Les Mégadonnées au service de la Société, atelier du 9 oct 2014

, Read this page in English , Partager

Enjeux et perspectives de collaborations entre l’Union Européenne et les Etats-Unis sur les mégadonnées (Big Data) au service de la Société.

- Quand : 9 october 2014, 8:30 - 14:00
-  : Ambassade de France aux Etats-Unis, 4101 Reservoir Road NW, Washington, DC (Map)
- #BigDataFrance

RSVP : Pour des raisons de sécurité, tous les participants doivent être enregistrés via ce lien avant mercredi 8 octobre à midi

Le 9 Octobre, le Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France à Washington, DC, le bureau du CNRS pour l’Amérique du Nord et la délégation du CNES aux Etats-Unis, accueillent un atelier d’une demi-journée sur le Big Data (mégadonnées) au service de la Société. Cet atelier est organisé avec l’IRIT - l’un des laboratoires majeurs en informatique du CNRS à Toulouse en France, et le LBNL - un laboratoire national du DOE situé à Berkeley.

Bilat-USA 2.0 et Euraxess Links North America sont associés à cet événement.

Agenda

- 8:30-8:45 Inscription et café
- 8:45-9:00 Mot de bienvenue
- 9:00-10:00 L’analyse de données en astronomie
- 10:00-10:45 Table ronde : Soutien américain à un partenaire américain dans un projet H2020 de l’UE
- 11:15-12:15 Perspectives sur les megadonnées au service de la société
- 12:15-13:00 Table ronde : Soutien des Etats Membres aux projets H2020 avec un partenaire américain
- 13:00-14:00 Déjeuner de travail

8:45-9:00 Mots de bienvenue

- Frédéric Doré, Ministre Conseiller, Ambassade de France
- Cyrus Wadia, OSTP (Office of Science and Technology Policy), Maison Blanche
- Marc Daumas, Mission pour la Science et la Technologie, Ambassade de France

9:00-10:00 L’analyse de données en astronomie

- Peter Nugent, LBL (Lawrence Berkeley National Laboratory) - transparents

L’astronomie, historiquement en manque de données, est en train d’être submergée par les données. Cela change fondamentalement la nature de la recherche scientifique et de ses découvertes. Les nouvelles technologies permettent la détection, la transmission et le stockage de données de qualité, en quantités jusque-là inimaginable sur les aspects électromagnétiques, la gravité et les spectres de particules. Les données d’observation enregistrées au cours de cette seule décennie sont plus nombreuses que toutes celles accumulées par l’astronomie au cours des quatre précédents millénaires. Quatre grandes enquêtes photométriques et spectroscopiques sont actuellement en cours. Chacune génère et/ou utilise des centaines de téraoctets de données par an. Certaines de ses enquêtes concernent notre univers à un instant donnée, mais l’analyse des évolutions étendra considérablement notre connaissance des phénomènes astronomiques transitoires.

Obtenir le plus de résultats possible à partir des données déjà enregistrées nécessite de mettre en oeuvre des super-calculateurs pour traiter les données. Ceux-ci sont associés à de grandes bases de données astrophysique et ils utilisent des algorithmes d’intelligence artificielle avec un traitement proche du temps réel. La présentation proposera un aperçu de l’un de ces programmes, le Palomar Transient Factory (PTF). Nous décrions le pipeline de traitement des données et de découvertes scientifiques que nous avons développé au LBNL et au NERSC. Nous devons à ces outils plusieurs des grandes découvertes du PTF, notamment les plus brillantes supernova de cette génération. Les méthodes et les outils développés dans le cadre de ce programme sont applicables à de nombreux autres domaines. Nous mettrons notamment en évidence les transferts de connaissances et de technologies engendrés par ce programme vers d’autres domaines scientifiques et vers l’industrie.

10:00-10:45 Table ronde : Soutien américain à un partenaire américain dans un projet H2020 de l’UE

- Modérateur : Pierre Henri Cros (IRIT)
- Modérateur : Osni Marques (LBL, Computational Research Division)
- Errol G. Levy (Délégation de l’Union Européenne)
- Wo L Chang (NIST)
- Chaitanya Baru (NSF)
- Wendy Wigen (NITRD)
- Lucy Nowell (DoE bureau de la science, excusée)

Cette table ronde examinera le point de vue des agences et départements fédéraux sur la participation de leurs équipes de recherche dans les projets Horizon 2020 (H2020).

H2020 est le plus grand programme de recherche et d’innovation jamais mis en oeuvre par l’Union européenne avec près de 80 milliards € de financement disponible sur 7 ans (2014-2020) - sans compter l’investissement privé que ces fonds vont attirer. Il promet plus d’avancées et des premières mondiales en accompagnant de grandes découvertes des laboratoires jusqu’aux marchés. La participation des partenaires des États-Unis est la bienvenue notamment pour aborder grâce aux mégadonnées des enjeux sociétaux comme l’énergie, la santé, la nutrition et le vieillissement afin de favoriser l’émergence d’équipes de renommée mondiale. La participation des partenaires américains doit cependant être soutenue financièrement au niveau des Etats-Unis.

11:15-12:15 Perspectives sur les megadonnées au service de la société

- David L. Brown (Director, Computational Research Division) - transparents
- Michel Daydé (CNRS, Délégué scientifique, INS2I) - transparents

Quelles sont les contributions attendues sur les megadonnées au service de la société en France et aux Etats-Unis ?

12:15-13:00 Table ronde : Soutien des Etats Membres aux projets H2020 avec un partenaire américain

- Modérateur : Jesse Szeto (NCURA)
- Prudence Barbera (Ambassade de France) - transparents
- Roger Kleinenberg (Ambassade des Pays Bas) - animation, transparents
- Giulio Busulini (Ambassade d’Italie)
- Andrea Noske (Ambassade d’Allemagne)
- Brad Keelor (Ambassade du Royaume Uni)

Cette table ronde débutera par un survol des outils disponibles dans les États membres de l’UE pour tous les candidats potentiels à un projet H2020. Nous prendrons la France et les Pays Bas comme exemples. Comment ces outils évoluent d’un domaine scientifique à un autre, d’un établissement de recherche à un autre ?

Nous discuterons ensuite des actions spécifiques dédiées à la participation de partenaires américains dans un projet H2020. Ces actions vont d’événements organisés aux États-Unis pour mettre en avant des consortia, à des démarches vers des communautés ciblées telles que les scientifiques en poste aux Etats-Unis qui ont été formés en Europe. Nous pourrons prendrons comme exemple un projet dont le but est d’identifier des corrélations à partir de mégadonnées (big data) issues du secteur agro-alimentaire et du secteur médical notamment pour proposer des régimes alimentaires adaptés afin de prévenir ou retarder l’apparition de maladies qui provoquent des situations de dépendance chez les personnes âgées.

Parking

Des parcmètres sont en usage autour de l’Ambassade (limite de 4 heures de 7h à 18h30 sur Reservoir Road et 39ème rue NW). Le Georgetown Hospital Parking Garage est situé en face de l’Ambassade sur Reservoir Road (3800 Reservoir Road NW).

Partenaires