Proposition budgétaire de la National Nanotechnology Initiative pour 2010

, Partager

La proposition budgétaire de 2010 pour la National Nanotechnology Initiative (NNI) a été publiée le 14 Mai 2009, soit trois mois de retard par rapport aux années précédentes (les propositions budgétaires étant publiées vers mi février habituellement). Elle est de 1,64 milliards de dollars, soit une augmentation de 7,3% par rapport à la proposition budgétaire de 2009. Depuis la création de la NNI en 2001, cette prévision porte l’investissement total du gouvernement à 12 milliards de dollars, et cela représente environ quatre fois le budget accordé lors de la première année. Il est intéressant de noter que le budget estimé pour 2009 est de 1.657 milliards, soit 18 millions de plus que la proposition 2010, budget auquel il faut ajouter un investissement proposé de 140 millions de dollars correspondant au plan de relance économique américaine (l’American Recovery and Reinvestment Act for 2009 [1]) signée par le président Obama.

Parmi les agences fédérales impliquées dans la NNI, c’est la National Science Foundation (NSF) qui recevra le financement le plus important (423 millions de dollars), suivi du Department of Defense (DoD), qui avait le premier rang l’année dernière, avec 379 millions. On avait remarqué une forte augmentation lors du budget 2009 consacré à la recherche fondamentale sur les phénomènes nanométriques, domaines principalement soutenus par la NSF et le DoD mais cette tendance n’est pas suivie cette année, puisque le budget proposé d’un demi milliard de dollars constitue une perte de presque 10%. Les augmentations de budget cette année correspondent aux domaines des nanomatériaux (300 millions, soit une augmentation de 30%) et des infrastructures (220 millions, 36%).

C’est le Department of Energy (DoE) qui participe le plus aux infrastructures, avec les cinq grands centres de recherches en nanotechnologies (les National Science Research Centers) achevés l’année dernières et dont il assure le fonctionnement. Ces centres sont ouverts à l’ensemble de la communauté scientifique internationale qui veulent y effectuer leurs recherches et leurs caractérisations. Le Department of Health and Human Service (DHHS) qui regroupe les National Institutes of Health (NIH) et le National Institute of Occupational Safety and Health (NIOSH) se partageront une enveloppe prévisionnelle de 338 millions de dollars, augmentation de budget la plus importante cette année (46% d’augmentation). Si la mission des NIH reste de développer les connaissances et les applications dans le domaine biomédical à l’aide des nanotechnologies (principalement grâce à la recherche sur les nanosystèmes médicaux, plus de 50% de son budget), le NIOSH se focalise exclusivement sur les risques et les implications des nanotechnologies sur l’environnement et la santé. A ce sujet, on note depuis 2007 une forte augmentation du budget consacré aux risques contre l’environnement, la santé et la sécurité, proposé à 88 millions de dollars pour 2010, ce qui représente le double du budget proposé en 2007. Les nanotechnologies sont en train de mûrir et avec elles la conscience des dangers qu’elles peuvent représenter. Pour la NASA, le budget reste assez stationnaire, un peu moins de 20 millions de dollars. Pour finir, le budget prévisionnel du National Institute of Standards and Technology (NIST), de 90 millions, a subit une baisse de 20% par rapport à 2009, alors qu’on avait noté une forte augmentation pour l’ingénierie et les sciences physique refletant l’engagement du président Bush pour l’American Competitiveness Initiative.

Source :

Supplement to the President’s 2010 Budget, Nantional Nanotechnology Initiative - http://www.nano.gov/NNI_2010_budget_supplement.pdf

Pour en savoir plus, contacts :

[1] : http://en.wikipedia.org/wiki/American_Recovery_and_Reinvestment_Act
Code brève
ADIT : 59289

Rédacteur :

Alban de Lassus, deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….