Président ou directeur d’une société savante : une reconversion lucrative pour les universitaires

, Partager

Selon une enquête de Frost & Sullivan, les revenus des responsables des sociétés savantes américaines se sont envolés ces dernières années. En effet, un certain nombre de ces responsables ont perçu des revenus (salaire + primes) allant dans une fourchette de 500.000 à un million de dollars. Ainsi, au Howard Hughes Medical Institute, le président Thomas Cech a perçu 1.009.426 dollars pour l’exercice conclu en juin 2005, tandis que son vice-président et directeur financier, Landis Zimmerman a été gratifié de 1.033.766 dollars. Plusieurs autres responsables de cet institut ont perçu des sommes de l’ordre de plusieurs centaines de milliers de dollars. Ces responsables sont suivis par Madeleine Jacobs, qui dirige la puissante American Chemical Society (ACS), laquelle lui a attribué 748.157 pour sa première année à ce poste. Son prédécesseur avait il est vrai établi des records avec des revenus approchant les 1,5 million de dollars. L’Association of American Medical Colleges (AAMC) semble plus raisonnable en ayant accordé 494.478 dollars à son président Jordan Cohen en 2004, mais ce dernier devrait percevoir plus de 300.000 dollars de prime de départ en juin lors de son départ en retraite. Par ailleurs l’association lui a accordé des prêts à taux d’ami, pour un montant de l’ordre de 1,5 million de dollars.
Le précédent président de la National Academy of Sciences, Bruce Alberts, avait quant à lui été gratifié de 759 046 dollars pour sa dernière année (en sus de la mise à disposition d’une luxueuse maison dans les beaux quartiers de Washington, abandonnée par son successeur, Ralph J. Cicerone, lequel a choisi de se loger lui-même et ainsi d’économiser sur ce poste). Alan Leshner, le président de la American Association for the Advancement of Science (AAAS) s’est lui contenté de 564.264 en 2004, dernière année connue, tandis que le président de la National Association of State Colleges and Land Grant Universities (NASULGC), celui de l’Association of American Universities (AAU), le directeur général de la American Institute of Physics (AIP), celui de la American Society for Microbiology (ASM) et celui de la Federation of American Societies for Experimental Biology (FASEB) ont perçu des sommes de l’ordre de 400.000 à 500.000 dollars.
Tous ces excès, nés durant les années 90, rappellent fortement le comportement des PDG d’entreprises privées, dont les revenus ont explosé depuis une dizaine d’année, et continuent de défrayer la chronique (en étant deux ordres de grandeur plus élevés que les sommes susmentionnées).
A l’inverse, deux enquêtes parues en mars et en avril, l’une de la College and University Professional Association for Human Resources (CUPA.HR) et l’autre de la American Association of University Professors (AAUP), font apparaître que les revenus des professeurs d’université suivent au mieux l’inflation et se situent assez loin des revenus de ceux d’entre eux qui se sont reconvertis dans la direction d’associations professionnelles ou scientifiques. En effet, les revenus des professeurs sont de l’ordre de 40 à 50.000 dollars (lecturer) à 108.000 dollars (professeur dans un cycle doctoral), les présidents d’université gagnant cependant de l’ordre de cinq fois plus. En revanche, les charges sociales (assurance médicale et retraite) tendent à être davantage assumées par l’employeur universitaire que dans la moyenne du privé, hormis dans quelques états.
On peut noter par ailleurs que la part du travail à temps partiel a fortement augmenté dans les universités et collèges, représentant maintenant 46% des effectifs contre 23% il y a trente ans, sachant qu’elle s’accompagne de revenus faibles (de 11 dollars de l’heure dans un collège public à cycle sur deux ans, à 20$ environ dans une université privée d’enseignement supérieur). Par ailleurs l’écart public privé s’agrandit, puisque le ratio de revenus est passé de 0,91 il y a 35 ans à 0,77 en 2004-2005. De même l’écart entre les disciplines est important : depuis 75.000 dollars environ pour un professeur dans de nombreuses disciplines à 136.000 dans les facultés de droit, en passant par environ 100.000 en informatique et 108.000 en ingénierie.

Source :


- Corporate-like pay packages are popping up at scientific societies, Frost & Sullivan Science & Government Report, 21 avril 2006
- Le rapport de l’AAUP
http://www.aaup.org/research/index.htm
- L’enquête de CUPA.HR - http://www.cupahr.org/surveys/salarysurvey2005-06.html

Rédacteur :

Jean-Philippe Lagrange, attache-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….