de dollars), en particulier grâce à l’entrée en bourse de IMS Health Holdings et ses 1,3 milliards de dollars obtenus. Ces données confirment que les recherches concernant les nouvelles thérapies se sont largement déportées vers les régions de Boston et San Francisco : 9 des 10 sociétés pharmaceutiques mondiales les plus importantes ont des centres de recherche à Boston/Cambridge pour bénéficier de cet écosystème unique.

En dépit du statut de capitale financière, force est de constater que la ville de New York ne perce toujours pas dans le secteur de la santé avec uniquement 3 IPOs pour 143.4 millions de dollars.


Activité des Introductions boursières en santé aux Etats-Unis par état
Crédits : MS&T



Localisation des sociétés ayant réalisé une entrée boursière aux USA en 2014
Crédits : MS&T


En dehors du domaine des produits pharmaceutiques et de la biotechnologie, la concentration géographique est moins prononcée. En ne considérant que les sociétés des trois secteurs des services de santé, du dispositif médical et du diagnostic médical, même si la région de Boston, la baie de San Francisco et le duo Los Angeles/San Diego restent les régions en tête en termes de nombre d’IPOs et de montants levés, il est intéressant de constater que les états du New Jersey et de la Caroline du Nord sont également performants. Ces régions lèvent respectivement 951.7 millions de dollars avec 3 entrées boursières et 455.9 millions de dollars avec 2 entrées boursières.

Par ailleurs, si le Connecticut bat le record de fonds levés dans le secteur (1.3 milliards de dollars), cela est dû à une unique entrée en bourse gigantesque, celle d’IMS Health Holding, établie à Dannbury, Connecticut depuis de longues années et traduit plus une stratégie financière de la société qu’une dynamique de R&D du secteur.


Activité des Introductions boursières dans les dispositifs médicaux, le diagnostic medical et les services de santé aux Etats-Unis par état
Crédits : MS&T


Les entrées en bourses ne représentent qu’une partie de la réalité de l’industrie

L’analyse des entrées en bourse pendant l’année 2014 dans le domaine de la santé se focalise sur un certain type de transaction financière (l’appel au marché des capitaux publics par les sociétés en croissance) et ne représente qu’une partie de la réalité de l’industrie, pas toujours représentative de l’importance des écosystèmes d’innovation dans le domaine. Deux exemples dans le domaine des dispositifs médicaux et dans les biotechnologies illustrent ce phénomène.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, l’industrie du "Medtech" passe largement par des financements privés : capitaux risqueurs et acquisitions par des grands groupes. Ainsi, un des centres nationaux du "Medtech" se situe au niveau des "villes jumelles" de Minneapolis et Saint-Paul dans le Minnesota. Même si la région n’observe aucune IPO, elle est néanmoins première en termes de revenus issus de l’industrie des dispositifs médicaux avec 4,25 milliards de dollars loin devant le New Jersey, deuxième avec 1,94 milliards de dollars [3]. Le nombre d’employés du secteur dans les villes jumelles atteint 27 718, davantage qu’à Boston, San Francisco ou encore Los Angeles. Ces chiffres sont bien entendus liés à la présence des mastodontes du dispositif médical qui y ont élu domicile tels que Medtronic et Covidien ou même Boston Scientific, dont le siège social reste au Massachusetts [4].

Dans le domaine des biotechnologies, un exemple marquant de ce début d’année 2015 est la levée de fonds historique réalisée par Moderna Therapeutics de 500 millions de dollars, par placement privé : les introductions sur les marchés publics règlementés ne sont pas le seul moyen de lever d’importantes sommes d’argent pour financer le secteur de la santé. Dans la course au financement, Moderna a largement dépassé l’introduction en bourse moyenne qui n’est que de 73 millions en 2014. Dans le cas de Moderna, il est remarquable que le financement de la société vient à la fois de capitaux risqueurs (Viking Global Investors, Invus, RA Capital Management, Wellington Management Company, LLP) que de géants de l’industrie pharmaceutique (AstraZeneca, Alexion Pharmaceuticals et Merck) [5]. Ainsi, une société basée sur une plateforme technologique performante (des ARN messagers modifiés chimiquement) et avec de multiples applications (40 produits pharmaceutiques dans la seule collaboration avec AstraZeneca !) peut reunir les moyens financier pour garantir son expansion. Peu de doute que nous continuerons à entendre parler de Moderna et de son CEO, Stéphane Bancel.

Le marché de la santé va-t-il continuer sa croissance frénétique ?

