Les réserves naturelles vont devoir dégraisser le mammouth

, Partager

Pour faire face à l’érosion de ses budgets d’opération, le National Wildlife Refuge Systems (réserves naturelles ou NWR) va devoir réduire substantiellement le nombre de ses employés. 565 postes sont concernés, soit 20% de la main d’oeuvre dédiée aux NWR au sein du Fish and Wildlife Service (FWS, Department of the Interior).

Depuis 2001, le budget hors salaires du système des NWR a augmenté de 83 millions de dollars pour atteindre 394 millions dans la proposition présidentielle pour l’année fiscale 2008. Mais cette augmentation est oblitérée par l’augmentation des coûts de fonctionnement et de maintenance et ne permet pas de rattraper les retards cumulés de maintenance, estimés à environ 1,5 milliards de dollars. Face à cette situation, le Fish and Wildlife Service n’a d’autre moyen que de réduire ses coûts de main d’oeuvre. L’objectif est de parvenir à un équilibre 80:20 entre les coûts salariaux et les coûts opérationnels, pour un ratio actuel de l’ordre de 85:15. Ces mesures devraient affecter les activités des réserves, qui vont de la police de l’environnement à la restauration des habitats, en passant par la protection des espèces en danger et l’accueil du public pour des activités récréatives, éducatives, de pêche ou de chasse.

Les résultats d’une enquête réalisée par une ONG auprès de 176 responsables de réserves traduisent l’inquiétude de ces derniers pour l’avenir du système NWR et leur perte de confiance vis-à-vis de l’administration. 94% estiment que leur budget total a régressé et 92% que ces diminutions budgétaires ont affectés négativement les programmes de gestion des habitats. 84% jugent leur réserve sous dotée en main d’oeuvre. 60% d’entre eux affirment être insuffisamment écoutés par leur hiérarchie et ils sont 64% à faire état d’un manque de soutien dans leurs opérations de terrain. Enfin, pour deux tiers d’entre eux, le moral est bas parmi les employés.

Le système des réserves faunistiques compte 547 sites aux Etats-Unis pour un territoire protégé voisin de 400000 km2 (équivalent à près de 3/4 de la France métropolitaine). La taille des réserves varie de 2306 m2 (réserve de Mille Lacs, Minnesota) à 77700 km2 (réserve arctique, ou ANWR). La première réserve, Pelican Island, en Floride, a été instituée par le Président Theodore Roosevelt le 14 mars 1903.

Source :


- http://www.defenders.org/releases/pr2007/pr031307.html
- Impact des réductions budgétaires par Etat : http://www.defenders.org/habitat/new/funding/refuge_funding_by_state.pdf
- Enquête de PEER (Public Employees for Environmental Responsibility) auprès des gestionnaires de réserves naturelles : http://www.peer.org/pubs/surveys/07_5_2_survey.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- Eléments budgétaires 2006-2008 du Fish and Wildlife Service : http://www.fws.gov/budget/2008/2008%20highlights%20book%20-%20FWS%20section.pdf
- National Wildlife Refuge System Workforce Plan, Southwest Region 2007-2009 : http://www.fws.gov/southwest/refuges/docs/R2%20Workforce%20Plan.pdf
- Enquête de PEER (Public Employees for Environmental Responsibility) auprès des gestionnaires de réserves naturelles : http://www.peer.org/pubs/surveys/07_5_2_survey.pdf
- Pelican Island, plus ancienne réserve des Etats-Unis http://www.fws.gov/pelicanisland/
Code brève
ADIT : 41976

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….