Rapport annuel de l’AUTM : quelle est la santé de la valorisation américaine ?

, Partager

Le rapport annuel de l’AUTM ("Association of University Technology Manager") est un document toujours attendu avec impatience par les professionnels de l’innovation. C’est aussi une sorte de note conjoncture : il fournit un état des lieux de l’innovation américaine et donne une bonne image de l’état d’esprit des acteurs du domaine.

L’enquête fait état des résultats des activités de valorisation de 194 universités et hôpitaux représentatifs du secteur du transfert de technologies aux Etats-Unis en 2007. Elle compile différentes données allant des dépenses de recherche aux volumes d’inventions en passant par le nombre de brevets et de nouvelles entreprises créées. Les deux dimensions saillantes du rapport concernent les ressources allouées à la recherche et les résultats de l’activité de transfert de technologies qui autorisent une bonne compréhension de l’état de l’innovation aux Etats-Unis.

Ressources

Les dépenses de recherche des institutions interrogées ont atteint 48,8 milliards de dollars soit 3,8 milliards de plus qu’en 2006 ce qui représente la plus grosse augmentation en valeur absolue depuis 2003. Une grande partie de cette augmentation provient de l’industrie. Le financement de la recherche universitaire par cette dernière a augmenté de 460 millions de dollars faisant passer son montant à 3,4 milliards de dollars. Cette augmentation de 15% entre 2006 et 2007 est la plus importante depuis 1999. Cet accroissement du financement industriel de la recherche semble être une tendance qui se confirme. En corrélant l’augmentation des budgets fédéraux de la recherche à l’inflation et aux fluctuations monétaires, le rapport montre que le financement fédéral de la recherche est en baisse depuis 2 ans. Cette tendance incite fortement les universités à se diriger vers l’industrie pour financer des activités de recherche. La conséquence de cette situation est que les travaux de recherche sont sans doute plus appliqués, conduisant à doper les activités de transfert de technologies.

Activités de transfert de technologies

En 2007, 19 827 inventions ont été réceptionnées par les bureaux de transfert de technologies, soit 6% d’augmentation. Le chiffre est à manipuler avec prudence car des changements ont été introduits en matière de recensement des inventions. Antérieurement les seules inventions comptabilisées étaient celles directement liées à la propriété intellectuelle. Récemment il a été décidé d’y inclure les droits d’auteur, les noms de marque et autres inventions non brevetables. De plus, dans un souci de pertinence des chiffres, il est désormais convenu de ne comptabiliser que les inventions toujours en activité et non celle abandonnées au bout de quelques mois.

Brevets et licences

3 622 brevets ont été déposés au total soit 11% de plus qu’en 2006. 5 109 accords de licence ont été signés cette année. Cela correspond à une augmentation de 3% par rapport à 2006. Les contrats de licence avec des petites entreprises sont majoritaires (49,9% de la totalité des accords). Les grandes entreprises raflent 33,5% de ces contrats et les start-ups seulement 16,5%. En 2007, ces licences ont abouti à 686 produits. Il est par ailleurs important de noter que 7% des inventions traitées dans les bureaux de transfert de technologies cette année ont fait l’objet d’une licence la même année. Cela dénote d’une réelle volonté de gagner rapidement les marchés. Cette tendance est à rapprocher de l’augmentation de l’implication de l’industrie dans la recherche universitaire.

Start-ups

555 ont été créées en 2007 ce qui porte à 3 388 le nombre de start-ups créés depuis 1998 toujours en activité.

Une autre nouveauté dans cette étude est la tentative d’identification des domaines technologiques les plus couverts par les bureaux de transfert de technologies. Ainsi sur un total de 19 827 inventions, 5 007, soit environ un quart, ont été classées dans la catégorie "médical / thérapeutique". Toutes les autres catégories cumulées atteignent moins de 35%. Quant aux 40% restant ils se classent dans la rubrique "non caractérisé", sans doute en raison du fait que l’invention a trait à des travaux très amont ou intègre différentes composantes disciplinaires (ex. électronique et santé).

Il semble ainsi que les découvertes biomédicales soient celles qui ont eu le plus d’impact sur les transactions de transfert de technologies aux Etats-Unis en 2007. Il apparaît par ailleurs que toutes les structures qui ont eu d’importants revenus liés à des accords de licence les ont obtenus grâce à un accord important dans ce domaine. Le secteur biomédical tend à devenir incontournable pour les structures de valorisation. Il permet d’envisager des retours sur investissement conséquents.

Un dernier point qui n’a pas été abordé : celui du palmarès des offices de transfert de technologies. Malgré les progrès effectués dans les choix de critères d’évaluation, un classement reste inenvisageable tant les paramètres internes et externes sont variables d’une structure à une autre. Il reste que les leaders de toujours maintiennent leur position à savoir l’Université de Californie, Caltech, le MIT, Stanford, l’université du Wisconsin-Madison/Wisconsin Alumni Research Foundation et que les autres redoublent chaque année d’ingéniosité dans l’implémentation de programmes destiné à stimuler leur efficacité.

Source :


- AUTM US licensing activity survey, http://www.autm.net/AM/Template.cfm?Section=Licensing_Surveys_AUTM&TEMPLATE=/CM/ContentDisplay.cfm&CONTENTID=2416
- "Biomed Dominates Tech Transfer in US ; NYU, Columbia, MassGen Tops in Licensing Income", Ben Butkus, 28/01/09 - http://www.genomeweb.com/node/910792?emc=el&m=300578&l=1&v=12f12658c8

Pour en savoir plus, contacts :

Le site de l’AUTM est riche en ressources sur le transfert de technologies aux Etats-Unis et dans le monde : http://www.autm.net/AM/Template.cfm?Section=Surveys
Code brève
ADIT : 57615

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….