Modernisation de l’informatique fédérale : retour sur les initiatives de l’administration Trump à l’occasion du IT Modernization Summit

, Partager

L’administration Trump a fait de la modernisation des infrastructures informatiques de l’Etat fédéral l’une des priorités de son mandat. Si le poste de directeur de l’Office of Science and Technology Policy (OTSP) reste toujours vacant, cela ne veut néanmoins pas dire que la Maison Blanche n’a pas avancé sur le sujet des technologies de l’information, avec trois mots clés en tête : productivité, sécurité, et expérience usager.

Les principaux responsables fédéraux en charge de la modernisation des services informatiques fédéraux – notamment Suzette Kent, Chris Liddell et Matt Cutts – étaient présents lors du IT Modernization Summit, organisé à Washington D.C. le 5 avril 2018, afin de présenter notamment les initiatives récentes impulsées par la Maison Blanche et le Congrès.

La modernisation de l’informatique fédérale, une priorité de la première année de l’administration Trump

Au cours de sa première année de mandat, Donald Trump a multiplié les initiatives en matière de modernisation IT. En mars 2017, il a créé l’Office for American Innovation, dirigé par Jared Kushner, qui fait partie du bureau exécutif du Président et agit comme agent de liaison entre l’administration fédérale et les entreprises innovantes. L’Office for American Innovation a élaboré et met en place une stratégie visant à établir des centres d’excellence qui fourniraient à l’Administration des Services Généraux (General Services Administration - GSA) l’expertise dont elle a besoin pour accompagner les agences fédérales dans la modernisation de leurs technologies informatiques, en garantissant sécurité et efficacité.

Puis, en avril 2017, le Président a établi par décret l’American Technology Council. Ce conseil, que Donald Trump préside, a pour but de réfléchir à la transformation et à la modernisation des infrastructures informatiques et des services numériques de l’Etat fédéral et de coordonner les différentes initiatives sur le sujet. Il rassemble le Vice-Président, les secrétaires des départements d’Etat, de la Défense, de la Sécurité intérieure, le responsable fédéral des systèmes informatiques (Federal Chief Information Officer - CIO) ainsi que le représentant de l’Office of American Innovation. L’American Technology Council a publié un rapport en décembre 2017, intitulé Report to the President on Federal IT Modernization, qui liste 50 actions que les agences fédérales devront majoritairement mettre en œuvre avant le mois de juin 2018.

La sécurité des systèmes informatiques, l’un des points clés de ce rapport, est au cœur des priorités de l’administration Trump. Un décret présidentiel a en effet été publié en mai 2017 sur le renforcement de la cybersécurité des réseaux fédéraux et des infrastructures critiques, afin d’améliorer les capacités du pays et d’encourager les différents départements à s’adapter aux nouveaux enjeux sécuritaires.

La Maison Blanche a enfin travaillé avec le Congrès à une législation, le Modernizing Government Technology Act, afin d’aider les agences à démarrer leurs efforts de modernisation. Cette loi, adoptée en décembre 2017, autorise les agences fédérales à rediriger les parts non-utilisées de leur budget informatique vers de nouveaux projets de modernisation. Les directeurs de la technologie (Chief Technology Officers - CTO) de 24 agences fédérales pourront ainsi développer leurs propres fonds de capital pour mieux financer les projets de modernisation.

Les principales recommandations du Federal IT Modernization Report (décembre 2017)

Le Federal IT Modernization Report se concentre sur les efforts de modernisation et de sécurisation des systèmes informatiques fédéraux. Ces efforts sont basés d’une part sur la modernisation des systèmes d’information et d’autre part sur une approche « Cloud-Based SaS » (software as a service) qui permet de centraliser les efforts de développement, acquisition et maintenance de logiciels au niveau fédéral et de déployer des services plus sécurisés dans les différentes agences.

Ses principales recommandations sont les suivantes :

  • Promotion des technologies basées sur le cloud computing pour améliorer la sécurité des infrastructures et des données et faciliter la mutualisation ;
  • Développement d’une politique de sécurité à plusieurs niveaux avec des agences en charge de la sécurité de leur réseau et de leurs données (encryptage, authentification) et le développement de nouvelles capacités pour la détection et la prévention des failles de sécurité ;
  • Renforcement de l’utilisation de logiciels commerciaux afin de faciliter le développement technique de chaque agence ;
  • Amélioration du monitoring global du réseau pour avoir des capacités de détection et de prévention des vulnérabilités plus efficace.

Les principaux responsables des agences fédérales devront travailler de concert avec l’Office of Management and Budget du Président afin d’identifier les secteurs de modernisation prioritaires et d’y réallouer les ressources de manière efficace. Cette stratégie du « cut and invest  » vise à définancer les programmes obsolètes, au profit de nouvelles technologies et de solutions cloud.

Une priorité maintenue à long terme : la transformation de l’IT au cœur du President’s Management Agenda (mars 2018)

Le 20 mars 2018, le Président Trump a présenté les priorités de son President’s Management Agenda, une initiative créée par le Président George W. Bush en 2001 pour rendre le gouvernement fédéral plus efficace et performant en s’inspirant du secteur privé (via l’évaluation régulière des performances des départements, une plus grande flexibilité managériale, la responsabilisation des employés, etc.). Donald Trump y dévoile sa vision à long terme pour moderniser le gouvernement fédéral autour de trois grands principes : une approche orientée par mission et axée sur les résultats (mission), une expérience client de qualité pour les utilisateurs des services fédéraux (service) et une gestion des deniers de l’Etat qui minimise la fraude et maximise l’impact des programmes financés (stewardship).

