Troubles éthiques à l’Institut National des Sciences de l’Environnement et de la Santé (NIEHS)

, Partager

Depuis plusieurs mois un des instituts des NIH, le NIEHS, spécialisé dans la santé environnementale, est sous la lumière des projecteurs à propos de manquements éthiques présumés de son directeur, le professeur Daniel Schwartz. Sous la pression d’un vote de défiance des scientifiques de l’institut et à la demande de la hiérarchie, le Professeur Schwartz a été mis à l’écart, tandis que plusieurs enquêtes internes et parlementaires sont diligentées. La direction du NIH, qui semble avoir couvert ou toléré certaines des libertés prises par le Professeur Schwartz, est éclaboussée par cette affaire.

Recruté en 2004, alors qu’il était professeur à l’Université Duke (Caroline du Nord), voisine du quartier général du NIEHS, Daniel Schwartz est un scientifique renommé, spécialiste des affections pulmonaires. Sa réputation scientifique et son énergie avaient été saluées lors de sa nomination. Or, il apparaît que M. Schwartz a entretenu des relations relevant du conflit d’intérêt en permettant à son ancien laboratoire d’obtenir des subventions du NIEHS, en continuant à détenir des actions de sociétés pharmaceutiques et en continuant jusqu’à la fin 2006 d’intervenir comme expert judiciaire dans des procès sur l’amiante. Dans le cadre de ses activités parallèles, il aurait perçu environ 150.000 dollars d’honoraires.

Il lui est également reproché d’avoir favorisé le recrutement de chercheurs de Duke au sein du NIEHS, au mépris des règles de sélection compétitive de l’institut. Enfin, sa politique vis-à-vis du journal Environmental Health Sciences, une revue scientifique de renom dépendant du NIEHS, a été vivement critiquée. Sa volonté de privatiser le journal et de mettre fin à la gratuité de sa version électronique a été très mal perçue et a entraîné la démission des principaux responsables de la revue. D’autres incidents ajoutent à ce climat délétère et contribuent à détériorer la réputation du NIEHS. Ainsi, l’institut avait dû révoquer voici quelques mois un contrat auprès d’une société de consultants chargée d’évaluer la toxicité de substances chimiques, après qu’il avait été révélé que cette société travaillait aussi pour de grandes entreprises du secteur chimique. Par ailleurs, certaines des orientations stratégiques du directeur étaient contestées, notamment l’accent mis sur les aspects cliniques au détriment de la prévention.

Réunis en assemblée générale le 20 août, 107 chercheurs du NIEHS sur 146 présents ont émis un vote de défiance à l’égard du directeur. Le même jour, M Schwartz annonçait sa mise à l’écart temporaire tandis que le directeur des NIH, le Dr. Elias Zerhouni, annonçait le lancement d’une enquête interne.

La direction des NIH, saisie par le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa), est éclaboussée dans cette affaire, car ces incidents ont pu se développer en dépit de la volonté affichée de M. Zerhouni de resserrer les règles éthiques de la grande agence fédérale de recherche biomédicale. Selon les éléments en possession des enquêteurs parlementaires, la direction avait en partie connaissance des activités de M. Schwartz et était consciente de sa philosophie de management. Le nouveau directeur avait en effet manifesté, dès l’origine, sa volonté d’appliquer les règles éthiques des NIH de manière souple, notamment en retardant de plusieurs mois son acceptation du poste dont les contraintes de fonctionnement lui semblaient excessives. De plus, la circulation d’un formulaire auprès des employés du NIEHS leur demandant de faire état auprès de la direction de toute sollicitation parlementaire dans le cadre des enquêtes en cours a été perçue comme une tentative de pression et de coercition auprès d’éventuels témoins.

Situé au sein du parc technologique Research Triangle, le NIEHS regroupe environ 600 personnes et disposait, en 2006, d’un budget de 720 millions de dollars dont la plus grande partie est consacré au financement de recherches extra-muros. Certains programmes directement en prise avec la santé publique, comme le National Technology Program, sont hébergés par le NIEHS.

Source :


- http://notes.sej.org/sej/tipsheet.nsf/13d34437d7f7c3e486256e810081065b/A0AFFFAD408BAE208625734100437E25
- http://www.the-scientist.com/news/print/53502/
- http://www.senate.gov/~finance/press/Gpress/2007/prg082107.pdf
- http://www.senate.gov/~finance/press/Gpress/2007/prg073007b.pdf
- http://www.senate.gov/~finance/press/Gpress/2007/prg062707.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- Le journal "Environmental health perspectives" et ses difficultés : http://www.ehponline.org/
- http://www.the-scientist.com/news/display/24245/
- http://notes.sej.org/sej/tipsheet.nsf/80c21fb7123767b586256cd0000f3f91/61FF525B5FBB680086257309007B247B?OpenDocument
- L’affaire de l’évaluation toxicologique : http://pubs.acs.org/cen/news/85/i17/8517news4.html
Code brève
ADIT : 50885

Rédacteur :

Philippe Jamet, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….