Suicides en sursis à Crescent City

, Partager

Un an après les catastrophes climatiques qui se sont abattues sur le Golfe du Mexique, une étude pilotée par la Harvard Medical School dresse un tableau plutôt optimiste de la santé psychologique des victimes des cyclones Katrina et Rita, alors que des enquêtes plus partielles réalisées quelques semaines après les événements sur des populations spécifiquement affectées, concluaient à des affections psychopathologiques substantielles.
Un échantillon représentatif de 1043 personnes, sélectionné parmi le 1,4 million de familles ayant sollicité l’assistance de la Croix Rouge et complété d’appels téléphoniques aléatoires, a été soumis au test K6, un questionnaire en 6 questions largement utilisé aux Etats-Unis pour évaluer la santé mentale. Les résultats du test ont été comparés à ceux d’une étude effectuée au niveau national entre 2001 et 2003 et qui incluait un échantillon significatif d’habitants des régions frappées par les cyclones.
Si cette nouvelle étude montre que le nombre de personnes présentant des troubles mentaux et psychologiques (de légers à sévères) a doublé par rapport à la situation antérieure à Katrina et Rita, passant de 15,7 à 31,2%, elle atteste que les victimes sont globalement plus optimistes. 82% de l’échantillon se sent désormais "plus proche de ses proches", 75% "trouve un sens plus profond à la vie" et 67% se déclare davantage spirituel ou religieux.
Les tendances au suicide sur la totalité de l’échantillon apparaissent stables (environ 3%), en revanche, elles manifestent une régression spectaculaire au sein de la sous-population présentant des troubles mentaux : 0,7% contre 8,4% avant Katrina. Cette situation, une décroissance des pulsions suicidaires au sein d’une population présentant par ailleurs une forte prévalence à la dépression, avait déjà été observée à Beyrouth durant le premier conflit israélo-libanais.
Les auteurs de l’étude entourent cependant leurs résultats de certaines précautions : ils ne sont pas certains que l’état psychologique encourageant des survivants de Katrina dure indéfiniment.

Source :

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/08/28/AR2006082801183.html

Pour en savoir plus, contacts :


- Ronald C. Kessler et al., Mental illness and suicidality after hurricane Katrina, Bull World Health Organ DOI : 10.2471/BLT.06.033019 http://www.who.int/bulletin/volumes/84/10/06-033019.pdf (publication ahead of print, texte intégral)
- Centers for Disease Control and Prevention, Assessment of health-related needs after Hurricanes Katrina and Rita-Orleans and Jefferson Parishes, New Orleans area, Louisiana, October 17-22, 2005, Morb Mortal Wkly Rep. 2006 Jan 20 ;55(2):38-41.
http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm5502a5.htm (texte intégral)
- Les échelles K6 et K10 de mesure des désordres psychologiques :
http://www.uic.edu/jaddams/college/subabuse/present/swartz_screening2.pdf
http://www.tdgp.com.au/pdfs/K10.pdf
- Kessler RC et al., Short screening scales to monitor population prevalences and trends in non-specific psychological distress, Psychol Med. 2002 Aug ;32(6):959-76.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=retrieve&db=pubmed&list_uids=12214795&dopt=abstract
Code brève
ADIT : 38961

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….