Prière de guérir

, Partager

De nouvelles études cliniques portant sur les liens entre prière et guérison, dont une impliquant 1800 patients ayant subi des pontages coronariens pilotée par la Harvard Medical School, ont été conduites récemment. Il s’agit d’un thème qui fait l’objet d’une attention certaine aux Etats-Unis, à telle enseigne que l’on peut dénombrer une douzaine d’études sur le sujet depuis les années 80, pour un investissement de plusieurs millions de dollars, à raison de 1 à 2 millions par étude. Certaines ont été financées en partie par le National Center for Complementary and Alternative Medicine des NIH, 2,2 millions de $ de subventions fédérales ont ainsi été consacrés à ce sujet dans les cinq dernières années.
La première de ces études, STEP (Study of the Therapeutic Effects of Intercessory Prayer), conduite par le docteur Benson de la Harvard Medical School, en partenariat avec plusieurs centres (Integris Baptist Medical Center de Oklahoma City, Washington Hospital Center, Baptist Memorial Health Care Corporation et Pastoral Care, Memphis et Mayo Clinic Rochester à Rochester) a examiné des patients ayant subi un pontage coronarien, divisés en trois groupes : 604 personnes faisaient l’objet de prière d’intercession sans le savoir, 597 n’en bénéficiaient pas, également sans le savoir, 601 en bénéficiaient et en étaient informés. Selon les auteurs de cette étude, la prière d’intercession en elle-même ne se traduit pas par un bénéfice thérapeutique, tandis que la certitude d’en bénéficier semble pouvoir être associée à une augmentation de la fréquence des complications. Cette étude a été publiée le 4 avril dans le American Heart Journal, après avoir fait l’objet d’une conférence de presse le 3 avril. Elle a coûté 2,4 millions de dollars, apportés par la John Templeton Foundation.
Deux autres récentes études, portant chacune sur 150 patients, respectivement souffrant de tumeurs cérébrales et du SIDA, ont également abouti à des conclusions négatives. Une dernière petite étude est en cours, pour examiner l’effet des prières d’intercessions sur le rétablissement de patientes qui ont subi une opération de chirurgie reconstructice après une mammectomie.
Une autre étude, appelée MANTRA II (Monitoring and Actualisation of Noetic Trainings), conduite par le Dr Mitchell Krucoff, de Duke University et publiée en juillet dernier, avait porté sur 748 malades cardiaques dans 9 hôpitaux. Elle avait également conclu sur une note plutôt négative quant à l’effet des prières d’intercession.
Selon le Dr Krucoff, l’ensemble de ces études permettra de reconsidérer objectivement un sujet très controversé, particulièrement depuis qu’une étude sur l’infertilité publiée en 2001 avait dû être retirée de la publication pour cause de fraude suspectée.
Si de nombreux scientifiques admettent que la prière personnelle peut avoir des effets indirects liés à l’autosuggestion ou à des facteurs comportementaux associés, en revanche une grande majorité d’entre eux sont fortement sceptiques sur les effets de la prière d’intercession, c’est-à-dire la prière effectuée éventuellement à l’insu du bénéficiaire et à distance. Quelle que soit leur opinion sur la question, plusieurs spécialistes mettent en cause le bien-fondé d’études cliniques sur la prière, s’agissant d’un facteur curatif difficilement quantifiable.
Une étude portant sur 31.000 adultes, réalisée par le NCCAM et publiée en mai 2004 a montré que 43% des répondants a eu recours à la prière pour leur propre santé dans les 12 mois précédant l’enquête, 25% ont sollicité des prières d’intercession et 10% ont participé à un groupe de prière.

Source :


- http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/03/23/AR2006032302177_pf.html
- http://www.nytimes.com/2006/03/31/health/31pray.html?_r=1&incamp=article_popular_5&oref=login

Pour en savoir plus, contacts :


- Mitchell Krucoff, Duke University - http://www.healingmoves.com/mitch/
- L’étude conduite par un consortium piloté par le docteur Benson de la Harvard Medical School
American Heart Journal, avril 2006, Volume 151, Issue 4, Pages 934-942 - http://www.ahjonline.com/article/PIIS0002870305006496/abstract
- La première étude clinique multicentres sur les effets de la prière d’intercession en médecine cardiaque, MANTRA II :
Krucoff MW, Crater SW, et al : Music, imagery, touch, and prayer as adjuncts to interventional cardiac care : the Monitoring and Actualisation of Noetic Trainings (MANTRA) II randomised study, The Lancet, 366:211-217, July 16, 2005. - http://home.infostations.net/srm/3204A.pdf
- L’étude controversée sur la fertilité (article retiré) :
Kwang Y. Cha, M.D., Daniel P. Wirth, J.D., M.S., and Rogerio A. Lobo, M.D., Does Prayer Influence the Success of in Vitro Fertilization-Embryo Transfer ?, J. Reprod. Med., 2001, 46 (9):781-787. - http://www.reproductivemedicine.com/Features/2001/2001Sep.htm
- Un papier fondateur, également controversé :
R.C. Byrd, Positive Therapeutic Effects of Intercessory Prayer in a Coronary Care Unit Population, Southern Medical Journal, 1988, 81 (7):826-829. - http://www.godandscience.org/apologetics/smj.pdf
- Le rapport du National Center for Complementary and Alternative Medicine (NIH), mai 2004 - http://nccam.nih.gov/news/report.pdf
Code brève
ADIT : 32976

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr
Jean-Philippe Lagrange, AST, Jean-Philippe.Lagrange@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….