Maladie d’Alzheimer : la recherche sud-californienne au centre d’une controverse universitaire

, Partager

L’Université de Californie du Sud (University of Southern California, USC) est une université privée en pleine croissance dont les campus principaux sont situés à Los Angeles. Cette croissance ne se fait pas sans causer de tensions avec les universités publiques du UC system basées en Californie du Sud. Ainsi, l’Université de Californie à San Diego (University of California San Diego, USCD) a engagé ce mois-ci des poursuites judiciaires contre un ancien chercheur et USC, accusés d’avoir détourné à leur profit des travaux de recherche sur la maladie d’Alzheimer.

Le chercheur au centre de la controverse, Paul Aisen, dirigeait depuis 2007 le Alzheimer’s Disease Cooperative Study (ADCS), un programme de recherche sur la maladie d’Alzheimer basé à UCSD. Ce programme a été créé en 1991, et dépend notamment des financements du National Institute on Aging (NIA), qui est un institut public, ainsi que d’autres financements publics et privés, représentant un soutien total estimé à environ 100 millions de dollars [1]. Le 21 juin dernier, Paul Aisen a quitté ses fonctions au sein du ADCS, et dès le 25 juin, a été nommé directeur d’un centre spécialisé sur la maladie d’Alzheimer, nouvellement créé par USC, et qui vient donc concurrencer le ADCS [2].

UCSD critique dans sa plainte les méthodes de USC, qui aurait promis à Paul Aisen une rémunération de 500 000 dollars annuels jusqu’en 2020 [3] et des financements accrus pour ses recherches, alors que le scientifique était encore employé par UCSD. La plainte reproche aussi à Paul Aisen et aux huit chercheurs qui l’ont accompagné de ne pas avoir partagé les recherches effectuées au sein du ADCS, freinant ainsi la poursuite de ce programme [4]. Plus largement, les accusations de UCSD portent sur le fait que USC et Paul Aisen auraient tenté de s’approprier des subventions publiques et des données scientifiques. Aujourd’hui, UCSD réclame à USC une compensation financière, dont le montant n’a pas été spécifié [5].

Dans les faits, le départ de Paul Aisen n’a pas entraîné de migration des subventions publiques qui avaient été attribuées aux projets de recherche menés par le ADCS. Le NIA a d’ailleurs confirmé que ces financements resteraient dédiés aux travaux du ACDS, et ne suivraient pas Paul Aisen [6]. Cette annonce du NIA n’est pas surprenante, puisqu’en règle générale, les subventions publiques dans le domaine de la santé sont attribuées à des institutions, et non pas à des individus. Lorsqu’un chercheur quitte un établissement pour un autre, les modalités de transfert de subventions sont habituellement négociées au cas par cas, et requièrent l’aval du chercheur, des deux établissements, et des institutions finançant les recherches.

Il est assez inhabituel de voir les différends de ce type entre universités se terminer devant les tribunaux. USC a d’ailleurs défendu ses pratiques en soulignant que dans la sphère académique, démarcher les chercheurs d’autres établissements est un procédé courant. USC a aussi souligné que d’autres chercheurs allaient prochainement rejoindre son nouveau centre, en provenance du ACDS [7], suivant ainsi l’exemple initié par Paul Aisen, et menaçant la poursuite du programme de recherche sur la maladie d’Alzheimer au sein de UCSD. Néanmoins, la controverse actuelle entre USC et UCSD doit être replacée dans un contexte bien précis. USC a entrepris un processus d’expansion, visant notamment à créer un pôle d’attractivité majeur sur Los Angeles dans le domaine des sciences de la vie et des biotechnologies [8]. USC a ainsi débauché de nombreux scientifiques de renom, employés auparavant par d’autres universités sud-californiennes, comme Caltech, UCLA, ou UCSD. USC a aussi tenté d’acquérir le prestigieux Scripps Research Institute de San Diego l’année passée, sans succès. Les capacités financières de l’établissement sont considérables, puisque USC a réussi à collecter environ 4 milliards de dollars pour mettre en place ce pôle scientifique, et cherche à obtenir 2 milliards de plus d’ici à 2018 [9]. L’action judiciaire de UCSD témoigne donc d’une certaine tension entre des établissements en compétition dans les mêmes domaines scientifiques, et pose des questions de transfert de financements, et de propriété intellectuelle.

Article rédigé le 8 juillet 2015. Les développements de la controverse peuvent être suivis en consultant les mises à jour des sources citées précédemment, et les sites Internet des journaux suivants :
-  San Diego Union Tribune : http://www.sandiegouniontribune.com
-  Los Angeles Times : http://www.latimes.com

Rédacteurs

- Clément Métivier, Los Angeles, clement.metivier@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes les activités du Service Scientifique du consulat général de France à Los Angeles : http://www.consulfrance-losangeles.org/spip.php?rubrique241 ;
- Retrouvez toutes les activités de la Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis sur : http://france-science.org