Rapport d’activité 2009

, Partager

L’année 2009 aurait du être une année exceptionnelle pour Michel Israël.

Son équipe avait été largement renouvelée à l’automne 2008 et fonctionnait pleinement ; les deux accords principaux de partenariat bilatéral en recherche et technologie venaient d’être signés en fin d’année 2008. C’était donc le démarrage d’une nouvelle phase de coopération scientifique franco-américaine qui s’ouvrait, avec des perspectives nettement élargies.

Les principaux événements q’il avait initiés, comme leFrench American Biotech Symposium FABS, le French American Innovation Day FAID, le Young Engineering Scientists Symposium YESS, imposaient en 2009 leur 2ème ou 3ème édition, comme un élément désormais attendu de l’expression de la coopération franco-américaine. Et leur succès, cette année 2009, fut particulièrement au rendez-vous.

Aux projets annuellement présentés et sélectionnés par les quatre Fondations MIT-France, France-Chicago, France-Stanford et France-Berkeley, venaient s’ajouter, pour la deuxième année, ceux dufond PUF, initié par l’Ambassade et géré par le service culturel. Sur cette base solide, et en concertation avec le service culturel, Michel Israël poussait fortement l’idée d’un collège doctoral franco-américain dont la vertu serait de favoriser et multiplier les thèses conjointes entre la France et les États-Unis. Le concours Young Entrepreneurs Initiative YEI produisait sa troisième fournée d’excellents lauréats pour aider de jeunes talents formés aux États-Unis à venir développer leur capacité d’innovation en France.

L’année 2009 aurait du être une année exceptionnelle pour Michel Israël.

Le bulletin électronique États-Unis, diffusé par l’ADIT, atteignait les 11 000 abonnés, les 8 rapports de fond publiés cette année, recueillaient un succès réel. Les visites de délégations officielles que nous avons reçues, de la part de directions d’organismes, comme l’INRA, l’INSERM, le CNES ou le CEA, ou visites parlementaires sur des sujets scientifiques (5 sur l’année 2009), et les visites ministérielles, dont celle de Mme Valérie Pécresse, mi-avril 2009, ont été à chaque fois l’occasion de déployer les compétences du service scientifique, dans la préparation, le déroulement et l’accompagnement de ces personnalités. Les rencontres que ces visites ont permises, ont été autant d‟occasion de faire connaître la science française à des interlocuteurs américains du plus haut niveau, et de renforcer ainsi l’attractivité intellectuelle que notre pays exerce aussi dans le domaine de la Science et de la Technologie. Les Comités mixtes de suivi des accords franco-américains se sont déroulés respectivement début juin 2009 à Washington, pour l‟accord recherche et technologie en sécurité et mi juin 2009 à Paris, pour l‟accord général en recherche et technologie : Michel Israël y joua un rôle déterminant.

L’année 2009 aurait dû être une année exceptionnelle pour Michel Israël.

Avec sa femme Nicole, ils avaient décidé de rester une cinquième année à Washington, à la fois pour parfaire le travail entrepris et pour terminer une carrière de diplomate scientifique commencée dix ans plus tôt en Turquie, puis cinq années à Tokyo. Cette carrière venait d’être justement saluée par sa nomination dans l’Ordre National du Mérite.

L’année 2009 se sera achevée tragiquement et brutalement pour Michel Israël, un 17 juin. Ses collègues, tout comme la nouvelle conseillère scientifique qui le connaissait bien, veulent témoigner dans ce rapport de l’amitié et de l’engagement qu’ils ont mis à travailler avec lui, puis à en assurer la suite, dans cet esprit d’ouverture, de collaboration, de travail intense et dans une ambiance de camaraderie et de bonne humeur permanente. La poursuite et la réussite de ses projets sont le meilleur hommage que la Mission Scientifique de l’Ambassade de France à Washington pourra rendre à Michel Israël.

- Télécharger le rapport : http://www.france-science.org/IMG/pdf/rapport_activite_mst_2009.pdf