Les récentes initiatives d’Obama pour la protection de la zone arctique

, Partager

Le président Obama a récemment publié un décret dont le but est d’améliorer la coordination autour des activités des Etats-Unis dans la région de l’Arctique. Ce décret publié le 21 janvier dernier a été suivi par une série d’annonces visant à préserver l’habitat naturel de l’Alaska, ainsi que l’héritage des tribus natives. Un ensemble d’initiatives en amont du mandat à venir des Etats-Unis à la tête du Conseil de l’Arctique.


Crédits : kamchatka


Un comité pour la zone arctique

Le réchauffement climatique et l’accélération de la fonte des glaces dans la région mettent la zone arctique au centre de nombreux enjeux majeurs internationaux. Importante ressource pétrolière ou route maritime prometteuse, l’exploitation de ce nouveau territoire soulève d’importantes questions, notamment en termes de protection de de l’environnement. C’est dans cette optique que les Etats-Unis ont récemment publié plusieurs annonces visant à cadrer l’exploitation du territoire arctique américain, l’Alaska.

Un décret publié le 21 janvier 2015 [1] inclut la création d’un comité exécutif visant à accroître la coordination entre les différents organismes fédéraux et renforcer la collaboration entre les Etats, les universités, les instituts de recherche ainsi que toutes les parties prenantes autour des problématiques de l’arctique. Ce comité souhaite s’appuyer sur les données scientifiques disponibles pour la prise de décisions concernant de nouvelles activités en Alaska. L’enjeu étant de pouvoir être capable de prévoir l’impact de ces activités sur le plan écologique ainsi que sur les tribus locales. Cette région du grand nord comprend en effet un nombre important de peuples autochtones tels que les communautés Inuits, Aléoutes et Athabaska [2].

Le texte mentionne que la région de l’Alaska s’est réchauffée deux fois plus rapidement que le reste des Etats-Unis au cours des 60 dernières années en raison du changement climatique. Plusieurs exemples de conséquences sont citées tels que la réduction significative de la banquise arctique, le recul des glaciers, l’érosion côtière, l’acidification des océans mais aussi les épidémies d’insectes et la recrudescence des incendies… Des phénomènes qui concernent aussi l’ensemble des Etats-Unis (c.f. le rapport de l’U.S National Climate Assessment [3]), mais amplifiés dans le grand nord du fait des accroissements de température plus important qu’ailleurs sur le territoire américain.

Ce comité sera présidé par le directeur du Bureau de Politique Scientifique et Technologique (Office of Science and Technology Policy) et comprendra comme membres des représentants du Conseil sur la qualité de l’environnement, du Conseil de Politique Intérieure, du Conseil National de Sécurité, et d’autres fonctionnaires de haut niveau issus d’autres organismes américains.

Suivant ce décret, un ensemble de décisions ont également été prises par la Maison Blanche pour protéger l’habitat naturel de l’Alaska. Première décision, la restriction des zones maritimes ouvertes à l’exploitation pétrolière [4]. Le texte désigne une partie de la mer de Beaufort et des Tchouktches comme hors limites à la prospection pétrolière, protégeant ainsi des zones d’importance critiques pour la subsistance des autochtones de l’Alaska, ainsi qu’un écosystème aussi unique que fragile. Egalement en Décembre, le président Obama a lancé une procédure permettant de placer les eaux de la baie de Bristol [5] hors limites à l’exploitation pétrolière et gazière. Plus récemment, le président Obama a annoncé le renforcement de la protection de l’Arctic National Wildlife Refuge [6], une des plus belles ressources de l’Alaska.

Cependant et si cette série de décisions rassure certaines agences environnementales, la région de l’Alaska reste largement convoitée pour ces ressources pétrolières, à l’image de la récente annonce de Shell en faveur de la mise en place d’un chantier pétrolier offshore en 2015 le long des côtes d’Alaska [7]. Une ressource qui pourrait assurer un important développement économique de la zone arctique.

Les Etats-Unis au Conseil de l’Arctique

En avril prochain, les Etats-Unis auront la responsabilité de présider le Conseil de l’Arctique [8]. Créé par la Déclaration d’Ottawa en 1996, le Conseil de l’Arctique est un forum intergouvernemental, visant à promouvoir la coopération, la coordination et les interactions entre les Etats signataires (Etats-Unis, Canada, Russie, Danemark, Norvège, Suède, Islande et Finlande) sur le développement durable et la protection de l’environnement dans l’Arctique [9]. Durant leur mandat et pour faire face aux problématiques actuelles, les Etats-Unis auront (entre autres) la responsabilité de renforcer la coopération internationale dans l’Arctique afin de pouvoir atténuer les émissions de gaz à effet de serre, mieux comprendre et gérer les impacts du changement climatique, développer et gérer les ressources de façon responsable…

Les récentes actions du président Obama promettent d’importantes opportunités d’échanges entre la France et les Etats Unis en préparation de la COP21 (qui aura lieu à Paris en décembre prochain [10]). Une conférence internationale intitulée "Our Common Futur Under Climate Change" aura lieu à Paris les 7 et 10 juillet prochain en amont de l’évènement [11] où les questions de l’arctique feront l’objet d’une conférence dédiée (voir programme temporaire [12]). Interviendra un large panel d’acteurs internationaux ainsi que des représentants du Chantier Arctique [13] et de l’Institut Polaire [14] côté français.

Sources :


- [1] http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/01/21/executive-order-enhancing-coordination-national-efforts-arctic
- [2] http://www.fiercehomelandsecurity.com/story/obama-executive-order-seeks-boost-arctic-policy-coordination-cut-greenhouse/2015-01-22
- [3] http://nca2014.globalchange.gov/report
- [4] http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/01/27/presidential-memorandum-withdrawal-certain-areas-united-states-outer-con
- [5] http://www.whitehouse.gov/blog/2014/12/16/5-things-you-need-know-about-alaskas-bristol-bay
- [6] http://www.whitehouse.gov/blog/2015/01/25/president-obama-calls-congress-protect-arctic-refuge-wilderness
- [7] http://www.adn.com/article/20150129/shell-says-it-plans-drill-alaskas-arctic-2015
- [8] http://insideclimatenews.org/news/20150105/looking-ahead-arctic-united-states-point
- [9] http://www.arctic-council.org/index.php/en/
- [10] http://www.cop21paris.org/
- [11] http://www.commonfuture-paris2015.org/
- [12] http://www.commonfuture-paris2015.org/Programme/Provisional-Programme.htm
- [13] http://www.chantier-arctique.fr/fr/index.php
- [14] http://www.institut-polaire.fr/

Rédacteurs :


- Maxime HUYNH - Attaché scientifique adjoint, Consulat Général de France à Boston - maxime.huynh@ambascience-usa.org
- Jean-Jacques Yarmoff - Attaché scientifique, Consulat Général de France à Boston - jean-jacques.yarmoff@ambascience-usa.org
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques.com/3