Stockage de l’énergie : un lauréat du Concours Innovation 2030 à la conquête du marché américain

, Partager

Energiestro, entreprise française spécialisée dans la production et le stockage d’électricité, a récemment été primée par le Concours Mondial de l’Innovation. Cette reconnaissance internationale arrive au bon moment pour la société, en plein effort de développement de ses ventes aux Etats-Unis. Rencontre avec son Président lors d’une démonstration à destination du public américain, dans un château promouvant non seulement la gastronomie, mais aussi les hautes technologies françaises.

Energiestro, entreprise lauréate du Concours Mondial de l’Innovation

La Commission "Innovation 2030", présidée par Anne Lauvergeon, avait pour mission d’identifier des enjeux technologiques et industriels majeurs auxquels notre société sera confrontée à horizon 2030. Le Concours Mondial d’Innovation a été créé pour faire face à ces défis. La Commission a identifié 7 domaines porteurs dont le stockage de l’énergie, qui reposent sur des attentes sociétales fortes et des secteurs en croissance, et qui constituent de fait autant d’opportunités majeures à fort potentiel pour l’économie française. Et pour identifier ces talents et accompagner ces futurs champions de l’économie française un concours a été lancé le 2 décembre 2013. Les premiers lauréats ont été reçus à Matignon le 20 mars 2014. Energiestro, qui bénéficiera de 200.000 euros de financement pour son projet de groupe électrogène à volant de stockage d’énergie, en faisait partie.

Créée en 2001 par André Gennesseaux, ingénieur des Arts et Métiers et polytechnicien, Energiestro est une entreprise basée à Châteaudun au capital de 270.000 euros détenu par une trentaine d’actionnaires. Son domaine d’intervention, le stockage de l’énergie, fait partie du coeur de cible du Concours Mondial d’Innovation. Elaborer un dossier de candidature tombait donc sous le sens, et le résultat est là.

Repenser le stockage de l’énergie

Le produit primé, un groupe électrogène hybride, a été conçu pour assurer une alimentation permanente et de longue durée d’installations non reliées au réseau électrique, ou reliées à un réseau de mauvaise qualité. Son prototype de groupe électrogène hybride repose sur trois dispositifs complémentaires :

- Un volant-alternateur à haut rendement en acier placé dans un carter où le vide d’air est opéré grâce à une pompe pour réduire les frottements. Ce dispositif permet de stocker l’énergie (sous forme d’énergie cinétique) dans des conditions plus économique et respectueuses de l’environnement que les batteries. Le système de lubrification des roulements capable de fonctionner sous vide d’air a représenté un défi particulier pour les ingénieurs ;

- Un dispositif d’entrainement du volant moteur, qui n’est utilisé que par intermittence pour réajuster la vitesse de rotation du volant d’acier (et donc l’énergie stockée) lorsqu’elle devient insuffisante. Ce dispositif peut être un moteur fonctionnant aux biocarburants, leur utilisation réduisant d’autant l’émission de gaz à effets de serre. D’autres dispositifs (solaire) peuvent également être utilisés comme source d’énergie. Le stockage de l’énergie permet de prolonger la durée de vie du moteur, par comparaison avec un groupe générateur classique, qui doit tourner en permanence. Les économies de carburant générées sont de ce fait substantielles, notamment pour de faibles puissances, et peuvent atteindre jusqu’à 75% pour un ménage (60% pour une puissance de 1,5 kilowatt heure) ;

- Un dispositif de cogénération qui récupère la chaleur dégagée lors de la production d’électricité peut être installé, ce qui assure les besoins en eau chaude et en chauffage. L’ajout de cette technologie permet d’améliorer encore le rendement énergétique du dispositif, et de réduire par deux les factures d’énergie d’un ménage, selon André Gennesseaux.


Groupe électrogène ENERGIESTRO
Crédits : Energiestro


La principale innovation se situe donc dans l’exploitation de l’énergie cinétique, qui est par ailleurs une technologie connue et éprouvée [2]. En effet, par extension, le terme "stockage d’énergie" désigne souvent le stockage de matière qui contient cette énergie. Dans le cas présent, a contrario, c’est l’énergie en elle-même qui est stockée ; les matériaux - communs - étant relégués au rang de vecteurs.

Des perspectives intéressantes

Le prototype suscite donc beaucoup d’intérêt, en particulier du fait du faible coût de fabrication et d’entretien. Le coût de revient du système, à présent équivalent à celui d’une batterie lithium-ion (1000 dollars par kilowatt heure) pourrait être diminué par cinq dans le cadre d’une production de masse, tandis que le coût de stockage de l’énergie, compte tenu du rendement et de la durée de vie de l’équipement, est déjà cinq fois inférieur à celui d’une batterie au lithium et potentiellement cinquante fois (inversement proportionnel au nombre de cycles).

Selon M. Gennesseaux, en prenant en compte les coûts d’investissements, de fonctionnement et de maintenance, sa technologie reviendrait 2 fois moins cher qu’un système solaire photovoltaïque et 3 fois moins cher qu’un groupe électrogène conventionnel. Energiestro met en avant la durée de vie très longue - au moins 20 ans - et les faibles coûts d’entretien de sa technologie, comparée à une batterie, ainsi que la facilité de sa fabrication en série.

A ce stade, si l’application de cette technologie concerne principalement l’alimentation en électricité de sites isolés (électrification rurale dans les pays en voie de développement, relais de télécommunication, alimentation électrique de secours…), elle pourrait revêtir une importance majeure pour le stockage et le lissage des énergies renouvelables intermittentes comme le solaire ou l’éolien, ou simplement pour la réduction de consommation d’énergie dans le cadre d’utilisations à titre privé.


Henderson Castle, Restaurant Français à Kalamazoo, Michigan
Crédits : MS&T


C’est principalement dans cette optique qu’a eu lieu la démonstration, effectuée à Kalamazoo, Michigan. Elle visait à présenter ce générateur hybride en fonctionnement, alimentant en électricité une annexe du "château Henderson". Ce site est pressenti pour être la vitrine d’Energiestro aux Etats-Unis. La pénétration du marché américain, où l’invention est protégée par un brevet, devrait ainsi être facilitée.

Sources :


- [1] Article - Concours Innovation 2030 : Premiers résultats - Direction Générale de la Compétitivité de l’industrie et des Services - Mars 2014 - http://www.dgcis.gouv.fr/politique-et-enjeux/concours-innovation-2030-premiers-resultats
- [2] Article - Energie cinétique - Wikipédia - http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_cin%C3%A9tique

Pour en savoir plus, contacts :


- Site de Energiestro : http://www.energiestro.com/fr/index.htm
- Innovation 2030 Concours mondial de l’innovation : http://innovation-2030.dgcis.gouv.fr/fr/
Code brève
ADIT : 75659

Rédacteurs :


- Simon RITZ, deputy-agro@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….