Les lycéens américains mal préparés pour les études supérieures

, Partager

Les résultats de l’enquête annuelle de l’American College Testing (ACT) mettent en avant un manque de cohérence, voir une opposition entre ce que les enseignants des lycées inculquent aux élèves et ce que les professeurs des Colleges et Universités veulent trouver chez les jeunes étudiants. Ces différentes perceptions ne semblent pas nouvelles. Bien au contraire, elles seraient persistantes mais sans aggravations notables depuis une trentaine d’années selon les auteurs de l’enquête. Les inquiétudes quant au manque de qualifications générales de la population américaine faisant actuellement l’objet de débats récurrents, l’ACT estime à point le moment de partager cette information. En effet, les établissements d’enseignement supérieur se reposant totalement sur les lycées pour la préparation des élèves au College ou à l’université, la connaissance de ce "décalage", qui vient s’ajouter aux éléments de découragement des aspirants étudiants, prend toute son importance.

La disparité entre ce qui est enseigné au niveau secondaire et les connaissances demandées au niveau supérieur se ressent sur des concepts essentiels. En mathématiques par exemple, alors que les professeurs des Colleges et universités veulent s’adresser à des étudiants ayant une bonne compréhension des principes fondamentaux, dans les lycées, les enseignants s’obstinent à développer des connaissances approfondies sur un sujet spécifique (statistiques, etc.) au détriment des bases générales. Il en est de même dans les disciplines scientifiques où au niveau post-secondaire, la maîtrise des méthodes de recherche et des processus scientifiques est autrement plus recherchée que des connaissances spécifiques. En anglais, l’enseignement très largement axé sur le développement des idées des lycéens plutôt que sur la syntaxe, la grammaire et l’orthographe explique sans doute le besoin accru de cours de rattrape au niveau universitaire.

Pour remédier à ces différentes perspectives aux néfastes conséquences sur l’enseignement supérieur, l’ACT émet quelques suggestions dont la suivante : chaque état propose des normes servant de base à l’élaboration des programmes de ses établissements secondaires. Plutôt que d’en augmenter le nombre, dans un souci d’homogénéité nationale quelques-unes pourraient être mieux ciblées en précisant les domaines clef dans lesquels les futurs étudiants doivent être préparés.
Mais une fois encore, les dysfonctionnements observés sont le fruit d’un système décentralisé. Pour voir une amélioration, l’entente et la coopération de chaque état seront indispensables.

Source :


- http://insidehighered.com/news/2007/04/10/act
- ACT’s National Curriculum Survey 2005-2006
http://www.act.org/path/policy/pdf/NationalCurriculumSurvey2006.pdf

Rédacteur :

Marie Parsy, universites.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….