Recherches sur le cancer et nanotechnologies dans l’actualité

, Partager

Le 18 septembre 2015 à New York, s’est tenue la cérémonie d’attribution des prix Lasker, prix attribué à des personnes vivantes qui ont fait une contribution significative dans la recherche médicale. Cette année, la recherche sur le cancer a été récompensée dans la catégorie « recherche médicale clinique » dont le lauréat est le Dr James Allison, 67 ans, professeur d’immunologie au Centre du cancer de l’Université du Texas (University of Texas MD Anderson Cancer Center) [1]. Le Dr James Allison est à l’origine de la découverte et de la mise au point d’une immunothérapie qui permet de mobiliser le système immunitaire pour combattre les cellules cancéreuses. Une stratégie thérapeutique aujourd’hui considérée comme l’une des pistes les plus prometteuses contre les cancers. [2] [3]

Si l’immunothérapie est à l’honneur, ce n’est pas le seul moyen de lutter contre le cancer. En santé, les nanotechnologies sont également en vogue car elles devraient conduire à d’importants progrès dans les méthodes diagnostiques et les approches thérapeutiques. Un champ d’innovation dont, probablement, on aperçoit encore à peine le potentiel. [4] [5]

Ce n’est donc pas par hasard que l’Université Cornell, mondialement connue pour son expertise en nanotechnologies [6], vient d’annoncer son intention de créer, en partenariat avec le Memorial Sloan Kettering Cancer Center (MSKCC), un centre de recherche de 10 millions de dollars dédié au soin du cancer par les nanotechnologies. [7]
Financé à hauteur de $1,9 million par le MSKCC et par une dotation de $8,2 millions de l’alliance pour la nanotechnologie dans le cancer du National Cancer Institute (NCI Alliance for Nanotechnology in Cancer), le centre aura un établissement au Duffield Hall sur le campus d’Ithaca, Etat de New York, et un autre au MSKCC à New York.
Fruit d’une collaboration de plus de 10 ans sur le sujet entre les ingénieurs et scientifiques en science des matériaux de l’université de Cornell et le corps médical du MSKCC, le MSKCC-Cornell Center concentrera ses recherches sur le mélanome et les tumeurs malignes du cerveau dans 4 domaines d’expertises :

• La science fondamentale sur les Cornell dots et autres nanoparticules : leurs propriétés physiques, biologiques, toxicologiques et leurs effets sur la réponse immunitaire.

• Le diagnostic optique en chirurgie : les chercheurs souhaitent créer des particules ayant différentes propriétés optiques afin de mieux faire la différence, lors d’une opération, entre les tumeurs et les tissus sains adjacents comme les nerfs.

• Les particules radiothérapeutiques : pour faire en sorte que les nanoparticules ne servent pas seulement à trouver les cellules cancéreuses mais qu’elles les détruisent via l’utilisation de radio-isotopes.

• L’étude du comportement des nanoparticules dans le cerveau : les processus biologiques comme le devenir des nanoparticules dans les tissus cérébraux doivent être mieux compris.

Une cérémonie de lancement est prévue en novembre prochain.

Le financement du MSKCC-Cornell Center s’inscrit dans une tendance plus générale de l’utilisation des nanoparticules en médecine. C’est pourquoi le Service pour la science et la technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis focalise la troisième édition du programme FADEx (French-American Doctoral Exchange) sur la thématique « Nanoparticules appliquées à la Médecine ». L’événement aura lieu en France en mars 2016 et permettra à des doctorants américains et français d’échanger sur leurs travaux de recherche lors d’un séminaire de deux jours ; s’en suivra différentes visites de laboratoires français académiques ou privés dans le domaine de la nanomédecine.

Rédacteurs :

- Robin Faideau, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, Houston, robin.faideau@ambascience-usa.org
- Christian Turquat, Attaché pour la Science et la Technologie, Houston, christian.turquat@ambascience-usa.org