Rapport d’activité 2017

, Lire cette page en français , Partager

Les États-Unis se placent au premier rang scientifique mondial et sont le premier partenaire scientifique de la France. L’objectif du Service pour la Science et la Technologie (SST) est de promouvoir l’excellence de la recherche et de la technologie françaises aux États-Unis, et d’inscrire la coopération scientifique franco-américaine dans les priorités nationales en termes de Diplomatie d’influence, de Diplomatie scientifique et de Diplomatie économique.

L’impulsion récente donnée à l’innovation en France nous met en excellente position pour renforcer les collaborations transatlantiques dans le domaine de la recherche, du transfert technologique et de l’innovation. De plus, dans le cadre de la nouvelle administration américaine, la communauté scientifique américaine est particulièrement désireuse de renforcer ses coopérations internationales, notamment dans le domaine des recherches sur l’Environnement, ce qui place la France, garante des engagements pris lors de l’Accord de Paris sur le Climat, en situation de partenaire privilégié.

Dans ce contexte, le SST a capitalisé en 2017 sur les programmes dont les "marques" sont désormais inscrites dans le paysage de la coopération scientifique franco-américaine et au-delà, car certains programmes (NETVA, YEi Start in France) ont désormais diffusé à l’échelle internationale.

Télécharger le rapport

Soutien aux programmes de coopération scientifique

  • Gestion de Fonds bilatéraux avec quatre grandes universités américaines (Université de Californie à Berkeley et à Davis depuis 1993, MIT depuis 2001, Université Stanford depuis 2002, Université de Chicago depuis 2000 pour le Centre France Chicago en Humanités et depuis 2008 pour les sciences) : les revenus annuels des Fonds, certains également abondés par le MESRI (Berkeley, Chicago) et par le SST, financent, sur appels compétitifs, des projets scientifiques d’excellence entre équipes françaises et américaines (10 à 20 projets par an pour chacun des Fonds). On notera la création d’un nouveau Fonds bilatéral France- Université du Texas à Austin (Endowed Excellence Fund Cécile Dewitt-Morette) signé par le Président d’UT Austin et l’Ambassadeur de France en 2017 (cérémonie officielle le 31 janvier 2018), qui ouvre une nouvelle perspective de soutien à des coopérations entre cette université et la France dans tous les domaines de la recherche.
  • Organisation d’évènements scientifiques dans le cadre de France-Atlanta, et de la Semaine de l’Innovation à Chicago : invitations de personnalités scientifiques de haut niveau pour des conférences et des colloques scientifiques, ateliers de diffusion de la science pour des élèves, expositions et installations scientifiques.
  • Évènements sur le changement climatique : d’abord développée dans le cadre de la contribution du poste à la préparation de la COP21, la série de 17 évènements French American Climate Talks (FACTS) aux États-Unis et au Canada s’est poursuivie depuis 2016 par des conférences ciblées sur le changement climatique et les océans, les French-American Climate Talks on Oceans (FACT-O) avec un très grand succès.
  • LesFrench-American Innovation Days (FAID) : ces journées rassemblent des experts français et américains (scientifiques, entrepreneurs, représentants de la société civile), sur une thématique porteuse dans le domaine de l’innovation afin de favoriser les interactions entre institutions de recherche et acteurs de l’innovation français et américains. Démarré à Boston en 2001, ce programme est désormais déployé dans d’autres sites comme Houston ou Los Angeles.

Soutien aux programmes d’aide à l’innovation

Le SST, par sa connaissance des systèmes d’innovation américains qui sont très fortement intégrés aux milieux de la recherche universitaire, joue un rôle reconnu dans la facilitation des échanges franco-américains dans le domaine des interfaces entre recherche et innovation.

