Polluer la conscience tranquille

, Partager

Un certain nombre d’organisations, certaines à but non lucratif et d’autres non, offrant aux consommateurs la possibilité d’investir volontairement dans des projets de protection climatique (investissements sur les énergies renouvelables, projets de séquestration de CO2…) afin de compenser pour leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), se sont développées ces dernières années.

La Tufts University Climate Initiative s’est intéressée aux organisations proposant aux usagers des transports aériens de compenser leurs émissions de GES et s’est proposée de les évaluer. Ces organisations sont en effet peu réglementées et proposent des mécanismes de compensation de qualité très variée.

Dans un premier temps les auteurs énoncent et détaillent un certain nombre d’indicateurs permettant d’évaluer ces différentes organisations :
- la qualité des projets financés par l’organisation, par exemple les projets sont-ils certifiés par des organismes reconnus et indépendants,
- le type de projets financés (énergies renouvelables, séquestration, efficacité énergétique)
- le financement de l’organisation (coût de fonctionnement),
- la qualité du calculateur d’émissions (prise en compte du type d’avion et des différentes phases de vol),
- le prix des certificats.

Les auteurs ont ensuite évalué 13 organisations, parmi les plus connues, proposant ce service. Six de ses organisations sont basées aux US et 4 en Europe. Les auteurs ont classé ces organisations en 3 catégories, celles qu’ils recommandent, celles qu’ils recommandent avec des réserves et celles qu’ils ne recommandent pas. Quatre organisations, Atmosfair, Climate friendly, Myclimate et NativeEnergy, se placent dans le groupe de tête. NativeEnergy, la seule organisation basée aux US du groupe, est une compagnie privée à but lucratif détenue en majorité par l’Intertribal Council on Utility Policy. Elle investit dans des projets amérindiens d’énergie renouvelable (installation d’éoliennes et de panneaux solaires, production d’électricité à partir du méthane issu de l’élevage).

Certains environnementalistes craignent que ces mécanismes compensatoires ne se substituent à une réduction réelle de l’empreinte carbone des consommateurs (en diminuant leur consommation d’énergie par exemple) et à une réglementation des émissions imposée par la loi, deux méthodes plus efficaces pour réduire les émissions de GES.

La controverse récente au sujet de la facture d’électricité d’Al Gore, auteur du livre "An Inconvenient Truth" dont est inspiré le documentaire du même nom et militant des mécanismes compensatoires (il compenserait tous ses trajets aériens ainsi que sa consommation électrique personnelle par des donations), est une bonne illustration de ce phénomène. En effet selon le Tennessee Center for Policy Research (un institut de recherche à but non lucratif), la facture électrique du domicile d’Al Gore à Nashville, TN, indiquerait une consommation d’environ 220.000kWh pour l’année 2006 (191.000kWh selon l’Associated Press), alors que la consommation moyenne d’un foyer américain est d’environ 11.000kWh par an (la moyenne de Nashville serait de 15.600kWh par an). L’entourage d’Al Gore a répondu que l’énergie était d’origine écologique puisque la famille Gore participe au programme "Greenpowerswitch" (alimentation en énergie d’origine renouvelable : solaire, éolien, méthane issu de déchets) de son fournisseur d’électricité (Nashville Electric Service).

Source :


- http://www.usatoday.com/money/industries/energy/2007-03-02-offsets-usat_x.htm?csp=34
- http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1594368,00.html
- A. Kollmuss et B. Bowell, Voluntary offsets for air travel carbon emissions, 2007 :
http://www.tufts.edu/tie/tci/pdf/TCI_Carbon_Offsets_Paper_Jan31.pdf
- Communiqué de presse du Tennessee Center for Policy Research :
http://www.tennesseepolicy.org/main/article.php?article_id=367

Pour en savoir plus, contacts :


- Tufts Climate Initiative :
http://www.tufts.edu/tie/tci/index.htm
- Site Internet de NativeEnergy
http://www.nativeenergy.com/welcome.html
Code brève
ADIT : 41691

Rédacteur :

Elodie Pasco, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….