Networking franco-américain au congrès de la Materials Research Society à Phoenix

, Partager

La session annuelle de printemps du congrès de la Materials Research Society (MRS) s’est tenue du 2 au 6 avril 2018 au Convention Center de Phoenix, Arizona. La MRS organise chaque année deux congrès aux Etats-Unis, au printemps et à l’automne. Ce congrès international interdisciplinaire est un des plus importants du domaine et couvre de nombreux aspects des sciences des matériaux. Par exemple et non exclusivement : matériaux pour le stockage et la conversion de l’énergie, biomatériaux, matériaux pour l’électronique, nanomatériaux. La recherche sur les matériaux est une priorité scientifique et technologique importante, aussi bien aux États-Unis qu’en France.

Le Service pour la Science et la Technologie du poste de Los Angeles a organisé pour la deuxième fois en marge de ce congrès un événement de mise en relation associant des chercheurs français et américains, dans le but de favoriser la visibilité de la recherche française, et les interactions entre les deux pays.

Cet évènement a accueilli une centaine de participants, dont la moitié de français. Ces participants consistaient en chercheurs, étudiants, quelques industriels, et plusieurs éditeurs de journaux scientifiques du domaine.

La soirée a été ouverte par la Conseillère pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France Minh-Hà Pham.

Le Pr Yury Gogotsi (Drexel University, Philadelphie), membre du bureau de la MRS, a souhaité la bienvenue aux participants et a mentionné ses étroites interactions avec la France. En témoignent entre autres sa nomination comme docteur honoris causa de l’Université Paul Sabatier. Le Pr Bruce Dunn (UCLA), qui sera un des « meeting chairs » du congrès de 2019, a aussi décrit ses collaborations françaises en mentionnant les programmes de coopération dont il a bénéficié au fil des années.

L’attaché scientifique du poste de Los Angeles a présenté aux participants les programmes de soutien à la coopération franco-américaine dans le domaine de la science et de l’innovation.
Deux chercheurs français ont ensuite présenté les faits marquants de leurs domaines scientifiques et institutions. Sabine Szunerits est Professeure à l’Université de Lille, chercheuse à l’Institut d’Électronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN) [1], membre de l’Institut Universitaire de France et récipiendaire en 2018 de la Médaille d’Argent du CNRS. Elle a focalisé sa présentation sur les recherches sur les matériaux effectuées à Lille dans le cadre de la santé, tout particulièrement sur les travaux de l’European Genomic Institute for Diabetes (EGID) [2] dirigé par le Professeur Philippe Froguel qui développe notamment des dispositifs de relargage d’insuline à la demande par voie trans-dermale.

Patrice Simon, Professeur à l’Université Paul Sabatier, lui aussi récipiendaire de la Médaille d’Argent du CNRS (2015), es très impliqué dans des collaborations avec les États-Unis, tout particulièrement avec les deux orateurs américains précédents. Il a présenté le Réseau sur le Stockage Electrochimique de l’Energie (RS2E) [3] dont il est le Directeur adjoint (le directeur en est Jean-Marie Tarascon). Ce réseau fédère en France 17 laboratoires universitaires, 18 entreprises et 3 organismes de transfert de technologie. Ce réseau travaille sur toutes les questions concernant le stockage électrochimique de l’énergie. Il va voir ses capacités prochainement largement développées grâce à la construction en cours d’un « Energy Hub » à Amiens [4].

Enfin, la dernière présentation a été faite par Jos Lenders qui a décrit le paysage des publications des 30 dernières années dans la revue Advanced Materials, un des très bons journaux scientifiques du domaine, dont il est un des éditeurs. Parmi les faits marquants : les États-Unis sont le premier pays publiant dans ce journal avec plus de 5000 articles, la France est en 7ème position avec environ 700 articles ; une centaine de publications sont co-signées par français et américains ; le taux d’acceptation des articles américains comme français est supérieur à la moyenne du journal ; la Chine est le pays qui soumet, de loin, le plus grand nombre d’articles (plus de 10,500 entre 2014 et 2017, contre 4,400 pour les EU et 350 pour la France).

La soirée a été conclue par une réception très animée qui a permis de nombreux échanges.

Comme en 2017, cette soirée a contribué à démontrer l’excellente qualité de la recherche française dans le domaine des matériaux et sa très bonne reconnaissance internationale.


Rédacteur :
- Jean Rosenbaum, Attaché pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles, attache-sdv.la@ambascience-usa.org