Le SST a ainsi développé des outils originaux tels que New Technology Venture Accelerator (NETVA*) et Young Entrepreneur Initiative (YEi) - Start in France*, qui sont à l’interface de la recherche et de l’innovation et sont appréciés et reconnus par les start-up et les laboratoires bénéficiaires, ainsi que par nos partenaires institutionnels (Bpifrance, MESRI, Business France, Service économique régional de l’Ambassade). Nous faisons régulièrement évoluer ces programmes afin de les adapter au mieux aux besoins des chercheurs et des jeunes entreprises ainsi qu’aux évolutions des écosystèmes français et américains. Le travail de coordination et de communication sur ces programmes a permis, pour NETVA depuis 2013, une extension à Washington, DC et à Toronto, après Boston et San Francisco, et pour YEi, à l’Italie, la Corée du Sud, Taïwan, l’Afrique du Sud, après les États-Unis, ce poste assurant la coordination des deux programmes.

*New Technology Venture Accelerator (NETVA) est un programme d’immersion de jeunes entreprises françaises issues de la recherche, dans l’écosystème américain, à Boston, San Francisco et Washington, ainsi que Toronto. En 6 ans, sur plus de 500 entreprises candidates, 70 entreprises lauréates ont bénéficié de ce programme d’accompagnement aux États-Unis.

*Young Entrepreneurs Initiative (YEi)- Start in France est un programme d’accompagnement des jeunes entreprises américaines en France. 71 jeunes entreprises innovantes ont été accompagnées en 6 ans en collaboration avec le MEAE et Business France. Aujourd’hui, le programme est également développé en Italie, Corée du Sud, Taïwan, Afrique du Sud.

Soutien à la mobilité d’étudiants et de jeunes chercheurs

Afin d’accroître les liens et les flux transatlantiques d’étudiants et de jeunes chercheurs, plusieurs programmes sont mis en œuvre par le SST, certains en partenariat étroit avec la Mission culturelle et universitaire :

  • Programme de Bourses Chateaubriand en Science qui propose une cinquantaine de bourses par an à des doctorants américains réalisant des séjours de 4 à 9 mois en France. Le SST a développé le co-financement de ce programme auprès d’organismes de recherche renommés (Inserm, Inria, CNRS) et d’universités de recherche (Paris Saclay et bientôt ComUE Université Grenoble-Alpes) français et américains (à travers le programme GROW de la National Science Foundation - NSF).
  • Programme French American Doctoral Exchanges (FADEx) lancé par le SST Houston en 2013, qui sélectionne une dizaine de doctorants américains et autant de doctorants français sur une thématique ciblée afin de les faire se rencontrer, visiter des infrastructures de recherche et assister à des conférences scientifiques dans leur domaine dans la perspective de collaborations scientifiques futures. Ces échanges ont porté sur des thématiques telles que le Photovoltaïque, l’Intelligence artificielle ou les Océans. Les sites de Houston et de Washington sont les plus impliqués à ce jour dans ce programme extrêmement attractif pour les doctorants et donnant une forte visibilité pour le SST auprès des partenaires américains et français de ces différents thèmes, comme en témoigne le nombre de candidatures et le fort soutien financier et logistique offert par les institutions et laboratoires français qui accueillent les doctorants.
  • Transatlantic Friendship and Mobility Initiative (TFMI), mené en étroite collaboration avec la Mission Culturelle et Universitaire : le SST contribue à financer quelques projets de formation de groupes d’étudiants américains en France, dans le domaine des sciences exactes, à favoriser des stages d’étudiants américains dans des entreprises françaises, à mener des actions de mentorat et à diversifier les populations d’étudiants ou chercheurs pouvant participer à des échanges transatlantiques. En 2018, les deux Services (scientifique et culturel) co-organiseront un colloque faisant état de l’avancement des différentes initiatives.
  • Programme Thomas Jefferson Fund, lancé en 2017 également en partenariat avec la Mission Culturelle et Universitaire, vise à encourager et soutenir la collaboration des jeunes chercheurs français et américains les plus prometteurs, et à promouvoir les projets innovants de recherche conjointe en vue de relever les grands défis du XXIème siècle. Le succès de ce programme s’est traduit par un nombre très significatif de dépôts de candidatures lors du premier appel à projets.
  • On notera un soutien exceptionnel apporté en 2017-2018 par le Département et le MESRI dans le cadre de l’Initiative présidentielle Make our Planet Great Again (MOPGA) pour favoriser les séjours de chercheurs, doctorants ou étudiants dans des laboratoires français, sur des thématiques de recherche liées à l’Environnement et à la Transition énergétique. Le Poste a fait valoir l’existence des programmes existants (listés ci-dessus), et soutiendra grâce à ce financement des projets Chateaubriand et Thomas Jefferson supplémentaires, relevant de la thématique MOPGA, ainsi que d’autres actions franco-américaines de haut niveau dans cette thématique.

