Plan de la NASA pour le développement économique de l’orbite basse terrestre (7 juin 2019)

, Partager

Le 7 juin, la NASA a publié son plan pour le développement économique de l’orbite basse terrestre qui vise à y faire prospérer l’industrie spatiale américaine. Ce rapport détaille les différentes offres, conditions et étapes successives envisagées.

Perspectives économiques
Ce plan s’appuie sur les résultats des études de marché conduites par douze sociétés, dont un résumé a été rendu public fin mai.
Débouchés commerciaux potentiels :

  • accueil de touristes privés ou d’astronautes gouvernementaux (américains ou étrangers) ;
  • R&D effectuée par les équipages ;
  • fabrication en orbite de matériaux et produits ;
  • divertissements (films, documentaires, événements sportifs) ;
  • parrainage et publicité ;
  • transport d’équipages et de fret depuis et à destination de l’orbite basse terrestre ;
  • assemblage de structures spatiales ou de satellites.

Assise politique
Tout en maintenant une implication très forte dans la conduite d’activités de recherche fondamentale et appliquée, ainsi que dans la mise au point de nouvelles technologies en orbite basse terrestre, la NASA entend appuyer le développement d’une activité commerciale à bord de la Station et le déploiement de plateformes privées habitées de manière permanente ou non, desservies par des véhicules de fret ou des véhicules avec équipage.
Cette transition s’appuie sur un ensemble de décisions politiques :

  • la requête budgétaire présidentielle de 2019 soutient la NASA dans ses efforts pour développer une présence durable et à long-terme en orbite basse terrestre (Ndr : budget octroyé de 40 M$ contre un budget demandé de 150 M$) ;
  • la requête budgétaire présidentielle de 2020 alloue un budget pour de nouvelles activités commerciales dans l’ISS dès 2025, ainsi que pour de nouvelles plateformes (Ndr : budget demandé de 150 M$) ;
  • le Congrès soutient une transition ordonnée des activités en orbite basse terrestre d’un modèle dans lequel elles dépendent largement de la NASA à un système dans lequel l’agence spatiale américaine ne sera plus qu’un client parmi d’autres (P.L. 115-10, NASA Transition Authorization Act of 2017) :
    • Title III, Section 301 (a)(4) - “utilization of the ISS will sustain United States leadership and progress in human space exploration by” – (A) “facilitating the commercialization and economic development of low-Earth orbit" ;
    • Title III Section 303 (b)(1) - “an orderly transition for United States human space flight activities in LEO from the current regime, that relies heavily on NASA sponsorship, to a regime where NASA is one of many customers of a LEO commercial human space flight enterprise…

Cinq volets phares
S’appuyant sur les travaux effectués pendant les deux décennies d’exploitation de l’ISS, l’agence américaine a développé une feuille de route en cinq volets :

  1. rédaction d’une politique tarifaire et commerciale de l’ISS ;
  2. missions privées d’astronautes ;
  3. initiation de procédures pour le développement commercial de l’activité en orbite basse terrestre ;
  4. recherche et poursuite d’opportunités pour stimuler constamment les projets ;
  5. quantification des besoins de la NASA à long-terme pour des activités en orbite basse terrestre.

Le 7 juin, la NASA a sollicité l’industrie (Request For Information) sur sa feuille de route (réponse attendue pour le 3 juillet 2019).

ANNEXE

QUELQUES DOCUMENTS DE REFERENCE

1. REDACTION D’UNE POLITIQUE TARIFAIRE ET COMMERCIALE DE L’ISS
Alors qu’une cinquantaine de sociétés a d’ores et déjà conduit des activités de R&D commerciales à bord de la Station et que la NASA a collaboré avec onze sociétés pour installer quatorze équipements de R&D à son bord, l’agence spatiale américaine entend libérer des capacités en fret et du temps de travail de l’équipage pour stimuler les activités privées (5 % de l’utilisation de la Station).

2. MISSIONS PRIVEES D’ASTRONAUTES
La NASA envisage de permettre des missions commerciales impliquant des astronautes avec transfert vers la Station via un véhicule privé (Starliner de Boeing ou Crew Dragon de SpaceX). La NASA entend de plus encourager les autorités étrangères à travailler par l’entremise de sociétés américaines.

La NASA table sur une première mission privée dans l’ISS pour 2020, avec la possibilité de deux courts séjours privés par an.

Nota bene : la NASA a récemment estimé le coût du ticket de vol à 50 M$ et les frais de séjour à bord à 35 k$ par jour.

3. INITIATION DE PROCEDURES POUR LE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL DES DESTINATIONS EN ORBITE BASSE TERRESTRE
La NASA a lancé le 21 juin une consultation auprès des entreprises américaines pour le développement d’un module commercial destiné à être amarré au module Harmony au plus tard en septembre 2024.
La NASA prévoit également une consultation pour le développement d’un/de module(s) autonome(s) en orbite basse (Free-Flyer). Le budget global prévu par la NASA pour ces deux développements dans le programme de partenariat public-privé NextSTEP est de 561 M$.