Nouvelle stratégie du côté des Angels : face à la crise la prudence est de rigueur

, Partager

Dans un contexte de récession économique, les capitaux risqueurs se font moins vaillants, ce qui se traduit par un ralentissement de leurs investissements et de leur soutient aux start-ups. Heureusement l’optimisme demeure du côté des Business Angels qui se disent toujours prêts à investir. Un bémol cependant ; si les organisations d’Angels soutiennent d’ordinaire des projets émergents, on note un changement de tendance. Aujourd’hui, leur intérêt se porte davantage sur les projets les plus murs dits "later stage" et donc moins risqués.

Aux Etats-Unis, les Angels constituent la principale source de financement des projets émergents et s’organisent de façon prépondérante en réseaux. Il y a 10 ans on ne comptabilisait encore qu’une cinquantaine d’organisation, aujourd’hui il en existe prés de 250. 258 120 personnes sont impliquées dans ces groupes, ce nombre connaît une augmentation de 10,3% depuis 2006. En 2007, 26 milliards de dollars ont été investis par les groupements d’Angels, soit une augmentation de 1,8% par rapport à l’année 2006. Au total 57 120 compagnies ont bénéficié de ces financements soit 12% d’augmentation. Parmi les secteurs d’activités financés en priorité, le software représente 27% des investissements, suivi par le secteur de la santé et des dispositifs médicaux avec 19% puis des Biotech avec12% ; le secteur de l’industrie et de l’énergie représente quant à lui 8% du total des investissements, la grande distribution 6% et enfin le secteur du media ne représente que 5% [1].

En 2007, ce sont les financements de projets en phase de développement qui connaissent la plus forte croissance. Avec une augmentation de 21% par rapport à 2006, soit 35% des investissements. On observe cette tendance depuis 2004, elle pourrait renforcer le fossé communément surnommé " vallée de la mort " à laquelle se confronte la plupart des start-ups qui, en début de course, sont à la recherche de financements. Le ralentissement économique en est la cause, cependant, plutôt que de perdre leur argent en investissant sur le marché boursier, il paraît plus opportun pour les Angels d’investir dans des compagnies locales à fort potentiel. Ils apportent ainsi leur soutien et leur expérience à ces compagnies mais veulent avant tout s’assurer de la rentabilité et de la viabilité du projet. Dans le New Hampshire, par exemple, les Angels demandent un retour sur investissements annuel de 26% et anticipent malgré tout une perte d’un tiers de leurs investissements. Une trentaine de propositions leur est faite chaque mois, deux à trois de ces projets sont présentés en comité et six à dix compagnies sont financées chaque année. 1,96 million de dollars ont été investis en 2007 dans des compagnies qui se situent en général à 80 kilomètres de leur bureau [2] [3].

Pour créer un environnement favorable à l’activité des Angels, il faut avoir des entrepreneurs expérimentés, une économie favorable et une forte implication des universités en étroite synergie avec le monde industriel. La présence d’Angels favorise ainsi le développement technologique et la commercialisation de l’innovation. Les start-ups soutenues ne se délocalisent par vers les côtes par manque de financement, elles créent des emplois hautement qualifiés, sont des vecteurs de croissance économique et favorisent la compétitivité des territoires. Convaincus de l’importance qu’il faut accorder à l’entrepreneuriat, les Etats s’attachent donc à favoriser l’intervention des Angels par la mise en place de différentes mesures réglementaires et fiscales : promotion de séminaires, mise en place de formations pour les Angels, soutient des entrepreneurs pour renforcer leur connaissance des investisseurs etc. Un vent d’optimisme souffle donc sur ces Angels mais la traversée du désert s’annonce plus rude pour les jeunes pousses en quête de financements.

Source :


- [1] Rapport : State strategies to promote angel investment for economic growth, NGA center for best practices -14 février 2008 - http://www.nga.org/Files/pdf/0802ANGELINVESTMENT.PDF
- [2] Article : UNH Media Relations "Angel Investor Market Shows Modest retreat in first half of 2007", Erika Mantz-19 septembre 2007 - http://www.unh.edu/news/cj_nr/2007/sep/em19angel.cfm
- [3] Article : Masshightech, "Angels out of reach ?" de Bridget Botelho -11 avril 2008 - http://masshightech.bizjournals.com/masshightech/stories/2008/04/14/focus1.html?page=3

Pour en savoir plus, contacts :


- Daniel Del’Re, "Mature Companies Attract Bulk of Venture Capital," Inc.com [online]. Available at : http://www.inc.com/criticalnews/articles/200510/vc.html
- Tony Stanco, "Survey : The Relationship between Angels and Venture Capitalists in the Venture Industry", Council on Entrepreneurial Tech Transfer and Commercialization, The George WashingtonUniversity Available at : http://lab2ipo.org/A2VCSurvey/VC%20Angel%20Survey%20v.final.pdf
Code brève
ADIT : 54351

Rédacteur :

Sandrine Espié deputy2-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….