Open Source et Blockchain à l’honneur lors de l’Oracle OpenWorld 2017

, Partager

Après 10 ans de travail et de développement, faisant d’Oracle un spécialiste de l’infrastructure, de la plateforme et de la base de données as-a-service, l’éditeur achève sa transformation vers le cloud et le monde du logiciel en tant que service. La conférence annuelle « Oracle OpenWorld » à San Francisco reprend les dernières innovations de l’éditeur et dévoile la stratégie de la firme pour les années à venir.

Redéfinir le cloud et son intégration

Les développeurs sont au centre des annonces techniques d’Oracle lors de cette conférence annuelle. L’éditeur de Java ouvre l’environnement de développement de son cloud à d’autres langages ayant le vent en poupe : JavaScript (par l’intermédiaire de Node), Python ou encore Ruby. Ce premier message montre la volonté d’Oracle de s’ouvrir à des communautés de développeurs plus grandes, issues du Web.

Influencée par le mouvement DevOps (pratique qui tend à unifier développement logiciel et opérationnalisation logiciel), l’infrastructure d’Oracle s’ouvre à toute forme de virtualisation de serveurs, allant de la solution Oracle à VmWare ou encore la possibilité d’un serveur sans virtualisation. Dans la lignée de ces nouvelles possibilités et de l’adhésion d’Oracle à la Cloud Native Computing Foundation, les conteneurs Dockers et l’outil Kubernetes font leur apparition, dotant le Platform-As-A-Service (PaaS) d’outils de gestion applicative et d’orchestration massivement utilisés par la communauté DevOps.

Blockchain-As-A-Service

Deux mois après son adhésion au projet Hyperledger de la Fondation Linux, Oracle dévoile son environnement cloud dédié à la création d’applications décentralisées, tirant profit de la sécurité et de la disponibilité offertes par les chaines de blocs. Rejoignant Microsoft et IBM, l’éditeur de Redwood Shores fait le pont entre les composants de son architecture cloud existante et les applications tierces en fournissant des interfaces de programmation à la communauté des développeurs.

Dans un premier temps, Oracle veut mettre l’accent sur l’initiative Oracle Platform for Open Banking qui vise à créer une plateforme ouverte pour l’industrie financière, mais pas uniquement. S’appuyant sur des partenariats avec InfoSys, Accenture et Intel pour la facturation, le transfert de propriété et la gestion des chaines d’approvisionnement, l’éditeur de Java expérimente actuellement plusieurs cas d’usages de sa nouvelle infrastructure décentralisée.

Gestion des ressources et serverless

Conjointement à l’extension de son infrastructure et de ses plateformes, Oracle se convertit au serverless. L’adaptation automatique de l’infrastructure permise par le serverless autorise une gestion plus intelligente des ressources de calcul. En s’appuyant sur le projet Fn, que l’éditeur a versé dans l’Open Source, Oracle montre également sa position contre l’un des syndromes du cloud : le vendor lock-in qui permet de garder des clients captifs, position nouvelle de la part d’Oracle qui a, comme beaucoup d’autres, utilisé le lock-in à son avantage.

Une stratégie bâtie sur le long terme

Comme le souligne son président en charge du développement, il a fallu dix ans à Oracle pour construire l’infrastructure, la plateforme, la base de données et le logiciel, tous as-a-service. La transformation d’Oracle et sa migration dans le cloud pousse l’éditeur à intégrer en interne les tendances et la culture actuelle du développement, mélange de DevOps, de virtualisation, de lean management et d’Open Source, auquel la firme de Redwood Shores contribue fortement. L’intégration de la blockchain dans cet écosystème et la mise à disposition d’interfaces de programmation multi-langages démontrent la volonté de l’entreprise d’élargir son influence et de se positionner en acteur incontournable du logiciel libre de niveau professionnel. En détournant la technologie initialement créée pour les crypto-monnaies, Oracle montre la nécessité de suivre et intégrer les évolutions des technologies émergentes pour préparer le futur du Platform-as-a-service en s’assurant le soutien de la communauté Open Source par le biais de contribution ciblée au monde du logiciel libre.


Rédacteur

- Marc-Emmanuel Perrin, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, San Francisco, deputy-sf@ambascience-usa.org

Sources

- http://www.datacenterknowledge.com/oracle/oracle-brings-blockchain-service-its-cloud
- http://www.techrepublic.com/article/oracle-unveils-blockchain-cloud-service-to-bring-security-and-resiliency-to-the-enterprise/
- https://www.oracle.com/corporate/pressrelease/oow17-oracle-launches-blockchain-cloud-service-100217.html
- https://www.techsourceint.com/news/oracle-unveils-enterprise-grade-blockchain-cloud-service