Malgré un récent fléchissement, les recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines aux Etats-Unis restent dynamiques

, Partager

Aux Etats-Unis, le moratoire fédéral instauré en 2001 par l’administration de G. Bush sur le financement des recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines a eu de larges conséquences sur ce domaine de recherche, comme le montre le nombre de publications américaines sur ce sujet, en diminution ces deux dernières années.
L’impact en a été non seulement financier mais également humain avec "l’exil" de certains chercheurs comme Roger Pedersen ancien chercheur de UCSF qui a isolé les premières cellules souches embryonnaires murines et qui a rejoint en 2001 le Royaume Uni pour devenir directeur du centre de biologie et médecine des cellules souches de l’université de Cambridge : "A l’époque où je suis parti, l’état de Californie ne finançait pas les recherches sur les cellules souches humaines, j’étais uniquement financé via les programmes public/ privé BioStart avec comme partenaire la société Geron. Si ces financements étaient coupés, je ne pouvais plus travailler".
Convaincue du potentiel des cellules souches embryonnaires pour la recherche médicale en particulier comme outil thérapeutique avec les retombées économiques afférentes, la communauté scientifique soutenue par des associations de malades a obtenu dans certains états le lancement de programmes spécifiques destinés à financer cette recherche indépendamment des contraintes financières et réglementaires fédérales.
L’état de Californie est leader en la matière avec le vote de la proposition 71 qui alloue, grâce à un emprunt d’état, 3 milliards de dollars sur 10 ans à ce domaine. Bien que ce processus soit ralenti par différents procès en cours qui bloquent les crédits, ’un travail de fond est déjà en marche pour organiser les recherches dans le domaine’ note Arnold Kriegstein directeur de l’Institut des cellules souches et de la biologie des tissus de UCSF où plus de 60 laboratoires étudient les cellules souches et leurs cellules dérivées chez l’homme, la souris, le poisson, les vers (SFGate, 3 février 2006). De nombreuses initiatives sont prises par les Universités et Instituts californiens pour créer de nouveaux centres de recherche (Stanford, San Diego) afin de bénéficier des fonds étatiques et privés issus de la proposition 71 gérés par l’Institut de médecine régénérative de Californie basé à San Francisco. A l’heure actuelle, les recherches sur les cellules souches embryonnaires humaines sont menées grâce à des fonds privés et des bourses "Discovery" public/privé. 11 nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires humaines ont ainsi été crées et la reprise des études initiées dès 1999 sur le transfert cellulaire somatique thérapeutique est en projet.
Le Symposium du 8 février 2006 à San Francisco dédié aux cellules souches a permis de montrer le dynamisme des recherches menées aux Etats-Unis. Des chercheurs de Stanford (C. Scott), UC San Francisco (A. Kriegstein) , UC Irvine (Brian Cummings) , U Minesota (Dan Kaufmann) ont présenté les nouvelles avancées sur les mécanismes de l’auto-renouvellement et de la différentiation des cellules souches, les voies de signalisation associées, les nouvelles technologies de clonage.
Sur un plan stratégique, afin d’assurer le développement de ce secteur de recherche et sa valorisation médicale et thérapeutique, les participants ont insisté sur la nécessité de développer des interactions avec :
- des entreprises dans le financement des recherches et le développement de produits thérapeutiques permettant de pallier des financements publics insuffisants et l’attitude frileuse des fonds de capital risque qui demandent un retour sur investissement trop rapide pour ce type de recherches.
- les institutions officielles et gouvernementales concernées pour gérer l’évolution des problématiques éthiques liées à ce type de recherche.
- des laboratoires internationaux pour créer une masse critique de moyens et de compétences nécessaires à des avancées rapides sur un sujet aussi complexe.

Source :


- International Symposium on Stem Cell Collaboration, 7 février 2006, San Francisco
- BioWorld Today, 8 Fevrier 2006, Volume 17, No. 26

Rédacteur :

Peggy Rematier, vi.sdv@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….