Traitement non invasif du cancer : après les nanosphères, place aux nanotiges

, Partager

Des chercheurs de l’Institut de Georgie et de l’Université de Californie à San Francisco ont mis au point une nouvelle technique plus efficace et plus sûre pour détecter et tuer les cellules cancéreuses. En changeant la forme des nanosphères d’or en des nanotiges cylindriques, ils ont montré qu’il est possible de détecter les tumeurs malignes profondes, comme dans le cancer du sein, et de les détruire sélectivement au laser. Cette méthode vient d’être publiée dans le Journal of the American Chemical Society vol 128.
L’année dernière, les équipes de recherche de Mostapha El Sayed et Ivan El Sayed ont montré que des nanoparticules d’or, liées à un anticorps contre l’EGFR (Epidermal Growth Factor Receptor), pouvaient se lier spécifiquement aux cellules cancéreuses. Associées à de telles particules, ces dernières dispersent la lumière, permettant de différencier cellules cancéreuses et cellules saines. Les nanoparticules absorbent la lumière laser plus facilement de telle manière que les cellules malignes marquées peuvent être détruites grâce à la moitié de l’énergie nécessaire pour tuer les cellules bénignes. Cette technique permet de manière aisée de détruire sélectivement les cellules malignes.
Les deux chercheurs ont découvert aujourd’hui qu’en changeant les sphères pour des tiges ils peuvent baisser la fréquence à laquelle les nanoparticules répondent, de la lumière visible au proche Infra Rouge (IR). Puisque le laser IR permet de pénétrer plus profondément sous la peau, ils peuvent atteindre des tumeurs inaccessibles avec le laser visible, comme la plupart des cancers solides localisés sous les tissus. L’énergie nécessaire est aussi moitié moins importante qu’en utilisant des nanosphères.

Source :

Georgia Institute of Technology - http://www.gatech.edu/news-room/release.php?id=889

Rédacteur :

Peggy Rematier, vi.sdv@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….