Prévisions pessimistes pour le repeuplement de la Nouvelle-Orléans

, Partager

Un rapport du RAND Gulf State Policy Institute commandité par la commission "Bring New Orleans Back" émet des prévisions pessimistes à propos du retour de la population dispersée par l’ouragan Katrina et les inondations qui ont suivi. Les experts estiment que la cité comptera 272.000 habitants en 2008, soit seulement 56% de la population à la veille de la catastrophe (485.000). Actuellement, 190.000 personnes sont de retour à la Nouvelle-Orléans.
Cette évaluation est fondée sur l’hypothèse que la disponibilité de logements sera le moteur principal du repeuplement et que le taux de réparation et de construction déterminera le taux de retour des évacués dans la cité. D’autres facteurs tels que le rétablissement des infrastructures, des réseaux, des dispositifs de protection contre les crues et des établissements scolaires influent également sur le taux de retour.
Le RAND Institute a classé les 10.181 blocs de recensements de la ville en 4 catégories : ceux qui ont été épargnés par les inondations, ceux qui ont peu souffert (moins de 60 cm d’eau), ceux qui ont subi des dommages sérieux (entre 60 cm et 1,2 m d’eau) et ceux qui ont subi des dommages sévères (plus de 1,2 m d’eau). Il apparaît que 55% de la population vivait dans des zones relevant de cette dernière catégorie et que 25% seulement relève des deux premières. Le rapport passe sous silence les conséquences en termes de mixité sociale et d’équilibre entre les communautés.
Ces prévisions vont peser sur le débat déjà très enflammé qui oppose les autorités municipales aux organisations citoyennes à propos du plan de reconstruction de la cité. Les propositions de la commission "Bring New Orleans Back", nettement pénalisantes pour les populations défavorisées, à la fois les plus sinistrées et les moins à même d’envisager leur retour, ont été accueillies avec colère par les représentants des catégories les plus modestes de la population. Beaucoup craignent qu’en fait de retour, il s’agisse plutôt d’un retour en arrière pour une cité qui, malgré ses difficultés, incarnait une certaine idée de mixité urbaine, économique et culturelle.

Source :


- E-news : http://www.usatoday.com/printedition/news/20060315/a_katrina15.art.htm
- Le rapport du RAND Gulf State Policy Institute : http://www.rand.org/pubs/technical_reports/2006/RAND_TR369.pdf
- Le plan "Bring New Orleans Back" : http://bringneworleansback.org/
- critique : http://www.wsws.org/articles/2006/jan2006/newo-j14.shtml

Rédacteur :

Philippe Jamet, philippe.jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….