Perspectives pour 2019

, Partager

Les évènements majeurs en termes de lancement en lien avec la Station spatiale internationale seront les quatre lancements test depuis le sol américain des deux capsules privées Crew Dragon de SpaceX et CST-100 Starliner de Boeing (vol du Crew Dragon avec un Falcon 9 sans équipage en février et avec équipage en juin ; vol de CST-100 Starliner avec une Atlas V sans équipage en mars et avec équipage en août). SpaceX devrait également assurer la desserte en fret de la Station à trois reprises (CRS-17 en mars, CRS-18 en mai et CRS-19 en octobre). Northrop Grumman Corp. devrait également lancer les vaisseaux Cygnus (NG-11 et NG-12) vers la Station en avril et octobre à bord d’Antares 230. A noter que Sierra Nevada Corporation a validé en fin d’année dernière l’étape de développement Integration Review 4 (IR4) pour le Dream Chaser, autorisant l’engin spatial réutilisable à entrer en phase de production. L’entreprise vise fin-2020 pour un premier vol inaugural du Dream Chaser dans le cadre du programme Commercial Resupply Services 2 (CRS2).

Outre les deux lancements test du CST-100 Starliner, United Launch Alliance (ULA) devrait procéder à sept lancements : deux lancements Delta IV Heavy (satellite NROL-71 pour le compte du National Reconnaissance Office initialement prévu en 2018, et satellite NROL-44) et cinq lancements Atlas V (dont la mini-navette Orbital Test Vehicle dans le cadre d’une sixième mission, une charge utile technologique pour le compte du Air Force Space Test Program (STP) et le satellite de télécommunications militaire Advanced Extremely High Frequency (AEHF).

SpaceX, qui a battu son record de lancements (21) en 2018, affiche également une année bien remplie, avec un premier lancement de l’année réussi le 11 janvier transportant la dernière grappe de dix satellites de la constellation Iridium Next (cf. infra). Outre les deux lancements test du Crew Dragon, l’entreprise d’Elon Musk prévoit notamment (liste non-exhaustive) les lancements suivants : le satellite de télécommunications indonésien PSN-6, l’alunisseur israélien Beresheet, le deuxième satellite canadien Radarsat, le deuxième GPS-3, le satellite de télécommunications israélien Amos-17, l’alunisseur ALINA et le satellite radar argentin SAOCOM-1B). Deux lancements du Falcon Heavy (STP satellite de télécommunications saoudien Arabsat-6A) sont également programmés.

Outre les deux lancements Cygnus, Northrop Grumman Corp. devrait lancer un Minotaur-1 à quatre étages (transportant le satellite militaire NROL-111) en mars depuis le Mid-Atlantic Regional Spaceport de Wallops Island (Virginie). L’entreprise est toujours en attente d’une date pour le lancement de son Pegasus-XL transportant la mission ICON de la NASA (Ionospheric Connection Explorer). Northtrop Grumman poursuivra également la fabrication du James Webb Space Telescope visant un lancement, retardé à plusieurs reprises, dans deux années via Ariane 5.

Dans le domaine de l’exploration, la NASA poursuivra sa mission d’étude du soleil avec la sonde Parker et le satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), héritier de Kepler, continuera sa quête d’exoplanètes. Juno poursuivra sa mission d’exploration de Jupiter, Osiris-REX celle de l’astéroïde Bennu, alors que New Horizons et Voyager poursuivront leur périple sidéral. Curiosity, récemment rejoint par InSight, continueront leur mission d’exploration martien in situ, la NASA n’ayant pas renoncé à renouer le contact avec Opportunity.

Le développement du SLS (Space Launch Systems) et d’Orion (Orion Multi-Purpose Crew Vehicle) seront poursuivis avec comme objectif un vol inaugural en juin 2020 (sans équipage).

L’année 2019 devrait constituer une année clef pour les deux entreprises spatiales de Richard Branson, Virgin Galactic et Virgin Orbit, après la réussite du premier vol suborbital de SpaceShipTwo en décembre dernier, le vol inaugural de LauncherOne étant prévu en 2019.

2019 devrait également voir un vol test pour le lanceur léger Vector-R développé par Vector Space Systems, le vol inaugural du lanceur léger Firefly Alpha de Firefly Aerospace, ainsi que la première mission habitée de Blue Origin (capsule habitée Crew Capsule 2.0 lancée par un New Shepard).

InSight : la France se pose sur Mars

La sonde InSight, chargée d’étudier la structure interne de Mars, a été lancée le 5 mai 2018 à bord de la fusée Atlas V de United Launch Alliance. Après plus de six mois de voyage, InSight a atterri le 26 novembre 2018 sur la plaine de l’Elysée (Elysium Planitia). Le 19 décembre, le sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure), dont la responsabilité technique et scientifique est assurée par la France a été déployé en douceur sur la surface de la planète rouge à l’aide d’un bras automatique. Les essais de l’instrument se poursuivent de façon nominale.

Retrouvez toutes les revues de presse et actualités mises en ligne par le bureau du CNES à Washington D.C. en cliquant sur ce lien.