Proposition de Budget 2020 de l’administration Trump : quelles conséquences pour la science, l’environnement et la santé ?

, Partager

L’administration Trump a publié en mars 2019 sa proposition budgétaire pour l’année fiscale 2020 (qui débutera le 1er octobre 2019). Cette proposition, qui s’élève à 4750 milliards de dollars, constitue un nouveau record dans l’histoire du gouvernement fédéral des Etats-Unis. Si le budget prévisionnel inclut notamment une dépense de près de 9 milliards de dollars pour la construction du mur à la frontière mexicaine, l’administration du Président américain cherche en revanche à diminuer drastiquement le financement de plusieurs agences scientifiques fédérales, et ce pour la troisième année consécutive.

Les principales agences fédérales scientifiques concernées

Les National Institutes of Health (NIH), la NASA, et la National Science Foundation (NSF) sont directement impactées par la requête budgétaire préliminaire du Président américain. D’après une analyse de l’American Association for the Advancement of Science, le budget soumis par le Président américain entrainerait une réduction du financement des activités globales de recherche fondamentale de 10%, et de 14% pour la recherche appliquée. Dans sa proposition, l’administration Trump prévoit en effet de réduire le budget des NIH de 13% et celui de la NSF de 12%. Conséquence directe de ces restrictions budgétaires, le nombre de subventions attribuées par la NSF pourrait passer de 9000 (en 2018, chiffre non disponible pour l’année 2019) à 8000, soit une diminution de 11%. En outre, la NASA verrait également son budget diminué de 2,2%, avec une diminution de plus de 8% du financement de son portfolio « science et recherche ». La figure ci-dessous détaille les principaux changements proposés par l’administration Trump pour le financement des activités de recherche et développement par département pour l’année 2020. On constate ainsi que le budget de la Maison Blanche prévoit de favoriser le développement des activités de défense au détriment des recherches dépendant des départements de l’Energie, de la Santé ou encore de l’Environnement.

L’Agence américaine de Protection de l’Environnement (EPA), grande perdante de cette nouvelle proposition budgétaire

L’agence américaine de protection de l’environnement est fortement impactée par la demande du Président américain. Avec une diminution de son financement de 2.7 milliards de dollars, l’agence indépendante américaine [1]verrait ainsi son budget réduit d’approximativement un tiers. Une telle restriction entrainerait alors la fermeture de nombreuses structures telle que l’Office of Atmospheric Programs qui a pour rôle de superviser les accords liés au climat au sein des Etats-Unis. De manière plus générale, la majorité des programmes phares de l’EPA se retrouveraient affectés par de telles coupes budgétaires.

Santé publique : de nombreuses contradictions

Lors de sa campagne présidentielle en 2015, Donald Trump assurait ne pas avoir l’intention de diminuer les financements des programmes Medicare, Medicaid et de la Sécurité Sociale. Sa proposition de budget prévoit cependant de diminuer les coûts liés au programme Medicaid de 1500 milliards de dollars sur 10 ans, et ceux liés au programme Medicare de 845 milliards sur la même période. De surcroît, le Président américain entend également réduire les dépenses des programmes de Sécurité Sociale de 26 milliards d’ici 2029.
D’autre part, lors de son discours annuel sur l’État de l’Union (« State of the Union ») début février, le Président américain annonçait la mise en place d’un plan de lutte pour éradiquer le virus du SIDA des Etats-Unis, intitulé « Ending the HIV Epidemic : A Plan for America ». La nouvelle proposition budgétaire prévoit pourtant une diminution du financement des programmes de recherche sur le VIH de plus d’un milliard de dollars.

Le budget prévisionnel pour l’année 2020 en l’état aurait ainsi un fort impact négatif sur les activités globales de recherche et développement. Toutefois, il convient de rappeler que la décision finale en ce qui concerne l’adoption du budget revient au Congrès. L’année précédente, le Président avait déjà proposé de réduire le financement des agences fédérales scientifiques, mais sans succès : le Congrès avait en effet décidé au contraire d’augmenter ces financements. En proposant de réduire les financements des programmes de santé publique Medicare et Medicaid, le Président Trump s’expose par ailleurs aux attaques de ses principaux rivaux à sa succession à la présidence des Etats-Unis.

Rédacteur : Raphaël Dubois, Attaché Scientifique Adjoint, Consulat Général de France à Los Angeles, deputy-sdv.la@ambascience-usa.org

Notes

[1Le qualificatif « indépendant » signifie que l’EPA n’est rattachée à aucun département au sein de la branche exécutive du gouvernement fédéral américain