Pêcheries : y a-t-il lieu de s’alarmer ?

, Partager

La réglementation sur les pêcheries américaines (Magnuson-Stevens Act), passée en 1996, devait mettre un terme à la surpêche et permettre, à l’horizon de 10 ans, la reconstitution des stocks concernés dans les 8 régions de pêche définies par la loi. Or, selon une étude qui paraîtra en août dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment sous la signature d’un des principaux spécialistes de la pêche, Andrew Rosenberg (University of New Hampshire), ces objectifs sont loin d’être atteints.
74 stocks marins avaient été identifiés par le National Marine Fisheries Service (NMFS, Department of Commerce) comme nécessitant une reconstitution. 67 ont fait l’objet de plans de reconquête, selon les termes de la loi, mais sur ce total, seulement 3 populations se sont reconstituées, 9 sont en cours de reconstitution et 30 sont encore soumises à une pression de pêche excessive.
Selon le Dr Rosenberg et ses collègues, la cause principale est le non-respect du délai maximal de 10 ans imposé en principe par la loi pour la reconstitution des stocks. De nombreux plans ont été construits sur des périodes excédant très largement cette durée. D’une manière générale, les plans proposés par les conseils régionaux des pêches se sont avérés très imparfaits au regard des objectifs. C’est le mécanisme d’approbation des plans qui est défectueux : le secrétaire au commerce peut en effet seulement les approuver ou les rejeter en bloc. Cela a conduit à une approbation systématique des projets soumis, l’administration jugeant qu’un plan médiocre vaut mieux que pas de plan du tout…
Le Sénat vient de reconduire le Magnuson-Stevens act, en renforçant les procédures de contrôle réglementaire et le rôle de la science dans la gestion des pêcheries. Mais le projet en discussion à la Chambre des Représentants et qui devrait être voté en juillet, est nettement moins satisfaisant de ce point de vue. Le travail d’harmonisation des deux textes s’avère d’ores et déjà très difficile.

De son côté, le rapport annuel 2005 de l’état des pêcheries qui vient d’être publié par le NMFS et qui porte sur 530 stocks individuels ou composés, estime que sur 237 stocks représentant 72% des captures américaines, 45 (19%) sont exploités au-delà du taux de mortalité tolérable durablement. 54 parmi 206 pêcheries représentant 75% des captures sont exploitées à des niveaux de population critiques. Ces évaluations ne portent que sur les stocks dont l’état est scientifiquement connu. Selon la NMFS, la situation est en amélioration par rapport à 2004.

Source :


- E-news : http://www.loe.org/shows/shows.htm?programID=06-P13-00025#feature3
- A. A. Rosenberg, J. H. Swasey, and M. Bowman, Rebuilding US Fisheries : Progress and Problems, Front. Ecol. Environ 2006 ; 4(7), http://www.lenfestocean.org/publications/rosenberg_qxd.pdf (advanced copy, texte intégral).
- NOAA’s National Marine Fisheries Service’s report on the status of U.S. fisheries for 2005, 20/06/2005 : http://www.nmfs.noaa.gov/docs/Report_text_FINAL3.pdf
- Les 8 conseils régionaux des pêches instaurés par la loi Magnuson-Stevens : http://www.nmfs.noaa.gov/councils/
- Le Magnuson-Stevens Fishery Conservation and Management Reauthorization Act passé par le Sénat, 19/06/2006 : http://frwebgate.access.gpo.gov/cgi-bin/getdoc.cgi?dbname=109_cong_bills&docid=f:s2012es.txt.pdf
- Le American Fisheries Management and Marine Life Enhancement Act en discussion à la Chambre : http://frwebgate.access.gpo.gov/cgi-bin/getdoc.cgi?dbname=109_cong_bills&docid=f:h5018ih.txt.pdf

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….