Nanotechnologies et opinion publique

, Partager

Les nanotechnologies sont-elles moralement acceptables ? C’est cette question que s’est posée une équipe de chercheurs en Sciences Humaines de l’université de Wisconsin Madison, menée par Dietram Scheufele. Dans le rapport publié le 7 Décembre dans le journal Nature Nanotechnologies, les résultats de l’enquête sur les Etats-Unis et l’Europe révèlent un net contraste dans la perception du public envers ces technologies émergentes. Ces opinions, d’après le rapport, sont directement en corrélation avec les différentes orientations religieuses dans les différents pays soumis à l’enquête.

Aux Etats-Unis, et dans certains pays européens où la religion joue un rôle quotidien plus important que la moyenne, notamment l’Italie, l’Autriche et l’Irlande, les nanotechnologies ou plus exactement leur impact sur les organismes vivants sont relativement mal perçues. Dans d’autres sociétés européennes plus laïques, comme la France et l’Allemagne, la tendance générale est de trouver les nanotechnologies beaucoup plus acceptables d’un point de vue moral, de ne pas les voir à travers le prisme de la religion et de les trouver bien moins éthiquement suspectes. L’étude montre en effet que le niveau de "religiosité" d’un pays est un des facteurs les plus importants pour déterminer si oui ou non les nanotechnologies sont moralement acceptables.

L’étude compare les réponses aux questions posées en 2006 dans l’Eurobaromètre, sondage d’opinion publique sur les biotechnologies et les sciences biologiques, et un vote en 2007 organisé par le centre des sondages de l’université de Wisconsin Madison, conduit sous les auspices du centre de la NSF, Center for Nanotechnologies and Society at Arizona State University. Les résultats de l’enquête révèlent des paradoxes parlants : les Etats-Unis sont une nation leader mondiale en nanotechnologies mais sa société a une vision assez vague des implications d’une technologie particulière. De plus le professeur Scheufele a souligné que l’ignorance n’avait aucun rapport avec les doutes moraux sur les nanotechnologies, dans la mesure où l’étude montre que les interrogés sont bien informés sur les nanotechnologies et ses avantages potentiels. Pour lui, il n’est donc pas utile d’informer les gens, puisqu’ils le sont déjà, et malgré cela, toujours opposés à ces technologies pour des raisons religieuses. 29.5% des américains interrogés sont favorables aux nanotechnologies, contre 54% au Royaume Uni, 63% en Allemagne, et 72% en France.

Même si ces résultats concernent uniquement les nanotechnologies, ils représentent aussi ce qui se passe pour toutes les technologies. D’après la Commission Européenne, l’opinion publique peut faire obstacle à l’innovation technologique et être à l’origine de fossés technologiques spécifiques entre les Etats-Unis et l’Europe. Les communautés scientifiques des différents pays doivent donc placer les technologies dans leur contexte et mieux comprendre les différentes opinions publiques.

Il est également assez surprenant de voir qu’aux Etats-Unis, pays largement leader à l’échelle mondiale, ces nouvelles technologies sont déjà largement commercialisées, avec 1000 produits "nanos" sur le marché, qui vont des produits cosmétiques aux peintures de voitures, en passant par les articles de sport comme les clubs de golf et les raquettes de tennis. Il est estimé que les nanotechnologies génèreront un marché global de 3.1 mille milliards de dollars d’ici à 2015, d’après Scheufele.

Outre la religion, une mauvaise information générale de la société peut aussi être à l’origine d’un rejet des nanotechnologies. Les résultats du sondage de 2007 suggèrent que les connaissances générales du publique en nanotechnologies a stagné depuis 2004 aux Etats-Unis. Scheufele mets le doigt sur un manque d’information de la part des médias et la notion que les gens qui ont à la base de fortes connaissances en technologies ne font pas forcément l’effort de se tenir informés des nouveautés. Il n’y a absolument aucun changement dans ce que les gens connaissent des nanotechnologies entre 2004 et 2007. Cela est en partie dû au fait que le courant dominant dans les médias commence seulement à s’intéresser au sujet. Les discussions publiques autour des nanotechnologies sont encore trop rares. Et il n’y a pas encore eu cette petite étincelle, cet évènement clé, qui attire l’attention des foules.

Source :


- "For nano, religion in US dictates a wary view", 7 décembre 2008 - http://www.physorg.com/news147881829.html
- "Religious beliefs and public attitudes toward nanotechnology in Europe and the United States", 7 Décembre 2008 - http://www.nature.com/nnano/journal/vaop/ncurrent/abs/nnano.2008.361.html
- "Etats-Unis : opposition morale aux nanotechnologies", février 2008 - http://www.euractiv.com/fr/science/etats-unis-opposition-morale-nanotechnologies/article-170433

Pour en savoir plus, contacts :


- "Cultural cognition of the risks and benefits of nanotechnology", 7 Décembre 2008 - http://www.nature.com/nnano/journal/vaop/ncurrent/abs/nnano.2008.341.html
- "Deliberating the risks of nanotechnologies for energy and health applications in the United States and United Kingdom", 7 Décembre 2008 - http://www.nature.com/nnano/journal/vaop/ncurrent/abs/nnano.2008.362.html
Code brève
ADIT : 56999

Rédacteur :

Alban de Lassus, deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….