Les restrictions américaines à l’immigration risquent d’inverser le phénomène de la fuite des cerveaux

, Partager

Plus d’un million de professionnels étrangers - comprenant de nombreux scientifiques, ingénieurs, docteurs et chercheurs ainsi que leur famille - sont confrontés au retard croissant du traitement des demandes de visa de résident permanent aux Etats-Unis, selon un rapport de la Fondation Ewing Marion Kauffman. Conduite par des chercheurs de Duke University, New York University et Harvard University, cette étude est la troisième d’une série portant sur la contribution des immigrants à la compétitivité de l’économie américaine.

Les études précédentes avaient notamment montré qu’une entreprise sur quatre fondée entre 1995 et 2005 dans le secteur de l’ingénierie et de la technologie avait un fondateur étranger. Les fondateurs de ces entreprises étaient généralement hautement qualifiés dans les domaines des sciences, de la technologie, des mathématiques et de l’ingénierie. 96 pour cent d’entre eux étaient titulaires d’une licence et 75 pour cent étaient titulaires d’un master ou d’un doctorat. Les Indiens constituaient le groupe le plus important, qui à lui seul (26% des fondateurs étrangers) représentait plus que l’ensemble des quatre pays d’origine suivants : le Royaume-Uni, la Chine, Taiwan et le Japon.

D’après l’étude la plus récente, la participation des étrangers dans le domaine des brevets est considérable. En effet, les étrangers résidant aux Etats-Unis sont cités comme inventeurs ou co-inventeurs de plus du quart des demandes de brevet international enregistrées aux Etats-Unis en 2006. Cela représente une augmentation substantielle depuis 1998, où cette proportion était de 7.6 pour cent seulement.

L’apport des chercheurs et des scientifiques étrangers est fondamental pour certaines grandes entreprises. Par exemple, les étrangers (travaillant aux Etats-Unis ou à l’extérieur) ont contribué à plus de la moitié des brevets internationaux enregistrés par les entreprises multinationales suivantes : Qualcomm (72 pour cent), Merk & Co. (65 pour cent), General Electric (64 pour cent) et Cisco (60 pour cent). Cette tendance concerne également le secteur public, puisque 41 pour cent des brevets déposés par le gouvernement américain comportaient des inventeurs ou co-inventeurs étrangers.

De leur côté, les professionnels étrangers sont attirés en masse vers les Etats-Unis. Ainsi, en 2006, 1 055.000 résidents temporaires et membres de leur famille étaient en attente du statut de résident permanent. S’ajoutaient 126.000 résidents étrangers, portant le total mondial à 1 181.000 demandeurs.

Cependant, la concurrence est extrêmement rude pour ce million de demandeurs puisque seulement 120.000 visas de résidents permanents sont octroyés annuellement. De plus, le nombre de visas pouvant être accordé aux immigrants issus de chacun des principaux pays d’origine principaux (la Chine, l’Inde, le Mexique, les Philippines) est inférieur à 10.000 par an. En conséquence, le temps d’attente pour l’obtention d’un visa est de plusieurs années, quatre au minimum pour les pays les plus peuplés comme l’Inde et la Chine.

L’étude suggère que ces entraves à l’immigration permanente créent un risque de fuite des cerveaux. Les scientifiques et chercheurs étrangers préféreraient ainsi retourner dans leur pays d’origine, privant les Etats-Unis d’une contribution essentielle à l’économie nationale. Les résultats de l’enquête sur les nouveaux immigrants (New Immigrant Survey) montrent qu’environ un nouvel immigrant sur cinq et un demandeur principal de visa sur trois prévoit de quitter les Etats-Unis ou n’est pas certain d’y rester. Dans les faits, un nombre croissant de professionnels qualifiés ont commencé de retourner dans leur pays d’origine, notamment en Inde et en Chine, où l’économie est en plein essor.

Source :


- Article du Inside Higher ED du 23 août 2007 : http://www.insidehighered.com/news/2007/08/23/qt
- Rapport : Wadhwa, Vivek, Jasso, Guillermina, Rissing, Ben, Gereffi, Gary and Freeman, Richard B., "Intellectual Property, the Immigration Backlog, and a Reverse Brain-Drain : America’s New Immigrant Entrepreneurs, Part III" (August 22, 2007) : http://ssrn.com/abstract=1008366

Pour en savoir plus, contacts :


- Le site de la Fondation Ewing Marion Kauffman : http://www.kauffman.org/items.cfm?itemID=906
- Le site du New Immigrant Survey : http://nis.princeton.edu/
Code brève
ADIT : 50893

Rédacteur :

Estelle Bouzat : universites.vi@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….