Nominations en cascade pour l’Energie et l’environnement

, Partager

Annoncées dans la presse les 10 et 11 décembre sur la base de sources fiables, les nominations à la tête des principales structures chargées de mettre en oeuvre la nouvelle politique énergétique et environnementale du futur Président forment un subtil équilibre entre compétences et diversité.

Un scientifique de très haut vol, passionné par les Energies renouvelables, au commandes du DOE

A la tête du Departement of Energy (DOE - 16.000 personnes, 25 milliards de dollars de budget), c’est un américain d’origine chinoise qui a fait la synthèse entre les exigences professionnelles et la volonté d’afficher l’ouverture au sein de la future administration (la diversité ethnique et culturelle étant ouvertement poursuivie, tout comme la parité entre les sexes). Prix Nobel en 1997 pour ses travaux sur les méthodes de refroidissement et de piégeage des atomes par la lumière laser (pour des travaux menés avec WD. Philipps et le français Claude Cohen-Tannoudji), Stephen Chu apporte une expertise scientifique de tout premier ordre, une connaissance encyclopédique des questions relatives au changement climatique et une expérience solide des relations avec les entreprises.

Né le 28 février 1948 à Saint-Louis (Missouri), diplômé de l’université de Rochester et Docteur de l’université de Berkeley, M. Chu était jusqu’à présent professeur de physique et de biologie moléculaire et cellulaire et directeur du Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL). S. Chu a lancé la création de l’institut des biosciences de l’énergie, une collaboration entre le LBNL, l’Université de l’Illinois et BP, qui devrait commencer ses travaux en 2010. Il a pris position en faveur de mesures drastiques d’investissement dans le domaine de l’efficacité énergétique et des technologies propres. Il a accéléré les recherches au sein du LBNL en matière de photosynthèse artificielle, de développement de l’énergie solaire et de la seconde génération des biofuels, domaine dans lequel il connait la plupart des dernières start up.

Une Tsarine clintonnienne à la Maison Blanche

Carol Browner a été sélectionnée pour le nouveau poste créé à la Maison Blanche, chargé des politiques de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique, devenant ainsi la première czarine du programme environnement et changement climatique. Le terme "Tsar", visant à évoquer la haute responsabilité associée avec le poste, était devenu très à la mode au cours de l’automne, alimentant les spéculations sur les personnalités susceptibles de l’occuper (Al Gore, puis Arnold Schwarzennegger, avaient été cités, entre autres, mais l’équipe de transition ne les a finalement pas retenus.) Si le profil de Mme Browner est moins en vue que celui de l’ancien vice-président ou de l’actuel gouverneur de Californie, son expérience est conséquente. Carol Browner arrive à la Maison Blanche avec l’image d’une personnalité proche d’Al Gore et l’expérience de huit années de mandat - le plus long de l’histoire des Etats-Unis - à la tête de l’Agence pour la Protection de l’ Environnement (EPA) sous l’administration Clinton.

Née le 15 Décembre 1955 dans les Everglades, de parents professeurs, Mme Browner est diplômée de droit de l’Université de Floride. Après un début de carrière militant, notamment au sein de l’organisation de défense des consommateurs, Citizen Action, elle a été conseil juridique du Sénateur de Floride Lawton Chiles (1986-1988) avant de travailler pour le sénateur Al Gore (1988-1991) puis Administrateur de l’EPA, poste qu’elle occupera de 1993 à 2001.

Une de ses proches à la tête de l’EPA

A la tête de l’agence pour la protection de l’environnement (EPA, 17.000 personnes), Lisa Jackson, actuellement chef de file de l’équipe de transition auprès de l’EPA (auprès de C. Browner), a travaillé au sein de l’Agence sous l’autorité de Madame Browner dans les années 1990. Jusqu’à très récemment, elle était responsable de l’agence environnementale de l’Etat du New Jersey. Cette nomination est la moins consensuelle, certaines organisations environnementalistes et l’association Public Employees for Environmental Responsibility (PEER) ayant dénoncé la prestation médiocre de Mme Jackson dans son dernier poste, notamment en ce qui concerne les dépollutions de sites issus du Superfund.

Pour compléter les portefeuilles proches de cette thématique, il ne restera plus que le Secrétaire à l’Intérieur (Département qui gère les parcs et réserves naturelles en particulier). La tendance observable dans les nominations, comme dans les précédentes (au Trésor notamment) est donc une grande continuité avec l’ère Clinton. On notera également que deux postes clés sont attribués à deux femmes issues de l’EPA, agence dont les employés se sont souvent plaints par le passé de ne pas être écoutés par l’exécutif.

Source :


- Washington Post - 10/12/08 - http://voices.washingtonpost.com/the-trail/2008/12/10/obama_selects_nobel_winner_chu.html
- GRIST - 11/12/08 : http://gristmill.grist.org/story/2008/12/10/15397/000?source=daily

Rédacteur :

Marc Magaud (attache-envt.mst@ambafrance-us.org)

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….