Les financements publics et privés continuent d’affluer dans le secteur de la santé ce début 2015. Les actions des sociétés de biotechnologies sont au plus haut et l’indice Nasdaq Biotechnology à 111% éclipse les indices liés à l’ensemble du marché tel que le SP&P 500 à 37% (lui-même très bien portant). Cette hausse du Nasdaq Biotechnology a été nourrie par des performances hors du commun en 2014, en particulier celles des actions d’Agios Pharmaceuticals, société basée à Cambridge, MA, et de TG Therapeutics, basée dans la ville de New York dont les cours ont respectivement augmenté de 368% et de 306%, ces deux sociétés développant des médicaments contre le cancer. D’après l’article "Health-Care Stocks Avoid Malaise" du Wall Street Journal du 6 janvier 2015 [6], de nombreux investisseurs pensent que ces bonnes performances augurent d’une autre année foisonnante pour le secteur de la santé puisque les grandes sociétés pharmaceutiques sont stables et prospères, et les "petites biotech" amènent l’espoir de retours sur investissement très lucratifs. Cela incite des managers de fonds généralistes à investir dans un domaine, longtemps réservé à des connaisseurs, ce qui pourrait laisser craindre l’apparition d’une bulle financière sur les actifs du domaine [7].

Par contre, il faut noter que la FDA a approuvé 41 nouveaux traitements en 2014, la meilleure performance des 10 dernières années, ce qui contribue à expliquer la croissance de l’industrie. Marshall Gordon, analyste du secteur de la santé à ClearBridge Investments qui gère 109 milliards de dollars d’actifs déclare d’ailleurs "Nous sommes dans une période qui a vu d’incroyables succès dans de développement de médicaments, ce qui propulse le secteur" [6]. De nombreux observateurs pointent du doigt les prix très élevés des nouveaux traitements qui mis sur le marché. Cette polémique a été déclenchée par Gilead Sciences Inc et son traitement contre l’hépatite C à 1000 dollars la pilule. D’après Robert Weisman du Boston Globe, le marché ne peut pas absorber indéfiniment des traitements à n’importe quel prix [8]. L’industrie, elle, pointe la commercialisation de médicaments qui éradiquent une maladie, plutôt que de traiter des effets chroniques sans une véritable guérison, et un gain financier net pour la société et les systèmes de santé. Si les molécules chimiques sont copiées relativement rapidement quand l’exclusivité des brevets tombe, cela n’a pas été le cas jusqu’à présent des biologiques. Mais là aussi, la FDA ouvre la discussion quant à l’approbation de bio-similaires [9], ce qui permettra à des copies moins onéreuses d’atteindre le marché. Ces tendances pourraient inciter les prix à diminuer, ce que les investisseurs surveillent de très près. En conséquence, les industriels emploient de nouvelles stratégies : certains construisent leur modèle économique autour du pricing et du remboursement des médicaments, d’autres développent des plateformes pour générer des molécules ciblant plusieurs aires thérapeutiques : une stratégie gagnante pour de jeunes sociétés, ce que les entrées en bourse citées précédemment semblent confirmer [8].

Les données financières - que ce soit au niveau des marchés publics réglementés comme nous les avons étudiées ici, ou que ce soit le nombre et les montants des acquisitions par les "big pharma et biotech" ou encore de l’enthousiasme des capitaux risqueurs - montrent clairement un emballement financier, qui entrainera une correction. L’industrie de la santé est cependant basée sur des fondamentaux sains : de nombreux traitements prometteurs arrivant sur les marchés ; de nouveaux besoins (maladies infectieuses par exemple) apparaissent, alors que de nouvelles approches pour combattre ces maladies sont identifiées ; une progression importante du nombre de patients couverts par des assurances santé : l’industrie a encore de beaux jours devant elle !

Sources :


- Les données financière de cet article s’appuient principalement sur les sites internet suivants : http://www.123jump.com/ipo/ipo_recent/9/1/1/2014/ et http://www.nasdaq.com/
- [1] Rapport Medtech2013 Evaluate Pharma : http://www.massmedic.com/wp-content/uploads/2013/11/11-1-13-Evaluate-Presentation-for-MassMedic-Investor-Conf-with-report-li….pdf
- [2] http://orthostreams.com/2014/07/first-half-2014-medtech-acquisition-values-surpasse-2013-in-total/
- [3] http://www.statista.com/statistics/245808/leading-us-medtech-regions-based-on-net-income/
- [4] http://www.qmed.com/mpmn/gallery/image/2-minneapolis-st-paul-34-votes
- [5] http://www.forbes.com/sites/matthewherper/2015/01/05/moderna-therapeutics-raises-450-million-in-biggest-biotech-private-round-ever/
- [6] The Wall Street Journal, Jan 6, 2015 "Health-Care Stocks Avoid Malaise"
- [7] http://www.dailyfinance.com/2014/04/04/is-biotech-in-a-bubble-the-bear-case-explained/
- [8] The Boston Globe, Jan 12, 2015 "Biotechs booming but facing headwinds, too"
- [9] http://www.fda.gov/downloads/Drugs/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Guidances/UCM407844.pdf

Pour en savoir plus, contacts :

Les introductions boursières américaines dans le secteur des biotechnologies : le nouvel Eldorado ? - Bilan du succès 2013 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75619.htm
Code brève
ADIT : 77728

Rédacteurs :


- Oscar Castanon, Attaché Scientifique Adjoint, oscar.castanon@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….