Un nouveau concept pour la preuve de concept

, Partager

La fondation Kauffman vient d’attribuer à l’université du Kansas 8,1 millions de dollars pour créer un centre de preuve de concept. Le but est de faciliter la commercialisation d’innovations médicales.

Le centre, dénommé "Institute for Advancing Medical Innovation" (IAMI), est destiné à financer des projets de développement de preuve de concept dans les technologies médicales tout en proposant une gamme de services et conseils pour la commercialisation de ces dernières. Le fonds de dotation de l’université du Kansas devrait cofinancer cette entreprise, l’objectif étant d’atteindre au moins 24 projets de preuve de concept par an portés par les chercheurs de l’université du Kansas et leurs collègues de l’hôpital pour enfants de la pitié ("Children’s Mercy Hospital"). Le fonds devrait également servir à financer 10 étudiants de second cycle et 4 post-doctorants qui entreprennent des travaux et études dans le domaine du développement médical, de la commercialisation et de l’entrepreneuriat.

En matière de fonctionnement, IAMI travaillera en étroite collaboration avec les structures existantes de transfert de technologies de l’Université. Mais IAMI entend aussi recruter des experts indépendants du médicament et des dispositifs médicaux afin d’aider les chercheurs à construire leur projet en fonction de la réalité du "marché". IAMI s’appuiera également sur des partenaires privés tels que l’entreprise locale de conseil en développement de médicaments : Beckloff Associates.

L’orientation du nouveau centre portera sur la création de versions pédiatriques de médicaments et d’appareillages médicaux pour adultes. C’est pourquoi l’IAMI associera un partenaire très actif dans ce domaine : l’institut à but non lucratif pour l’innovation pédiatrique basé à Boston. Lors de sa création en 2006, ce dernier avait été partiellement financé par la Fondation Kauffman, à hauteur de 100.000 dollars. IAMI sera à l’image du "Deshpande Center" au MIT et du "Von Liebig Center" qui visent des objectifs similaires en matière de validation de preuve de concepts. Des chercheurs de l’Institut d’économie du Max Plank Institute, qui ont participé à la rédaction de ce rapport présidant à la création de l’institut, insistaient sur l’utilité de centres de ce type et recommandaient la duplication du concept auprès d’un maximum de bureaux de transfert de technologies.

L’idée de la fondation Kauffman est d’enclencher un mouvement. Selon la fondation, il existe déjà de nombreux projets et financements, entre autres des National Institutes of Health pour faciliter la commercialisation de la recherche médicale mais rien d’équivalent et d’aussi efficace que les centres de preuves de concept. Le financement d’un projet de ce type, dans l’université du Kansas, permet de montrer que le concept n’est pas réservé à quelques établissements (MIT, UCSD) mais déclinable. L’idée de la Fondation est finalement d’atteindre une masse critique d’établissements de ce type pour créer un effet réseau tout en mettant en commun les bonnes pratiques et en développant des indicateurs communs. De cette façon, l’innovation pourrait être mesurée et les domaines de recherche du futur, identifiés.

Avec ce coup de pouce, la Fondation espère envoyer un signal positif aux agences fédérales (et particulièrement les NIH) ainsi qu’aux philanthropes susceptibles d’investir dans ce type de projet.

Source :

"Kauffman Foundation Gives U of Kansas $8.1M to create Biomed Innovation Center", Ben Butkus, Biotech Transfer Week - http://www.biotechtransferweek.com/issues/2_47/features/151203-1.html

Pour en savoir plus, contacts :


- Kauffman foundation : http://www.kauffman.org/
- Institute for Pediatric Innovation : http://www.pediatricinnovation.org/
- Von Liebig Center : http://www.vonliebig.ucsd.edu/
- Deshpande Center : http://web.mit.edu/deshpandecenter/
- "Les centres de preuve de concept, amplificateurs d’innovation dans les universités", BE 111 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53092.htm
Code brève
ADIT : 57071

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….