Revue de Presse Agronomie et Sciences de l’Alimentation - Février 2019

, Partager

Retrouvez ici une sélection d’articles issus de notre veille quotidienne pour le mois de Février 2019.
Pour suivre notre flux en direct, abonnez-vous à @FranceScience.
Retrouvez notre activité complète sur notre portail thématique Recherche agronomique, science des aliments et technologies vertes.

En lumière ce mois-ci

- Successful farming

Le Président Trump avait prévu d’augmenter les droits de douane de 10 % à 25 % sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises si un accord n’était pas conclu entre les deux plus grandes économies du monde d’ici fin février. Après une semaine de pourparlers, le président américain a déclaré que ces tarifs ne seraient pas augmentés pour le moment grâce à des négociations commerciales productives.
Cette annonce vient de confirmer le rapprochement entre la Chine et les États-Unis pour la finalisation d’un accord qui permettrait de mettre fin à une guerre commerciale qui dure depuis des mois et qui a ralenti la croissance mondiale et perturbée les marchés.

Agriculture

- The New Food Economy

Principalement utilisé pour les plants de soja et de coton, le dicamba est un herbicide qui doit obligatoirement être couplé à de nouvelles semences génétiquement modifiées, car elles seules sont capables de lui résister. L’Arkansas vient de voter en faveur d’un assouplissement des restrictions imposées à cet herbicide, malgré les témoignages de scientifiques de haut niveau et de nombreux citoyens inquiets qui les ont exhortés à rejeter cette mesure lors d’une audition publique. Des milliers de plaintes avaient été déposées en 2017 auprès des services de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), visant les effets de cet herbicide produit par l’entreprise Monsanto.

- EurekAlert ! Une plante de Californie pourrait aider à soigner la maladie d’Alzheimer

Des plantes ayant des propriétés médicamenteuses ont permis de développer divers médicaments tels que l’aspirine, la digitalis et l’anti-malaria artemisinine. Des scientifiques de l’Institut Salk ont identifié des composés dans la plante Yerba santa, « Herbe à ours », qui pourraient soigner certaines maladies dégénératives. La découverte du sterubin, un puissant anti-inflammatoire et neuro-protecteur dans la plante Yerba par des chercheurs à l’Institut Salk, pourrait amener à développer un traitement contre Alzheimer.

- Wisconsin State Farmer

Les difficultés financières des agriculteurs du Midwest ont attiré l’attention des médias nationaux alors que le revenu agricole a chuté en 2018 et que les faillites agricoles ont augmenté.L’état du Wisconsin est le plus concerné, le nombre de fermes ayant déposé le bilan a doublé depuis 2009.

Technologies vertes

- Biofuels International

Une étude indique que l’industrie de l’éthanol a apporté 2,31 Milliards $ à l’économie du Minnesota. D’après l’étude, les producteurs d’éthanol du Minnesota ont généré $6.9 Milliards de ventes associées et soutenus 20,137 emplois en 2018.

- EurekAlert ! L’apprentissage machine déverrouille certains secrets des plantes

Les plantes sont des chimistes hors pair, des chercheurs de l’Université de Michigan State ont percé leur secret qui permet de produire certains métabolites spécialisés. La recherche a associé la biologie végétale et l’apprentissage machine pour trier des dizaines de milliers de gènes afin de déterminer lesquels étaient responsables de la fabrication de ces métabolites. Certains de ces métabolites attirent les pollinisateurs alors que d’autres repoussent les ravageurs. Les résultats pourraient aider à l’amélioration des plantes mais également au développement de pesticides ou nouveaux médicaments à base de plantes et respectueux de l’environnement.

- Science Daily Transférer des feuilles artificielles du laboratoire à l’extérieur

Des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Chicago ont proposé des solutions de conception qui pourraient permettre de transférer des feuilles artificielles du laboratoire vers l’environnement naturel extérieur. Leurs feuilles améliorées, qui utiliseraient du dioxyde de carbone de l’air ambiant, serait 10 fois plus efficace que de vraies feuilles à convertir le CO2 en carburant.

- The Scientist De plus en plus de compagnies utilisent la technique CRISPR pour améliorer les cultures

L’industrie de l’agritech édite le génome des plantes pour nourrir une population grandissante, étendre les capacités de production, faire des produits alimentaires plus variés avec plus de goût. Par exemple, la Physalis n’a jamais été complètement domestiquée comme la tomate, proche cousine. Des chercheurs de l’Institut Boyce Thompson à Ithaca et du laboratoire Cold Spring Harbor ont utilisé la technique d’édition du génome CRISPR-Cas9 pour introduire dans la Physalis des changements génétiques liés à la domestication de la tomate. Les chercheurs espèrent ainsi développer une Physalis qui pourra être produite en masse et deviendra la 5ème baie en culture avec les fraises, les framboises, les bleuets et les mûres. Depuis 2016, date à laquelle un champignon édité CRISPR a reçu le feu vert du Département d’Agriculture (USDA-APHIS), l’agence a confirmé que les plantes suivantes modifiées par CRISPR ne seraient pas considérées comme des plantes génétiquement modifiées : maïs, soja, tomates, la mâche et la cameline. Ainsi plusieurs compagnies utilisent cette technique pour augmenter la production des cultures ou pour développer des variétés nouvelles de fruits et légumes.

Alimentation

Ag funder News Les restaurants pourraient gagner $7 pour chaque dollar investi dans la lutte contre le gaspillage.

L’industrie des restaurants aux Etats-Unis seule est responsable de plus de 11 millions de tonnes de gaspillage chaque année, équivalent à 25 Milliards de $ de nourriture d’après ReFED, une association à but non-lucratif. Une étude a suivi 114 restaurants dans 12 pays durant une période d’un an alors que ceux-ci mettaient en place des procédures pour réduire les déchets en cuisine. L’étude rapporte que la quantité de déchets a diminué de 26% en moyenne et que plus de 75% des restaurants avaient récupéré leur investissement en moins d’un an.

American Journal of Public Health

Une étude vient d’être publiée dans l’American Journal of Public Health qui indique que les niveaux d’acides gras trans (AGT) dans le sang des New Yorkais ont diminué de plus de la moitié au cours de la décennie 2004-2014, soit une baisse moyenne de 57 % à l’échelle de la ville. La ville de New York avait décrété en 2006 une interdiction sans précédent des AGT dans les restaurants. Les chercheurs peuvent désormais affirmer que cette politique a eu des effets bénéfiques définitifs à long terme sur la santé.

Rédacteurs  :
- James DAT, Attaché Scientifique. Contact : attache-agro@ambascience-usa.org
- Mégane CHESNE, Attachée Scientifique Adjointe. Contact : deputy-agro@ambascience-usa.org