Un nombre record de Ph’D en informatique mais un déclin annoncé ?

, Partager

La Computing Research Association a publié le dernier état de son enquête périodique dite " Taulbee Survey ", concernant l’année universitaire 2004-2005, enquête qui vise à évaluer les inscriptions et attributions de diplômes du troisième cycle en informatique (Computer Science, CS, et Computer Engineering, CE) en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada).
Cette enquête repose sur un questionnaire adressé à 232 départements qui délivrent des Ph’D en informatique, 201 en CS et 31 en CE, 174 aux Etats-Unis et 27 au Canada. 188 réponses ont été obtenues, dont seulement 10 pour les départements de CE, lesquels sont souvent des départements Electrical Engineering and Computer Engineering. Ces réponses comprennent celles de 156 universités américaines (chiffre très raisonnablement représentatif).
Cette livraison fait apparaître que 2004-2005 est une année record pour la délivrance de Ph’D en informatique avec 1189 diplômes, effaçant le record de 1992 (1113) et une hausse de 15% par rapport à l’année précédente. On peut sans doute en attendre 1250 environ pour 2005-2006.


En revanche, le nombre d’inscriptions en Ph’D est en décroissance soutenue, à 2749 soit -5% par rapport à l’année précédente (-7% pour les Etats-Unis), baisse qui fait suite à deux années de baisse successives, -8% et -5%. En trois ans le nombres d’inscriptions aura donc baissé de 17%, baisse essentiellement concentrée aux Etats-Unis puisqu’au contraire on constate cette année une hausse de 20% au Canada (mais cela porte sur 5% du total Amérique du nord). L’année prochaine devrait donc marquer un climax, avant une baisse annoncée.
Cela devrait constituer la tendance sur plusieurs années puisque :
- le nombre de Masters délivrés en informatique est en baisse (9286 soit -6%, qui efface une hausse de +8% l’année précédente et résulte d’une baisse de 8% des inscriptions il y a deux ans) et devrait encore sensiblement baisser l’an prochain (baisse de 17% des inscriptions l’an dernier)
- encore plus en amont, le nombre de BS est lui-même en baisse de 13%.
On peut donc anticiper un retour progressif vers un niveau de l’ordre de 1000 Ph’D d’ici quelques 4 à 5 ans.
En matière d’emploi à l’issue du Ph’D, on peut constater la situation suivante :
- 34,3% restent dans une université d’Amérique du Nord dans un département d’informatique qui délivre des doctorats, dans un poste de chercheur ou d’enseignant
- 8,7% restent dans une université d’Amérique du Nord mais sans participer à un département qui délivre des doctorats en informatique
- 39,6% travaillent dans une entreprise en Amérique du Nord
- 2,6% travaillent pour un gouvernement en Amérique du Nord
- 3,1% sont en Amérique du Nord mais pour une autre activité
- 7% sont dans une université hors Amérique du Nord
- 1,1% dans un gouvernement hors Amérique du Nord
Tous ces chiffres sont à considérer en gardant à l’esprit que la part des étrangers non résidents (venus pour faire le Ph’D aux Etats-Unis) représentent depuis 2000 plus de la moitié (entre 53% et 56% suivant les années) des étudiants en Ph’D en informatique en Amérique du Nord. Ils restent encore très massivement en Amérique du Nord.

Pour en savoir plus, contacts :

Pour en savoir plus : http://www.cra.org/statistics/
Code brève
ADIT : 33913

Rédacteur :

Jean-Philippe Lagrange, attache-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….