Communication et animation du réseau

Afin de mieux coordonner les relations du SST avec nos communautés scientifiques nationales présentes sur le territoire américain (diaspora scientifique), et nos interlocuteurs en France, différentes actions sont menées :

  • Création en 2013 du réseau Networking in Science and Technology (NEST), base de contacts regroupant des scientifiques français travaillant dans l’enseignement supérieur et la recherche aux États-Unis : invitation à des évènements organisés par le SST, envoi de Newsletters, accueil de délégations ou d’étudiants etc.
  • Veille scientifique : Bulletin électronique (4 brèves/semaine, soit environ 200 articles), Newsletters des postes.
  • Réseaux sociaux : Site web (http://www.france-science.org/), Twitter : @FranceScience, plaquettes de présentation des programmes.
  • Animation scientifique et technologique : Café des Sciences, Café des Entrepreneurs, régulièrement organisés par les différents postes.

En conclusion, le SST mène ses actions en prenant en considération les priorités suivantes :

  • Construire le budget pour chacun des programmes en couvrant, chaque fois que c’est possible, de l’ordre de deux tiers du financement sur le financement public (programme 185), et un tiers sur ressources propres, in kind (prêt de salles, participations gratuites d’experts, prise en charge des repas) ou en cash (essentiellement à travers des partenariats publics : par exemple participations d’institutions de recherche au programme Chateaubriand en science, qui a permis de doubler le nombre des lauréats).
  • Étendre progressivement les programmes "qui marchent" sur plusieurs sites au sein du réseau américain et au-delà, en veillant constamment à renforcer la cohésion et le travail en équipe dans le réseau scientifique.
  • Travailler en partenariat et complémentarité avec les autres services de l’Ambassade et élaborer des actions communes chaque fois que c’est possible (TFMI et Thomas Jefferson Fund avec le Service culturel, NETVA en partenariat avec le Service économique et Business France).
  • Accentuer la visibilité des programmes par des actions de communication (participations à des foires étudiantes ou professionnelles, travail sur le site web et les réseaux sociaux, préparation de plaquettes et flyers à distribuer).
  • Développer et asseoir le réseau de contacts au sein du milieu académique et d’innovation américain, grâce à la compétence et à la légitimité des membres du SST.
  • Faire rayonner l’excellence de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation française par des présentations régulières au sein des grandes réunions scientifiques américaines, mais également mieux faire connaître le système américain et le rôle du SST auprès des représentants français de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Sommaire

- Préambule - p3
- Le Réseau scientifique aux États-Unis - p6
- Organigramme du Service pour la Science et la Technologie - p7
- Organigramme des Organismes de recherche - p8
- Washington : Bureau de la Conseillère - p9
- Atlanta : Cooperation Scientifique et Universitaire - p17
- Boston : Innovation et transfert de technologie - p23
- Chicago : Recherche agronomique, science des aliments et technologies vertes - p29
- Houston : Physique et nanosciences - p35
- Los Angeles : Sciences de la vie - p41
- San Francisco : Le numérique au service de l’innovation - p45
- Washington : Environnement et développement durable - p51
- Washington : NTICS – Nouvelles Technologies de l’Information, de la Communication et de la Sécurité - p57
- Washington : Bureau Inserm-USA - p61
- Washington : Bureau du CNES - p67
- Washington : Bureau CNRS Amérique du Nord - p77

Télécharger le rapport