Le rapport explique que la modernisation du gouvernement fédéral requiert des efforts dans trois principaux domaines : la modernisation des systèmes informatiques, le lancement d’initiatives pour la transparence et la redevabilité, et la mise en place d’une main-d’œuvre du 21 siècle. Il est intéressant de noter que ces trois domaines présentent tous un angle technologique distinct, de la modernisation des infrastructures informatiques vieillissantes du gouvernement à l’utilisation des données pour prendre des décisions mieux informées et garantir la transparence, en passant par la refonte de la main d’œuvre fédérale, à la fois dans la façon dont les employés sont formés et en matière d’automatisation.

Le domaine d’amélioration qui nous concerne principalement ici - « Modernize IT to Increase Productivity and Security » - est géré au niveau de la Maison Blanche par Chris Liddell, directeur de l’American Technology Council et membre de l’Office for American Innovation, Matt Cutts, administrateur par intérim du U.S. Digital Service (USDS), un service du bureau exécutif du Président qui vise améliorer et simplifier les services numériques du gouvernement fédéral, et Suzette Kent, nommée Federal Chief Information Officer en janvier 2018 et rattachée à l’Office of Management and Budget du Président. Les efforts dans ce domaine doivent avoir pour but de construire et d’entretenir des systèmes informatiques plus modernes, sécurisés et résilients afin d’améliorer la productivité et l’exécution des missions fédérales, tout en réduisant les coûts et en satisfaisant mieux les usagers. Trois objectifs sont cités : optimiser l’exécution des missions fédérales en améliorant la qualité et la performance des services en ligne aux usagers, notamment via l’utilisation de solutions basées sur le cloud ; réduire les cyber-risques ; et constituer une main-d’œuvre IT moderne en recrutant, en formant et en gardant des professionnels au fait des technologies les plus récentes.

Concrètement, la modernisation des systèmes d’informations devra passer par :

  • La mise en œuvre les recommandations exposées dans le Federal IT Modernization Report ;
  • L’implémentation des dispositions du Modernizing Government Technology Act ;
  • Le développement d’une nouvelle stratégie d’adoption du cloud au niveau fédéral afin de guider les agences fédérales ;
  • La mise en œuvre des centres d’excellence en collaboration avec l’Office of American Innovation et l’Administration des services généraux (GSA) ;
  • La refonte de la stratégie de recrutement, de rétention et de formation du personnel, en tandem avec l’Office of Personal Management, afin d’attirer les talents de la technologie au sein du gouvernement.

Les principaux éléments à retenir du IT Modernization Summit (avril 2018)

Ce sommet annuel rassemble des représentants de l’administration et des experts de l’informatique, qui présentent des exemples du secteur privé pouvant inspirer la modernisation des systèmes informatiques fédéraux, discutent des politiques d’adoption des innovations émergentes et réfléchissent aux risques que présentent les technologies trop anciennes en matière de sécurité.

L’édition 2018 a été ouverte par Suzette Kent, la directrice des systèmes d’information (CIO) de l’Etat fédéral, qui a présenté le President’s Management Agenda et a réaffirmé la volonté de l’administration d’arriver à des résultats concrets en matière de modernisation des systèmes informatiques. Elle a insisté sur deux points clés, une approche orientée solution et une amélioration de l’expérience usager. Elle a enfin mentionné le besoin d’évaluer les progrès des agences fédérales tous les trimestres sur le modèle du secteur privé – un principe aux fondements du President’s Management Agenda.

Un panel réunissait ensuite Chris Liddell, directeur de l’American Technology Council, et Joanne Collins Smee, Acting Director of Technology Transformation Services au sein de l’Administration des services généraux (GSA). Cette dernière a notamment présenté l’initiative des centres d’excellence, insistant sur le besoin d’insuffler un changement culturel à la base de l’organisation et de recruter des profils compétents pour mener des projets de modernisation ambitieux. Elle a annoncé aux participants que 10 spécialistes IT du département d’Agriculture avaient été intégrés aux IT Modernization Centers of Excellence afin d’accompagner les efforts de modernisation du département. Chris Liddell a rappelé les deux priorités au cœur des initiatives de modernisation des services fédéraux : réaliser des économies, mais aussi et surtout améliorer l’expérience des citoyens, en numérisant les services fédéraux et en améliorant les services déjà disponibles en ligne.

Après avoir réaffirmé l’engagement de tout le gouvernement à moderniser l’informatique fédéral, Margie Graves, CIO adjointe du gouvernement fédéral, a rappelé l’objectif principal du Modernizing Government Technology Act : donner aux agences les moyens de financer des projets de modernisation de leurs systèmes informatiques. Ces financements, s’ils différent dans leur provenance, serviront des principes communs : la modernisation de l’informatique, l’adaptation de solutions commerciales, et un meilleur service pour les électeurs.

Si les représentants du gouvernement ont tous insisté sur le fait que la modernisation des technologies de l’Etat fédéral prendrait du temps, ils ont également tous rappelé l’importance de poser des jalons et de définir des étapes qui servent une vision de long-terme, basée sur la collaboration inter-agences, la responsabilisation et les réalisations concrètes, autour de deux piliers, l’amélioration de la performance et de la qualité de l’expérience usager.


Rédacteurs :
🢒 Clémentine Désigaud, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie, Ambassade de France à Washington DC, deputy-ntics@ambascience-usa.org
🢒 Xavier Arrom, Chargé de mission pour la Science et la Technologie, Ambassade de France à Washington DC

Sources :