Rapport du Milken Institute sur la compétitivité des états en matière d’innovation

, Partager

Les Etats-Unis malgré leur position incontestée de leader en matière d’innovation se retrouvent de plus en plus confrontés à une compétitivité accrue liée à la globalisation. Tant l’Europe, le Japon que les pays émergeant asiatiques progressent en matière de formations, financements, transfert de technologies, écosystèmes entrepreneuriaux et obligent ainsi les Etats-Unis à se questionner constamment sur des pistes d’amélioration, entre autre de leur politique fédérale dans ce domaine.

Une des richesses des Etats-Unis se trouve dans la grande autonomie de ses états qui génère une saine compétition entre eux et particulièrement en matière d’innovation. Cette compétition interne pousse les états à établir des stratégies technologiques et à développer une réflexion sur leurs ressources, les synergies et différentiations qui peuvent en découler.

Ainsi l’objet de l’étude proposée par ce rapport est de faire un inventaire le plus précis possible des atouts technologiques pouvant être exploités pour promouvoir le développement économique de chaque état. Pour cela 77 critères ont été utilisés, regroupés sous cinq composantes d’évaluation principales ayant un poids équivalent dans le calcul des scores. Ces scores (compris entre 0 et 100) sont ensuite pondérés en fonction de la population ou encore du produit intérieur brut de l’état.

Les cinq composantes principales sont :
- Contributions pour la recherche et le développement, il s’agit d’un indicateur qui mesure la capacité de l’état à attirer différents types de financement pour leur recherche : fédéraux, industriels et académiques.
- Capital risque et infrastructures entrepreneuriales mesure la capacité de l’état à générer des entrepreneurs et à entretenir un réseau de capitaux risqueurs susceptibles de soutenir cette économie.
- Investissement et capital humain sert à mesurer quantitativement le stock de main d’oeuvre disponible dans chaque état ainsi que les investissements pour soutenir l’économie de la science et la technologie.
- Main d’oeuvre en sciences et technologies mesure la capacité de l’état à attirer et à former la main d’oeuvre qui sera le moteur de l’innovation.
- Concentration technologique et dynamisme est sensé représenter les répercussions de l’économie technologique sur l’état dans sa globalité. Il mesure l’efficacité des politiques des états dans ce domaine.

Les résultats sont, pour certains états assez surprenants même si les leaders reconnus de l’innovation se maintiennent en bonne position. Ainsi, le Massachusetts reste en tête du classement, suivi par le Maryland qui conforte son effort croissant dans l’économie des sciences et technologies et gagne deux places par rapport au classement de 2004. Le Colorado maintient sa troisième position grâce à une constance dans tous les critères d’évaluation. La Californie perd deux places et arrive en quatrième position suivie par l’état de Washington.

Différentes tendances se dégagent de cette analyse. Tout d’abord, on constate un amenuisement des écarts entre les états. Après les différentes crises économiques et l’éclatement de la bulle internet, les états sont de plus en plus intéressés par des secteurs leur permettant de soutenir un développement économique durable et moins soumis aux lois du marché qui ont tendance à creuser les écarts économiques.

Ensuite ce rapport met en évidence l’importance que représente la capacité de capter des talents tant étudiants, chercheurs qu’entrepreneurs ou financeurs. Ce point est peut être le plus critique actuellement pour les Etats-Unis qui subissent une fuite des cerveaux issus des pays émergents qui retournent dans ces pays ou la qualité de la recherche et de l’innovation est en pleine expansion. S’ajoute à cela une installation de plus en plus difficile aux Etats-Unis liée au durcissement des lois relatives à l’immigration.

Finalement malgré un bilan plutôt positif sur la santé de l’économie immatérielle en sciences et technologies des états, ce rapport met l’accent sur l’importance de la vigilance face aux menaces réelles et potentielles qui ne se situent pas au sein de la compétitivité entre états mais plutôt dans celle entre ces états et d’autres régions du monde, principalement la Chine, l’Inde, Singapour ou encore la Scandinavie.

Source :

"State Technology and Science index", Milken Institute, Juin 2008 - http://www.milkeninstitute.org/publications/publications.taf?function=detail&ID=38801155&cat=resrep

Pour en savoir plus, contacts :


- "Science and technology indicators 2008", National Science board, Février 2008 - http://www.nsf.gov/statistics/seind08/
- "The 2007 state new economy index : benchmarking economic transformation in the states", NGA center for best practices, 24/02/07 - http://www.nga.org/portal/site/nga/menuitem.9123e83a1f6786440ddcbeeb501010a0/?vgnextoid=b3df496c350f0110VgnVCM1000001a01010aRCRD
- "De moins en moins de jeunes docteurs étrangers en sciences restent aux Etats-Unis après l’obtention de leur diplôme", BE Etats-Unis 120 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54034.htm
- "Malgré des progrès, des obstacles à la délivrance de visa pour les scientifiques demeurent", BE Etats-Unis 112 : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53237.htm
Code brève
ADIT : 55241

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….