Les scientifiques cherchent les clés du bonheur avec la "psychologie positive"

, Partager

Les conseils pour devenir plus heureux ont été maintes et maintes fois le sujet principal de bien des livres, mais ces conseils sont généralement peu étayés d’arguments scientifiques. Pourquoi ? Beaucoup de chercheurs pensent que c’est une quête futile. Depuis des décennies, une théorie assez bien reçue est que le niveau de bonheur des personnes est fixé, comme un thermomètre qui ne change pas de température, et que les émotions de bonheur ou de tristesse liés aux grands évènements de la vie -décès, divorces, mariages- s’estomperont avec le temps. Les personnes s’adaptent.
Pourtant, certains psychologues refusent d’adhérer à cette théorie. La "psychologie positive" est un mouvement qui tente de changer le point de vue sur le bonheur. Le docteur Ed Diener de l’Université de l’Illinois, par exemple, explique que de récentes études à long terme révèlent que le bonheur n’est pas "figé" à un certain niveau, et même, serait plus "malléable" qu’on ne le pense généralement.

Les travaux de Martin Seligman de l’Université de Pennsylvanie et de ses collègues soutiennent cette hypothèse. Leur projet "Authentic Happiness", à travers le site web dédié à l’étude de la "psychologie positive", propose des exercices pour améliorer le sentiment de bonheur à long terme. Quelques exercices suggérés :
- à la fin de la journée, penser à trois choses qui se sont bien passés ce jour-là, l’idée étant de revaloriser la routine quotidienne ;
- découvrir ses puissances personnelles (par exemple, l’humour, l’intelligence) en complétant un questionnaire, en choisir les 5 plus fortes et chaque jour pendant une semaine, appliquer ces capacités dans la vie de tous les jours ;
- savourer les petites choses agréables de la vie ;
- écrire comment vous voulez qu’on se rappelle de vous ;
- pratiquer la gentillesse par hasard et sans arrière-pensées ;

Bien que les exercices aient l’air simplistes, les résultats étaient prometteurs pour les 500 participants du projet de Seligman. Sur 6 mois, les participants ont indiqué qu’ils étaient plus heureux et présentaient moins de symptômes dépressifs.
Seligman propose également des questionnaires du NIH, de l’Université du Michigan et d’autres institutions. Ces tests mesurent, entre autres :
- le bonheur constant du participant (satisfaction de la vie)
- le bonheur actuel/réel
- l’appréciation du passé
- la tendance à fuir ses problèmes
- les tendances d’affection

Les internautes qui s’enregistrent sur le site "Authentic Happiness" du Positive Psychology Center de l’Université de Pennsylvanie (http://www.authentichappiness.sas.upenn.edu/) peuvent effectuer les tests, et contribuer aux recherches en cours pour le projet de Seligman.
Une autre psychologue, le docteur Sonja Lyubomirksy de l’Université de Californie-Riverside, explore des stratégies d’atteinte du bonheur, par exemple, de penser à la meilleure journée de votre vie. Quelques stratégies marchent mieux que d’autres et cela dépend bien évidemment de la personne en question. Elle explique que ces nouvelles théories sur le bonheur et la "positive psychology" prendront beaucoup de temps pour être validées…

Source :


- E-news : http://news.yahoo.com/s/ap/20061126/ap_on_he_me/be_happy
- Positive Psychology Center, University of Pennsylvania : http://www.ppc.sas.upenn.edu/
- Authentic Happiness : http://www.authentichappiness.sas.upenn.edu/

Pour en savoir plus, contacts :


- Dr. Martin Seligman : http://www.ppc.sas.upenn.edu/bio.htm
- Dr. Sonja Lyubomirsky : http://www.faculty.ucr.edu/sonja/
- Dr. Ed Diener : http://www.psych.uiuc.edu/ediener/
- Dr. Richard Lucas : http://www.msu.edu/user/lucasri/
- Dr. Daniel Gilbert : http://www.wjh.harvard.edu/~dtg/gilbert.htm
Code brève
ADIT : 40297

Rédacteur :

Elodie Sutton assistant-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….