Satisfecit délivré à l’EPA pour sa gestion du désastre Katrina

, Partager

L’inspection générale de l’EPA a publié le 27 septembre un rapport d’audit sur la manière dont l’agence de protection de l’environnement (EPA) a répondu aux dommages occasionnés par les cyclones ayant frappé le Golfe du Mexique en août et septembre 2005.
Le rapport qualifie de "louable" (commendable) l’aptitude de l’EPA à intervenir dans un contexte de catastrophe. Peu après le passage du cyclone, le personnel de l’EPA était déjà sur place pour évaluer les dommages et élaborer des plans d’action. Cela a permis, selon le rapport, d’adopter rapidement des mesures de protection de l’environnement et de la santé humaine. Par ailleurs, la préexistence de contrats de sous-traitance a permis à l’EPA de limiter ses coûts d’intervention et d’éviter les abus de facturation inhérents aux contrats passés en urgence. L’inspection générale évalue à seulement 183875$ les sommes indûment acquittées par l’agence.
En revanche, l’EPA doit s’améliorer sur le plan de la gestion de son propre patrimoine. 4 mois après Katrina, les matériels de secours acquis par l’Agence n’étaient toujours pas inventoriés ni signalés par un code barre adéquat. L’équivalent de 6 millions de $ de matériels répartis dans les trois Etats sinistrés n’a pu ainsi faire l’objet d’une indexation appropriée.
L’EPA a reçu, pour l’essentiel de la FEMA (Federal Emergency Management Agency), un total d’environ 750 millions de $ pour la récupération, l’enlèvement et l’entreposage des débris et déchets dangereux dispersés par l’ouragan et les inondations. 130 agents de l’EPA et un millier de sous-traitants ont été impliqués dans ces opérations
Le satisfecit délivré à l’EPA apporte un contrepoint positifs aux critiques dont l’agence est la cible à propos de son rôle controversé dans l’évaluation et la gestion des impacts environnementaux et sanitaires consécutifs aux attaques du 11 septembre 2001 (des données auraient été dissimulées sous pressions de la Maison Blanche). La performance générale de l’EPA dans le cas des cyclones contraste en outre fortement avec celle de la FEMA. Un audit publié en juin par le GAO (Gouverment Accountability Office) avait ainsi évalué à 1 milliard de $ (sur un total de 6,3 milliards de fonds d’urgence) les sommes indûment versées par la FEMA (sur la base de déclarations frauduleuses).
Le GAO avait lui-même testé l’inefficacité des contrôles exercés la FEMA dans la distribution des cartes de débit de 2000$, en parvenant à s’en procurer plusieurs exemplaires grâce à de fausses déclarations téléphoniques. Qui plus est, le GAO avait déploré l’absence de contrôle des dépenses effectuées au moyen de ces cartes en citant une longue liste d’anecdotes : achat d’alcool, de matériels pornographiques, d’armes à feu, de bijoux ou de frais de divorce…

Source :

E-newspaper :

Rapport de l’Inspection Générale de l’EPA sur la gestion post-Katrina : http://www.epa.gov/oig/reports/2006/20060927-2006-P-00038.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- L’audit de la FEMA par le GAO :
http://www.gao.gov/new.items/d06655.pdf (texte intégral)
http://www.cnn.com/2006/US/06/14/fema.audit/index.html (commentaire de presse)
- Rapport de l’Inspection Générale de l’EPA sur la gestion post-9/11 : http://www.epa.gov/oig/reports/2003/WTC_report_20030821.pdf
- Controverse sur le rôle de l’EPA après les attaques du 11 septembre : http://www.nytimes.com/2006/08/25/nyregion/25toxic.html?ex=1314158400&en=ff04ba5aeb5b9465&ei=5090&partner=rssuserland&emc=rss
Code brève
ADIT : 39459

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….