Traiter les tumeurs en perçant des pores dans les cellules, c’est le défi de l’IRE

, Partager

L’électroporation irréversible (IRE) est une technique actuellement développée à l’Université de Californie à Berkeley (UCB) qui utilise des impulsions électriques de l’ordre de la microseconde pour créer des trous nanométriques dans la membrane des cellules. A la suite de la première étude utilisant l’IRE sur l’animal, l’équipe du professeur Rubinsky vient de montrer que cette méthode permet d’ouvrir des pores dans des cellules sans toucher les tissus adjacents, notamment les vaisseaux sanguins.
Cette découverte permet d’entrevoir pour cette technique un fort potentiel dans le domaine du traitement chirurgical peu invasif des tumeurs.

La technique d’électroporation est étudiée depuis les années 70, mais les chercheurs se sont plutôt intéressés à l’électroporation réversible, qui utilise des tensions assez basses, afin d’augmenter temporairement la perméabilité des membranes. Les pores ainsi créés se referment et la cellule survie. Cette technique est utilisée notamment pour faire pénétrer des gènes ou desmédicaments dans les cellules.

Le début des travaux sur l’IRE découle de découvertes réalisées lors de l’expérimentation d’une puce ’bionique’ capable de coupler des tissus cellulaires à des circuits électriques. En essayant de comprendre si la technique d’électroporation était adaptée pour la construction de la puce, l’équipe du Pr. Rubinsky a découvert une gamme de courants électriques pour lesquels des dommages permanents sont causés à la membrane cellulaire sans générer de chaleur ni de dommage thermique.

Suite aux chirurgies réalisées sur 14 cochons, les chercheurs affirment que l’IRE surmonte les limites des techniques actuelles de chirurgie peu invasive utilisant la chaleur -hyperthermie ou radiofréquence- ou le froid -cryochirurgie-. En effet, l’utilisation de ces techniques cause des dommages structurels aux protéines et aux tissus connectifs adjacents comme, par exemple, sur le conduit biliaire pour le cancer du foie, ou encore l’urètre et les tissus nerveux pour le cancer de la prostate. L’électroporation irréversible, elle, agit uniquement sur les membranes cellulaires laissant les fibres de collagène et autres tissus vasculaires intacts. Les traitements par la chaleur et le froid montrent aussi leurs limites lors du traitement des cellules directement adjacentes aux tissus sanguins, car le sang transfère la quantité de chaleur en dehors du site de traitement afin de maintenir une température stable. Au contraire, l’IRE permet de détruire les cellules cancéreuses jouxtant directement les vaisseaux sanguins sans que ceux-ci soient endommagés.

Cette méthode a été approuvée par la FDA (Food and Drug Administration) en novembre dernier et les chercheurs prévoient sa première utilisation sur l’homme cet été.
La technologie est commercialisée par Oncobionic, start-up fondée sur la base des inventions de l’UCB qui détient une grande majorité des brevets liés à l’IRE. L’entreprise vient d’être rachetée par AngioDynamics, producteur d’instruments médicaux pour la chirurgie invasive minimum.

Source :

http://www.berkeley.edu/news/media/releases/2007/02/12_IRE.shtml

Pour en savoir plus, contacts :


- http://bioeng.berkeley.edu/gradfaculty/gradcv.php?facultyid=3040
- http://www.hopeforprostatecancer.com/gon-onik.asp
Code brève
ADIT : 42063

Rédacteur :

Mireille Guyader, attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org - Peggy Rematier, deputy-sdv.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….