Pêches acides sur la côte Ouest

, Partager

L’invasion des côtes par les algues toxiques est un problème qui gagne du terrain un peu partout dans le monde. Les pollutions et le changement climatique sont souvent accusés d’être à l’origine de la recrudescence de tels phénomènes invasifs. Aux Etats-Unis, la côte Atlantique est la victime périodique des marées rouges, tandis que la côte Ouest est frappée par plusieurs variétés de l’algue Pseudo-nitzschia.
Des recherches pluridisciplinaires sont nécessaires pour comprendre ces phénomènes et les rôles respectifs joués par la dynamique des courants, les apports nutritifs et les évolutions climatiques. Aussi, la NSF et la NOAA supportent-elles un programme de cinq ans (ECOHAB : Ecology and Oceanography of Harmful Algal Blooms) qui associe universités et instituts de recherches américains et canadiens.
Sur la côte Ouest, la prolifération de la Pseudo-nitzschia est à l’origine de fortes concentrations, dans les eaux marines, d’une toxine, l’acide domoïque, sécrétée par l’algue pour la métabolisation du fer. L’acide, détecté pour la première fois dans ce secteur en 1991, est un neurotoxique puissant, qui peut entraîner chez l’humain des désordres cérébraux irréversibles et même la mort. La toxine étant résistante à la cuisson, la contamination survient à l’occasion de l’ingestion de mollusques bivalves et de crustacés contaminés.
Or, la région Nord-Ouest est une des principales zones de production du couteau (Siliqua patula) et du crabe dormeur (Cancer magister), dont la commercialisation a dû être interrompue à plusieurs reprises, avec des conséquences économiques considérables pour la région. Un des objectifs de la recherche est de parvenir à caractériser la dynamique du phénomène de prolifération pour mettre au point des systèmes d’alerte efficaces.
Le travail accompli a déjà permis de montrer que la toxine était présente bien avant les impacts anthropiques et que sa production est en partie liée au déficit en fer des eaux marines impliquées dans le courant tourbillonnaire se formant à l’embouchure du détroit Juan de Fuca (entre l’île de Vancouver et le Nord-Ouest de l’Etat de Washington). Cette zone de mélange est suspectée d’être la zone source permanente des explosions d’algues toxiques.

Source :

http://archives.seattletimes.nwsource.com/cgi-bin/texis.cgi/web/vortex/display?slug=algae25m&date=20050925&query=toxin ; http://www.ecohabpnw.org/ ; http://www.esculape.com/neurologie/intoxication_amnesiante.html

Rédacteur :

Philippe Jamet, attache.envt@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….