Manifestation à la centrale électrique du Congrès : Non au Charbon !

, Partager

Lundi 2 Mars s’est tenue une manifestation à Washington DC contre l’utilisation du charbon comme source d’énergie. Choisissant pour cible la centrale électrique en charge de l’alimentation du Congrès à Washington DC, les manifestants - environ 1.000 personnes - se sont divisés en quatre groupes pour bloquer les différentes entrées du site industriel. La manifestation, très bien orchestrée et regroupant plus de 90 associations différentes, n’a donné lieu à aucune arrestation. Cet évènement, sans précédent dans l’histoire américaine, avait trois objectifs : faire cesser l’utilisation de charbon comme source principale d’énergie, obtenir une législation sur le changement climatique (réduction des GES) et fédérer les différents mouvements environnementaux autour d’une action commune.


Reprenant les paroles d’Al Gore au pied de la lettre "Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas des rangées de jeunes gens bloquant les bulldozers et empêchant la construction de nouvelles centrales électriques au charbon" [1], plusieurs centaines de manifestants se sont ainsi rassemblés dans le froid et la neige pour protester devant la centrale électrique, symbole de la politique énergétique américaine. En effet, Al Gore, surnommé par les medias "le Goracle de l’environnement" [2], avait appelé à la désobéissance civile comme moyen d’action pour augmenter la part d’énergies renouvelables et cesser l’utilisation d’énergie polluante telle que le charbon. De nombreuses personnalités se sont par ailleurs jointes à la manifestation (le maire de Salt Lake City : Rocky Anderson, les écrivains Wendell Berry et Vandana Shiva…) , la principale étant le Docteur James Hansen (responsable du laboratoire sur les études spatiales du "NASA Goddard Institute" et professeur à l’université de Columbia), premier scientifique à témoigner devant le Congrès en 1988 des risques du réchauffement climatique.

Actuellement, le charbon est à l’origine de la moitié de la production électrique aux Etats-Unis, les énergies renouvelables n’étant jusqu’à ce point pas compétitives avec la filière charbonnière. Ces arguments ont été utilisés par un petit groupe de contre manifestants (20 personnes), venus défendre les avantages du charbon devant l’usine. Pour autant, les récents événements survenus au niveau des bassins de stockage de centrales fonctionnant au charbon ont mis à jour les pollutions importantes impliquées par l’utilisation d’une telle source d’énergie (3). Le public a ainsi pris conscience de l’urgence de la situation, le charbon étant non seulement responsable d’importantes émissions de GES mais aussi de rejets conséquents de polluants tels que les métaux lourds (mercure, arsenic…).

La centrale électrique du Congrès, alimentée par un mélange de charbon, gaz naturel et pétrole fêtera ses 100 ans l’année prochaine. En charge du chauffage et de la climatisation des bâtiments fédéraux, cette centrale avait déjà fait l’objet de plusieurs projets de réhabilitation abandonnés successivement. A la suite du dispositif "Green the Capitol", adopté par le Congrès en 2007 et visant à intégrer des pratiques environnementales au sein du siège de l’organe législatif des Etats-Unis, les ingénieurs de la centrale avaient alors étudié la possibilité d’intégrer une filière de capture et de stockage du dioxyde de carbone au site industriel. Le projet n’avait cependant pas abouti en raison de l’ampleur des travaux nécessaires et des coûts impliqués.

Toutefois, cette manifestation aura permis de relancer le débat, le Congrès ayant communiqué le jeudi 26 février sa volonté de reconvertir la centrale pour fonctionner au gaz naturel, combustible dégageant deux fois moins de GES. Cette décision, annoncée par Nancy Pelosi, présidente de la chambre des représentants et Harry Reid, chef de la majorité démocrate du Sénat, met ainsi un terme aux nombreuses discussions portant sur la réhabilitation de la centrale. Symbole de la volonté de la majorité du nouveau Congrès d’oeuvrer pour la protection de l’environnement, cette initiative vient appuyer le discours du président Barack Obama (du 24 février 2009) qui souhaite mettre en place une réglementation des émissions de GES avant la fin de l’année.

Source :

Hundreds rally for legislation on climate change, 02/03/2009 - http://news.yahoo.com/s/ap/20090302/ap_on_go_co/congress_power_plant

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] The Big Melt. (16/08/2007). New York Times - http://select.nytimes.com/2007/08/16/opinion/16kristof.html?_r=1&n=Top/Opinion/Editorials%20and%20Op-Ed/Op-Ed/Columnists/Nicholas%20D%20Kristof
- [2] BE Etats-Unis n°151. Audition au Sénat du Prix Nobel de la Paix concernant le changement climatique : le "Goracle" a parlé - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57498.htm
- Site official de la manifestation "Capitol Climate Action" - http://www.capitolclimateaction.org/?page_id=143
- [3] BE Etats-Unis n°149. Quand charbon rime avec pollution - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57353.htm
- Le charbon, enjeu énergétique et environnemental majeur - http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm09_002.htm
Code brève
ADIT : 58137

Rédacteur :

Agathe Dumas (deputy-envt.mst@ambafrance-us.org)

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….