S’improviser chercheur de particule

, Partager

Le Space Sciences Laboratory de l’Université de Californie à Berkeley a trouvé un moyen original d’économiser du temps de travail : elle propose à tout un chacun (après un test d’aptitude réalisable en ligne) d’analyser des images issues d’un microscope à la recherche de poussières récoltées lors de la rencontre entre le vaisseau Stardust et la comète Wild 2 en janvier 2004. Une analyse par calcul de grille à grande échelle, avec des forces faiblement formées et évaluées, non rémunérées. Le système mis en place diffusera les images à analyser aux inscrits. Avec cette méthode, l’équipe espère avoir les résultats plus rapidement que possible autrement. Compensation pour les participants : ceux qui découvrent des particules choisiront comment les nommer ; les participants les plus assidus auront le droit à une visite des laboratoires. Le défi de l’opération réside dans la réalisation d’un système de diffusion des échantillons à analyser et d’un système de confiance (notation des participants et des analyses effectuées). Certains regretteront qu’il faille consacrer du temps d’attention et non uniquement de la puissance de calcul comme pour l’opération SETI@Home (elle aussi initiée par Berkeley) ou d’autres opérations de calcul en grille.

Source :


- http://www.usatoday.com/tech/columnist/andrewkantor/2006-08-31-home-supercomputers_x.htm
- http://stardustathome.ssl.berkeley.edu/about.php
- http://setiathome.berkeley.edu/

Rédacteur :

Sébastien Morbieu, deputy-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….