Quand Science et Innovation s’exposent au Musée d’Art Moderne de New York

, Partager

Le Wyss Institute présente ses technologies au Musée d’Art Moderne de New York : une exposition pour la beauté intrinsèque des objets exposés qui contribue aussi à rendre accessible les innovations les plus pointues de l’Université de Harvard.

Les organes-sur-puce (organs-on-chip) développés par le Wyss Institute de l’université de Harvard sont exposés au Musée d’Art Moderne de la ville New-York (MoMA) depuis le mois dernier jusqu’en janvier 2016 [1]. Ces organes artificiels faits en silicone qui miment des fonctions vitales du corps humain ont attiré l’oeil expert de Paola Antonelli, la conservatrice du département d’architecture et de design du musée pour leur esthétisme et leur valeur scientifique pour la société.


Organes-sur-puce installés au MoMA
Crédits : Wyss Institute, Harvard University


Ces prouesses de technologie sont de petits dispositifs faits en silicone souple et transparent contenant en leur sein des canaux entourés de cellules vivantes à travers lesquels passent différents fluides mimant les conditions physiologiques humaines : ce sont des applications raffinées de micro-fluidique. Afin d’imiter les mouvements mécaniques des organes humains, comme ceux dûs à la respiration ou au péristaltisme, différentes pressions sont appliquées au niveau des micro-canaux transverses présents dans ces dispositifs. Parmi les applications scientifiques de ces objets, le Wyss utilise ces organes artificiels pour tester l’efficacité de molécules thérapeutiques : il s’agit alors d’une alternative à l’utilisation d’animaux dans les essais cliniques par exemple [2].


Poumon-sur-puce
Crédits : Wyss Institute, Harvard University


Depuis le premier "poumon-sur-puce développé" en 2010 par Donald Ingber, le directeur fondateur du Wyss institute et par Dan Fongeun, ancien chercheur du centre de recherche, plusieurs puces mimant l’activité d’autres organes ont vu le jour. Ces différents dispositifs peuvent même être utilisés en réseau afin d’étudier un système physiologique complexe composé de plusieurs organes et observer, par exemple, l’évolution d’un métabolite dans le temps et dans l’espace.


Poumon-sur-puce installé sur un microscope
Crédits : Wyss Institute, Harvard University


Ces organes-sur-puce ont été conçu pour mimer de la plus efficace et la plus simple des manières les fonctions physiologiques humaines, ce qui se traduit par une forme épurée et un design moderne qui plaît à la conservatrice Paola Antonelli. Ce sont le "poumon-sur-puce", "l’intestin-sur-puce" et le "foie-sur-puce" qui sont aujourd’hui installés au Musée d’Art Moderne de New-York au sein de l’exposition "Is this for everyone ? Design Experiments for the Common Good" (Est-ce pour tout le monde ? Expériences esthétiques pour le bien commun). Cette exposition explore des objets expérimentaux contemporains, physiques ou digitaux, qui, même s’ils ne sont pas commercialement viables dans l’immédiat, essaient d’anticiper des besoins ou problèmes concrets dans le but d’aider le bien commun. [3]

D’après Donald Ingber, le design est un principe directeur du Wyss Institute autant sur l’aspect de conception scientifique que sur l’aspect esthétique. Il se félicite que les organes-sur-puce exposés au MoMA permettent de communiquer au grand public le lien entre art et science. Un des professeurs de l’institut de recherche, David Edwards, illustre parfaitement cette notion, en effet, s’il est un des membres fondateurs du Wyss, il est également fondateur et directeur du "Laboratoire" un musée présent à la fois à Paris et à Cambridge dédié à l’interface art-science [4].

Sources :


- [1] http://wyss.harvard.edu/viewpressrelease/193/?utm_medium=email&utm_campaign=Wyss%20Institutes%20Organs-on-Chips%20acquired%20by%20The%20Museum%20of%20Modern%20Art&utm_content=Wyss%20Institutes%20Organs-on-Chips%20acquired%20by%20The%20Museum%20of%20Modern%20Art+CID_ea1063718fa60cd8af8bd69cb7582b27&utm_source=Campaign%20Monitor&utm_term=Click%20to%20view%20as%20a%20web%20page
- [2] vidéo explicative : https://vimeo.com/116674365
- [3] http://www.moma.org/explore/inside_out/2015/03/04/is-this-for-everyone-new-design-acquisitions-at-moma
- [4] http://www.seas.harvard.edu/directory/dedwards

Rédacteurs :


- Oscar Castanon, Boston, oscar.castanon@ambascience-usa.org
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

A noter : à compter du 25 juin 2015, les bulletins de veille scientifique et technologique des ambassades de France à l’étranger ne seront plus diffusés par l’ADIT. Ils seront disponibles sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (www.diplomatie.gouv.fr - rubrique : diplomatie scientifique/veille scientifique et technologique) et sur le site Internet des ambassades qui produisent ces documents.
Si vous souhaitez continuer à recevoir le bulletin de veille scientifique et technologique de l’ambassade de France aux Etats-Unis par courriel après le 25 juin 2015, merci de vous réinscrire à cette adresse : http://www.france-science.org/reinscription-veille.html

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….