Radio-immunothérapie du SIDA : une nouvelle approche pour traiter l’infection ?

, Partager

Avec le SIDA, la grippe aviaire, la tuberculose, la malaria et les bactéries multi-résistantes, les maladies infectieuses restent un sujet essentiel qui nécessite de nouvelles approches de thérapies antimicrobiennes. L’une des solutions envisagées par l’équipe de Harris Goldstein du Collège Albert Einstein de New York est la radio-immunothérapie, qui a déjà montré son efficacité dans le traitement des cancers.
Les stratégies vaccinales contre le virus du sida sont actuellement limitées par le fait que les anticorps produits sont capables de reconnaître et fixer le virus, mais pas de le neutraliser. Ils ne parviennent en aucun cas à tuer les cellules infectées. Ekaterina Dadachova, premier auteur de l’article publié le 6 novembre dans "PLoS Medecine", propose une méthode qui pourrait tuer directement les cellules infectées en créant des clusters d’isotopes radioactifs autour de la cellule tout en épargnant le plus possible les cellules saines.
Les chercheurs ont donc crée des anticorps spécifiques d’antigènes viraux exprimés à la surface de la cellule infectée (gp41 et gp120). Ces anticorps ont été couplés à deux isotopes radioactifs, le bismuth 213 et le rhénium 188.
Après vérification du fait que ces anticorps modifiés sont capables de lyser des cellules infectées in vitro, des souris comportant des cellules infectées par le VIH ont été traitées et 99% de celles-ci ont été éliminées. Le composé semble fonctionner sainement puisque les cellules sanguines saines de la souris n’ont été affectées qu’avec de fortes concentrations d’anticorps.
Ekaterina Dadachova déclare que, compte tenu de ces résultats encourageants, son équipe recherche une compagnie pharmaceutique pour effectuer des essais cliniques. Cependant, des questions majeures restent posées, notamment le cas des cellules dites "réservoirs" qui contiennent le virus latent et qui n’expriment pas d’antigènes viraux.
S’il est approuvé par la FDA, ce traitement apparaît plus comme une solution complémentaire des thérapies existantes. Selon David Montefiori, chercheur de Duke University, cette approche pourrait constituer un traitement unique, si son efficacité sur des cellules humaines est démontrée et qu’on arrive à éliminer les cellules réservoirs (cellules dendritiques infectées, etc.). Un travail considérable reste encore à effectuer…

Source :


- http://www.sciam.com/article.cfm?chanID=sa001&articleID=BF918680-E7F2-99DF-3B07A13C4FE0E386
- http://www.nature.com/news/2006/061106/full/061106-1.html

Pour en savoir plus, contacts :

"Treatment of infection with radiolabeled antibodies" 2006 Dadachova E. Q. J. Nucl Med Mol Imaging 50 (3) pp 193
Code brève
ADIT : 40004

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org - Sophia Gray assistant-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….