Les organismes français parmi les plus innovants du monde selon Reuters

, Read this page in English , Partager

En mars 2016, l’agence de presse Reuters publie un classement des organismes publics de recherche les plus innovants du monde : excellents résultats pour la France, puisque le CEA prend la 1ère place, le CNRS est 5ème, et l’Inserm 10ème. [1]

Classement des organismes publics de recherche les plus innovants du monde

En mars 2016, Reuters publie un classement des organismes publics de recherche : le Top 25 Global Innovators - Government porte sur les institutions publiques qui contribuent le plus à faire progresser la science et la technologie dans le monde. Ce classement est basé sur l’intégration de données relevant de la propriété intellectuelle, du nombre de brevets et de publications indexés dans la base de données des plateformes de Thomson Reuters au cours des 8 dernières années. Les 25 premières organisations publiques listées sont classées en fonction de 10 critères dont le nombre total de publications recensées, le pourcentage de publications incluant un co-auteur au moins affilié à une entité privée, le volume de brevets enregistrés auprès du WIPO (World Intellectual Property Organization), le taux de « succès » des brevets (leur taux d’application), le pourcentage de dépôt de brevets couvrant à la fois les Etats-Unis, l’Europe et le Japon, ou le taux de citation de brevet (Patent citation Index). [2]

Résultat : trois institutions françaises dans le top 10 !

Le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) prend la 1ère place de ce classement, devant le Fraunhofer (Allemagne) et le JST (Japon). Dans un communiqué, l’organisme français déclare devoir sa position de leader « non seulement au nombre important de demandes de brevets déposés, mais aussi et surtout au très fort taux de brevets délivrés comparé au volume déposé ». En effet un total de 2252 demandes de brevets (WIPO) a été déposé entre 2008 et 2013, principalement dans les secteurs de l’énergie (nucléaire et renouvelables), des semi-conducteurs, de la chimie et des produits de consommation finaux. 81,2% de ces demandes ont abouti, et ces brevets sont par ailleurs fréquemment cités par des chercheurs extérieurs. Complétant l’excellence française, le CNRS s’empare de la 5ème place et l’Inserm de la 10ème place. [3] Grâce à ces trois institutions, la France est le pays le mieux représenté dans le Top 10, devant le Japon et les Etats-Unis avec deux institutions chacun, suivi de l’Allemagne, de la Corée du Sud et de Singapour.

  1. Alternative Energies and Atomic Energy Commission (FRANCE)
  2. Fraunhofer Society (GERMANY)
  3. Japan Science & Technology Agency (JAPAN)
  4. U.S. Department of Health & Human Services (USA)
  5. National Center for Scientific Research (FRANCE)
  6. Korea Institute of Science & Technology (SOUTH KOREA)
  7. National Institute of Advanced Industrial Science & Technology (JAPAN)
  8. U.S. Department of Energy (USA)
  9. Agency for Science, Technology & Research (SINGAPORE)
  10. French Institute of Health & Medical Research (FRANCE)

Dans la suite de ce classement, l’Institut Pasteur prend la 17ème position. L’Europe occupant 9 places du Top 25 est le continent le plus innovant selon Reuters.

Ces éléments viennent rappeler les craintes concernant la perte de compétitivité au niveau mondial des Etats-Unis exprimées dans un rapport du MIT publié en 2015 : “The Future Postponed - Why Declining Investment in Basic Research Threatens a U.S. Innovation Deficit”. [4] A l’origine de ce document, l’inquiétude causée par les diminutions de la part du budget fédéral alloué à la recherche fondamentale, qui n’a cessé de baisser ces dernières années. [5] Notons toutefois que les Etats-Unis restent, selon la même agence Reuters, une source inégalée d’innovation grâce à ses universités. Reuters avait en effet établi l’an dernier le classement des universités les plus innovantes du monde, et le podium était 100% américain : Stanford University en était sorti grand vainqueur, devant le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et Harvard University.

Battery pilot plant in CEA Liten headquarters, Grenoble, France


Rédacteur :
- Jean-Benoit CARIOU - Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Boston - jean-benoit.cariou@ambascience-usa.org