Rapport 2006 de l’AUTM : le transfert de technologies aux USA se porte toujours aussi bien

, Partager

L’AUTM, Association of University Technology Managers publie chaque année un rapport qui fait l’état des lieux de l’activité de transfert de technologies aux Etats-Unis. Ce rapport est rédigé par ses membres et fait suite à une étude menée auprès des institutions partenaires. En 2006, 189 structures ont participé à l’étude et permis d’élaborer ce document accessible au public. Ce rapport comprend à la fois les résultats de l’étude, les chiffres et les analyses mais aussi 13 success stories relatées au fil de l’étude.

Même si le transfert de technologies consiste en la promotion et la commercialisation de produits issus de la recherche, il n’est pas aisé de chiffrer l’efficacité de ce domaine. Etant donné la complexité et la disparité du système de recherche américain, il serait bien trop réducteur de mesurer le "chiffre d’affaires" généré par la recherche pour en évaluer sa capacité de valorisation. C’est pourquoi différents critères sont analysés dans ce rapport, les principaux étant la taille des offices de transfert de technologies, les budgets de recherche et enfin les produits de la recherche : brevets, licences, start-ups.

Les offices de transfert de technologies restent majoritairement de petites structures. Plus de la moitié des offices étudiées ont 6 employés ou moins. Cependant le nombre de professionnels du transfert de technologies ne cesse d’augmenter. Plus de 1.800 professionnels sont actuellement en poste aux Etats-Unis contre seulement la moitié 10 ans auparavant dénotant de la multiplication des ces structures.

Le financement de la recherche a subi en 2006 sa plus grosse augmentation depuis 2003 : +7,3% soit 3.1 milliards de dollars supplémentaires par rapport à 2005. Le budget total de la recherche américaine est ainsi pour 2006 de 45,4 milliards de dollars. Le gouvernement américain, par le biais de ses agences fédérales reste le principal financeur avec 68% du budget total. Les industriels eux investissent à hauteur de 7%.

En termes de résultats, les 189 institutions sondées pour cette étude ont déclaré 18.874 inventions et 15.908 brevets. Ce chiffre est en constante augmentation ce qui dénote d’une réelle volonté de protéger les travaux de recherche développés au sein des instituts. Cette volonté de protection est directement corrélée aux applications qui peuvent être envisagées pour ces travaux et aux retours sur investissements qu’ils peuvent générer. Ainsi de cette propriété intellectuelle sont nés en 2006 4.963 accords de licences, 764 start-ups et 700 nouveaux produits. Là encore ce chiffre est en augmentation puisqu’en 2005, 628 start-ups avaient été créées et 527 nouveaux produits.

Le bilan de l’étude de l’AUTM est plutôt positif. En effet, depuis la mise en pratique du Bay Dohle Act en 1980, les résultats des offices de transfert de technologies ne cessaient de croître. Or depuis quelques années, celles-ci semblaient se stabiliser. Selon l’AUTM la pente de "l’efficacité" de la valorisation de la recherche redémarre ce qui laisse présager peut être un renouveau dans le métier de transfert de technologies, 25 ans après les prémices de cette discipline.

Une étude similaire est conduite au Canada. Les données sont disponibles dans le rapport complet AUTM qui regroupe toutes les données Nord Américaines.

L’AUTM prépare aussi un rapport issu de leur "Better World Project" qui consiste à compiler les meilleurs "success stories" d’institutions internationales. Elles seront présentées à l’occasion du meeting annuel de l’AUTM qui se déroulera à San Diego fin février 2008.

Source :


- Rapport de l’AUTM : http://autm.net/about/dsp.Detail.cfm?pid=214
- "The state of Tech Transfer", Elia Powers, Inside Higher Ed, 04/12/2007 - http://insidehighered.com/news/2007/12/04/autm

Pour en savoir plus, contacts :

Rapport du Milken Institute, "Mind to market : a global analysis of university biotechnology transfer and commercialization" : http://www.milkeninstitute.org/publications/publications.taf?function=detail&ID=576&cat=ResRep
Code brève
ADIT : 52277

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….