Publications sur les actions nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre aux Etats-Unis

, Partager

De nombreuses études sont publiées [1] en ce début d’année sur les impacts du changement climatique aux Etats-Unis, les actions nécessaires pour y faire face et limiter les émissions américaines. Alors que le président Obama s’est engagé, dans son discours d’investiture [2], à agir sur les questions climatiques au cours de son second mandat, les attentes sont fortes au sein des ONG et think tank environnementaux qui publient leurs analyses pour tenter d’influencer l’administration à adopter les politiques publiques qui leur semblent les plus adaptées.

"Can the US get there from here ?"

Le World Resources Institute (think tank qui d’intéresse aux questions d’environnement et de développement et gère de nombreux projets à travers le monde) vient de publier un nouveau rapport intitulé : "Can the US get there from here ?" qui présente le panorama de la situation actuelle des émissions de gaz à effet de serre des US et discute les différents moyens (avec et sans nouvelle législation) pour respecter les engagements pris par les Etats-Unis à Copenhague (17% de réduction des émissions de GHG par rapport au niveau de 2005 d’ici 2020). Cette analyse à la fois technique et juridique permet d’avoir les idées claires sur les actions que doivent prendre les Etats-Unis pour atteindre l’objectif fixé à Copenhague d’ici 2020 et pour assurer une baisse de leurs émissions à long terme.

Selon les auteurs, sans nouvelle mesure, les Etats-Unis ne pourront pas atteindre les objectifs fixés. En revanche, ils estiment qu’il est possible de les atteindre, sans nouvelle législation au Congrès, compte tenus des moyens techniques et légaux existants (à travers les pouvoirs de la Maison Blanche, du Ministère des Transports (DOT), de l’Energie (DOE), de l’Agence de la protection de l’environnement et de l’Agence de l’Aviation Civile (FAA), en particulier dans 4 domaines :
1) établissement de standards pour les émissions de CO2 pour les centrales existantes
2) réduction ou suppression des hydrofluorocarbones (HCFs)
3) réduction des émissions de méthane dans les systèmes au gaz naturel
4) renforcement de l’efficacité énergétique dans les secteurs résidentiel, commercial et industriel

Le rapport estime également que les actions des Etats sont cruciales mais elles ne suffiront pas, seules, à atteindre l’objectif de 17%. Enfin, il est important de garder en mémoire que, sur le long terme, une action au Congrès sera nécessaire car même les actions prises par l’administration et les Etats ne parviendront pas à réduire 83% des émissions d’ici 2050 comme l’avait évoqué la délégation américaine à la conférence climat de Copenhague (2009). Enfin, rappelons que dans les scénarios développés par le WRI, aucun ne permet réellement d’atteindre els objectifs fixés par les scientifiques pour éviter les pires impacts du changement climatique et rester sous la barre des 2°C d’augmentation de température d’ici la fin du siècle.

Le rapport est disponible ici : http://www.wri.org/publication/can-us-get-there-from-here

"Climate Change : breaking the stalemate"

Une autre analyse intéressante, publiée par le Milken Institute (think tank travaillant sur les moyens innovants pour résoudre les enjeux sociaux et économiques actuels), insiste sur la nécessité de s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre en agissant en particulier sur les émissions non-liées au CO2, qui sont plus faciles et plus "rentables" à réduire. Ces actions doivent être complémentaires de la réduction des émissions de CO2 à long terme mais elles permettraient, selon l’auteur de "sortir de l’impasse" et de réduire rapidement et efficacement les effets sur le climat. Ainsi l’auteur estime qu’il faut cibler les sources d’émissions qui ont un effet plus rapide et plus important sur le climat dans le court terme et dont les analyses coût/bénéfices sont plus favorables que celles liées à la réduction du CO2 (grâce à leur impact pour la santé notamment). Pour donner quelques exemples, l’auteur propose de cibler : les polluants atmosphériques à courte durée de vie, le méthane, les particules de sulfate et de suie et les hydrofluorocarbones.

L’article est disponible ici : http://redirectix.bulletins-electroniques.com/ELJhG

Sources :


- [1] Voir aussi un précédent article : "Récentes publications américaines sur l’impact du changement climatique aux Etats-Unis et dans le monde" - Bulletins Etats-Unis - RAMSTEIN Céline - 25/01/2013 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72103.htm
- [2] Voir notre précédent article : "Les agences fédérales américaines confirment que 2012 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée" - Bulletins Etats-Unis - RAMSTEIN Céline - 25/01/2013 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72101.htm

Pour en savoir plus, contacts :

Un briefing sur les polluants atmosphériques à courte durée de vie a été organisé au Congrès par le think tank Environmental and Energy Study Institute (EESI), la semaine dernière. Il a rassemblé des responsables du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, du Département d’Etat américain, du Sénat américain et de la NASA. Les documents et interventions des intervenants sont disponibles ici : http://www.eesi.org/020113_blackcarbon
Code brève
ADIT : 72183

Rédacteurs :


- Céline Ramstein, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….