Nouvel hydrogel pour une cornée artificielle

, Partager

Lors de la conférence annuelle de la Société Américaine de Chimie à San Francisco, le professeur Curtis Frank, de l’université de Stanford a présenté les résultats de ses recherches sur un nouveau matériau bio-mimétique destiné à la fabrication de cornée artificielle.
Actuellement les cadavres constituent l’unique source de tissu pour les transplantations de cornée. Le taux de rejet de greffes est proche de 20% et 6 à 12 mois sont nécessaires au patient pour retrouver la vue. La plupart des prototypes de cornée artificielle mis au point jusqu’à présent ont montré de nombreux signes de rejet. Ces cornées artificielles ont en général des concentrations faibles en eau et des propriétés mécaniques peu adaptées au processus de greffe.
La cornée artificielle développée par le laboratoire du Dr Frank est composée de deux réseaux enchevêtrés d’hydrogels, le premier composé de molécules de polyéthylène glycol et le deuxième d’acide polyacrylique. La première couche empoche l’accumulation de protéines en surface pour prévenir les inflammations, la deuxième est utilisée pour ses propriétés absorbantes.
Le matériau ainsi formé possède de nombreuses propriétés requises pour son utilisation en cornée artificielle :
- contenu en eau pouvant atteindre 80% et similaire à celui des tissus biologiques
- transparence
- résistance et élasticité nécessaires pour le procédé chirurgical
- perméabilité au glucose, principal nutriment de la cornée
La cornée est constituée d’un disque avec un centre transparent entouré de petits pores. Ceux-ci permettent aux cellules de s’infiltrer dans la lentille artificielle et de l’intégrer aux tissus qui l’entourent. Les cellules sécrètent le collagène qui permet de relier les tissus naturels et artificiels.

Ce travail de recherche a été financé par le programme Bio-X, depuis les études de preuve de concept jusqu’à la synthèse du matériau, la compréhension détaillée et l’amélioration des propriétés de l’hydrogel.
Ce programme de financement de projets, de bourses d’études et de partage de matériel a été crée à Stanford pour soutenir, organiser et faciliter les recherches interdisciplinaires dans le domaine de la biologie et de la médecine.
L’équipe travaille en collaboration avec le GE Corporate Research Lab, l’Institut des Sciences des Polymères de Dresden et l’Institut Max Planck de recherche sur les polymères à Mainz.
Quatre brevets ont été déposés sur les applications oculaires de l’hydrogel. Les chercheurs conduisent actuellement des essais pré-cliniques de bio-compatibilité sur des modèles animaux.

Source :

Frost and Sullivan, Technical Insights Alert

Pour en savoir plus, contacts :


- Laboratoire du Pr. Curtis Frank
http://chemeng.stanford.edu/01About_the_Department/03Faculty/Frank/Frank.html
- Programme Bio-X
http://biox.stanford.edu/grant/index.html
Code brève
ADIT : 39667

Rédacteur :

Peggy Rematier, deputy-sdv.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….